face, recto, avers, avant ; vue avec cadre © 2019 Musée du Louvre / Peintures
dos, verso, revers, arrière ; vue d'ensemble © 2019 Musée du Louvre / Peintures
face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue sans cadre © 2003 RMN-Grand Palais (musée du Louvre)
© 2019 Musée du Louvre / Peintures
© 2019 Musée du Louvre / Peintures
© 2003 RMN-Grand Palais (musée du Louvre)

Saint Jean Baptiste et un donateur (panneau inférieur du polyptyque "Crespi")

Date de création/fabrication : XVIe siècle (Vers 1515 - 1519) (1515 - 1519)
Œuvre récupérée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, déposée par l'office des biens et intérêts privés (OBIP); en attente de sa restitution à ses légitimes propriétaires. Consulter la base de données ministérielle Rose Valland consacrée aux œuvres dites MNR (Musées nationaux récupération)..
En dépôt : Château royal et Musées de Blois, Blois
Numéro d’inventaire
Numéro principal : MNR 270
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Italie École de
Marco da Oggiono (Oggiono (Milan), vers 1470 - 1529/1530)

Autres attributions :
Inventorié Comme : Anonyme

description

Dénomination / Titre
Titre : Saint Jean Baptiste et un donateur (panneau inférieur du polyptyque "Crespi")
Ancien titre : Saint Jean
Description / Décor
Format : cintré
Inscriptions
Inscription :
Au revers du panneau, sur étiquette "PETIT PALAIS - PARIS / Exposition : Le XVIe sicèle européen /..."

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 1,44 m ; Largeur : 0,74 m ; Hauteur avec accessoire : 1,52 m ; Largeur avec accessoire : 0,82 m
Matière et technique
bois

Lieux et dates

Date de création / fabrication
XVIe siècle (Vers 1515 - 1519) (1515 - 1519)

Données historiques

Historique de l'œuvre
Le panneau fait partie de la collection Giuseppina Cereda Rovelli en 1872 (selon le catalogue de la vente Crespi) ; bien que ce panneau, comme les autres panneaux du même ensemble, ait été publié comme ayant figuré à la vente de la collection Bonomi-Cereda, Milan, les 14-16 décembre 1896, il ne figure pas au catalogue de cette vente (recherche de Chiara de Capoa en juin 1998) ; il fait partie de la collection Crespi, Milan, puisest présenté à la vente Crespi, à Paris, galerie Georges Petit, le 4 juin 1914, sous le numéro de lot 44. ; il y est acquis par l’expert Jules Féral.
Le panneau est acheté, avec les MNR 264 et 269, par Maria Dietrich à Edouard Larcade le 11 septembre 1941 pour 600 000 F ; il est revendu (sous le titre de "Sainte Catherine") 35 000 RM en septembre 1941 au musée de Linz (numéro 1555) (1) ; lors de la débâcle allemande, le panneau est mis à l'abri à Aussee (numéro 8988) (2) ; il est transporté au Central Collecting Point de Munich le 29 septembre 1947 ; il y est enregistré sous le numéro 45078 ; le panneau est rapatrié vers la France par le trente-sixième convoi en provenance de Munich le 3 juin 1949 à destination du siège de la commission de récupération artistique ; il est retenu lors de la quatrième commission de choix des oeuvres de la récupération artistique le 21 décembre 1949 (3) ; le panneau est attribué au musée du Louvre (département des Peintures) par l'Office des Biens et Intérêts Privés en 1950, puis déposé au musée du château de Blois en 1955 (4).
(1)Bundesarchiv BAK B323/566.
(2)Bundesarchiv BAK B323/642 et B323/690 : "Property Card".
(3)SMF, sous-direction des collections, dossier Récupération.
(4)SMF, sous-direction des collections, dossier Récupération : Arrêté du ministère de l'Education nationale du 29 novembre 1955.
Mode d’acquisition
attribution par l'office des biens et intérêts privés (MNR)
Date d’acquisition
date d'arrivée au Musée : 1950
Propriétaire
Musées Nationaux Récupération

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Blois (France), Château et Musées de Blois

Bibliographie

- Lebedel-Carbonnel, Hélène, Catalogue des peintures du musée du château de Blois, XVIe-XVIIIe siècle, Montreuil, Gourguff Gradenigo, 2008, p. 44-47, repr.
- Lesné, Claude ; Roquebert, Anne, Catalogue des peintures M.N.R., Paris, R.M.N., 2004, p. 584, ill. n&b
- Suida, Wilhelm, Leonardo e i leonardeschi, Vicence, Neri Pozza Editore, 2001, p. 237-238, 243, 248-249, 293, 526-529
- Italies : peintures des musées de la région Centre, cat. exp. (Musées des Beaux-Arts des villes de Tours (Trecento-Cinquecento), Orléans (Seicento) et Chartres (Settecento), 23 novembre 1996-3 mars 1997), Paris, Somogy/Ed. d'art, 1996, p. 117-120, repr., n° 25-30
- Sedini, Domenico, Marco d'Oggiono, tradizione e rinascimento in Lombardia tra Quattrocento e Cinquecento, Milan-Rome, Jandi Sapi Editori, 1989, p. 345-349, 419-420, repr. p. 96, notice n° 38
- Brejon de Lavergnée, Arnauld ; Thiébaut, Dominique, Catalogue sommaire illustré des peintures du musée du Louvre. II. Italie, Espagne, Allemagne, Grande-Bretagne et divers, Paris, R.M.N., 1981, p. 294
- Marcora, Carlo, Marco d’Oggiono. Il problema dei "Leonardeschi", Oggiono, Edizioni Paolo Cattaneo, 1976, p. 105-115
- Berenson, Bernard, Italian Pictures of the Renaissance. A list of the principal artists and their works with an index of places. Central Italian and North Italian schools, Londres, Phaidon Press, 1968, p. 242
- Cacan, Adeline ; Laclotte, Michel (dir.), Le XVIe siècle européen. Peintures et dessins dans les collections publiques françaises, cat. exp. (Paris, Petit Palais, octobre 1965-janvier 1966), Paris, R.M.N., 1965, p. 154-155, repr., n°199
- Venturi, Adolfo, Storia dell'arte italiana. VII. La pittura del Quattrocento. Parte IV, Milan, Ulrico Hoepli, 1915, p. 1054-1059, repr.
- Frizzoni, Gustavo, « La pala di Marco d'Oggiono nella chiesa parrocchiale di Besate », L'Arte. Rivista di storia dell'arte medioevale e moderna e d'arte decorative, VIII, 1905, p. 414-421,
- « Oggionno, Marco d' », dans Williamson, George Charles (dir.), Bryan's dictionary of painters and engravers, IV, Londres, George Bell and Sons, 1904, p. 35
- Burckhardt, Jacob, Le Cicerone. Guide de l'art antique et de l'art moderne en Italie. Seconde partie, Paris, Firmin-Didot, 1892, p. 724-725
- Opere d'arte antica, cat. exp. (Milan, Brera, 1872), n°102
Dernière mise à jour le 15.12.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances