Tapis d'orient

Lieu de création : Perse (Asie->Asie occidentale = Proche-Orient = Proche orient) (?) ; Turkestan = Turquestan (Asie->Asie centrale) (?)
Artwork recovered after World War II, retrieved by the Office des Biens et Intérêts Privés (OBIP); to be returned to its rightful owner once they have been identified. Online records of all MNR (‘National Museums Recovery’) works can be found on the French Ministry of Culture’s Rose Valland database..
Inventory number
Numéro principal : OAR 602
Artist/maker / School / Artistic centre

Description

Object name/Title
Titre : Tapis d'orient
Type of object
tapis
Description/Features
tapis persan ou du Turkestan (?), tons bleu-vert. Lisière à dominante rouge.

Physical characteristics

Dimensions
Hauteur : 6,9 m ; Largeur : 5,1 m
Materials and techniques
Matériau : laine
Technique : tapis (techniques textile)

Places and dates

Place of origin
Perse (Asie->Asie occidentale = Proche-Orient = Proche orient) (?) ; Turkestan = Turquestan (Asie->Asie centrale) (?)

History

Object history
d'après la liste de l'OBIP des oeuvres récupérées en Allemagne, le tapis serait identifié de la façon suivante : "n°ordre 2 ; n°allemand : 88 ; Provenance : [2° Baden] ; Pays : Turkestan ; Dimensions : 5.00/4.10". Cette liste précise que le tapis est revenu en France par le deuxième convoi en provenance de Baden-Baden, et portait le numéro "88". Effectivement, dans la liste des oeuvres revenues à Paris par le deuxième convoi en provenance de Baden-Baden du 18 juillet 1947, on retrouve un tapis sous le numéro 88 comme provenant de Neustadt : "N° des ballots, dimensions et poids : n° 88 ; 6.90x4.85, 103 kgs 500 ; Désignation de l'objet : grand tapis Turkbag ; Valeur 1938 : 30.000 frs ; Provenance : Neustadt". Ce tapis a été déballé dans les entrepôts de la commission de récupération artistique le 21 juillet 1947. Le calepin de déballage mentionne le tapis n° 88 : "N° 88 - Tapis orient 6.90x4.85". Le tapis OAR 602 est le seul tapis qui, par ses dimensions (6.90 x 5.10) et son style (orient), est très proche de la description du tapis n° 88 du dépôt de Neustadt. Ces dimensions sont celles prises à Compiègne lors du dépôt du tapis en 1950. Signalons que les dimensions prises à Baden-Baden en 1947 diffèrent (6.90 x 4.85) ainsi que celles prises par l'administration du Mobilier national (6.20 x 4.55). Cette série de dimensions pour un même tapis montre à quel point ce critère doit être considéré comme relatif.
Un rapport concernant le dépôt de Neustadt indique que certains objets ont été spoliés à des particuliers : "Au cours de la guerre, les Autorités Allemandes rassemblèrent dans la région de Neustadt des dépôts d'oeuvres d'art de provenance très diverse. Les principaux dépôts de cette époque se trouvaient dans les endroits suivants : [...] Neustadt [...]. Les objets se trouvant dans ces dépôts avaient les origines les plus diverses : [...] des objets d'art des origines les plus variées spoliés à des musées russes et des particuliers français [...]". Les documents indiquent différentes provenances relatives au fonds de Neustadt mais une seule est constituée d'objets spoliés. Les autres proviennent de musées allemands. L'imprécision des documents relatifs au Central Collecting Point de Baden-Baden rend toute conclusion difficile. Néanmoins, l'analyse des documents consultés permet d'avancer l'hypothèse suivante comme la plus appropriée à la nature du fonds de Neustadt et à la pauvreté des documents connus. Cet historique doit être considéré comme une hypothèse de travail. Ce tapis d'Orient a peut-être été retrouvé après la guerre à Neustadt, dans un entrepôt où figuraient des oeuvres appartenant à des musées allemands, mais aussi d'autres oeuvres issues de spoliations effectuées chez des particuliers français par les autorités allemandes pendant la guerre. En 1947, la mission du commandant d'Alexandry détacha à Neustadt un de ses experts qui ficha une grande partie des objets. Il réunit les quatorze plus belles pièces, dont peut-être ce tapis, puis les expédia au Central Collecting Point de Baden-Baden. Au Central Collecting Point, le tapis aurait été enregistré sous le numéro 88. Le tapis n° 88 revient en France par le 2ème convoi en provenance de Baden-Baden du 18 juillet 1947. Après les recherches infructueuses effectuées par les services de la Commission de récupération artistique (Commission de récupération artistique) pour retrouver son propriétaire, le tapis fut inscrit sur la liste des oeuvres mises à la disposition des Musées nationaux par l'OBIP. Il est retenu lors de la deuxième commission de choix des oeuvres de la récupération artistique du 17 novembre 1949, pris en charge par la direction des musées de France, et confié par celle-ci à la garde du musée du Louvre (département des Objets d'art) en 1951. Le tapis numéro 88 a été inscrit dans l'Inventaire OAR (Objets d'Art Récupération), établi par Hubert Landais, sous le numéro OAR 602. Il a été déposé au château de Compiègne pendant l'été 1950 (salle 49). L'OAR 602 est déposé au Mobilier national en 1965. Il a été déposé au ministère de la Justice. Le tapis revient au département des Objets d'art du musée du Louvre le 2 octobre 2003 ; il y est actuellement conservé (source : base POP Culture, base Rose Valland).
Acquisition details
attribution par l'office des biens et intérêts privés (MNR)
Acquisition date
date de l'arrêté : 1951
Owned by
Musées Nationaux Récupération
On long-term loan to

Location of object

Current location
non exposé
Last updated on 19.07.2021
The contents of this entry do not necessarily take account of the latest data.