chapiteau ionique du pavillon central du palais des Tuileries, image 1/3
chapiteau ionique du pavillon central du palais des Tuileries, image 2/3
chapiteau ionique du pavillon central du palais des Tuileries, image 3/3
chapiteau ionique du pavillon central du palais des Tuileries, image 1/3
chapiteau ionique du pavillon central du palais des Tuileries, image 2/3
chapiteau ionique du pavillon central du palais des Tuileries, image 3/3
Télécharger
Suivant
Précédent

chapiteau ionique du pavillon central du palais des Tuileries

1500 / 1600 (XVIe siècle)
Lieu de découverte : Palais des Tuileries
RFML.HL.2022.0.3.1 ; SN 2016.01
Service de l'Histoire du Louvre
Actuellement visible au Louvre
Salle 134
Aile Sully, Niveau -1
Numéro d’inventaire
Numéro principal : RFML.HL.2022.0.3.1
Autre numéro d'inventaire : SN 2016.01
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique

description

Dénomination / Titre
Dénomination : chapiteau
Titre : chapiteau ionique du pavillon central du palais des Tuileries
Description / Décor

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Poids : 564 kg (pesé par LC le 06/12/2022) ; Hauteur : 51,5 cm ; Largeur : 90,5 cm ; Profondeur : 75 cm ; Profondeur : 84 cm (hors-tout)
Matière et technique
Matériau : marbre (pierre marbrière rose)

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1500 - 1600
Lieu de découverte
Palais des Tuileries

Données historiques

Historique de l'œuvre
Le chapiteau ionique, qui provient du pavillon central du palais des Tuileires, est reconnaissable à ses volutes (spirales ornant les côtés du chapiteau) et au profil des cannelures du fût.
Cet ordre antique, décrit dans les traités d’architecture du temps comme « féminin », a été choisi en hommage
à la reine Catherine de Médicis (1519-1589), commanditaire du palais des Tuileries.
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Service de l'Histoire du Louvre

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Sully, [HIST LOUVRE] Salle 134 - Salle de la maquette
Dernière mise à jour le 08.12.2022
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances