face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue avec cadre © 2014 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Benoît Touchard
face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble © 2005 Musée du Louvre / Peintures
© 2014 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Benoît Touchard
© 2005 Musée du Louvre / Peintures

Vierge à l'Enfant

Date de création/fabrication : Milieu du XVe siècle (vers 1450)
Italie, École de
Sassetta (Stefano di Giovanni, dit), Suite de, suiveur de
Œuvre récupérée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, déposée par l'office des biens et intérêts privés (OBIP); en attente de sa restitution à ses légitimes propriétaires. Consulter la base de données ministérielle Rose Valland consacrée aux œuvres dites MNR (Musées nationaux récupération).
En dépôt : Musée des Beaux Arts d'Angers, Angers
Numéro d’inventaire
Numéro principal : MNR 251
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Italie École de
Sassetta (Stefano di Giovanni, dit) dit aussi , Stefano di Giovanni (1392 (?) - Sienne, 1450), Suite de, suiveur de

Autres attributions :
Ancienne Attribution : Anonyme (Ecole siennoise)

description

Dénomination / Titre
Titre : Vierge à l'Enfant
Ancien titre : Madone et Enfant
Description / Décor

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 0,5 m ; Largeur : 0,38 m
Matière et technique
bois

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Milieu du XVe siècle (vers 1450)

Données historiques

Historique de l'œuvre
Le panneau fait partie de la collection Rochlitz ; il est acheté à Rochlitz par M. Lohse pour Hermann Göring le 15 août 1941, pour 750 000 francs (1) ; il s'agit sans doute du même panneau que celui cité dans l'interrogatoire Rochlitz (2) : il est acquis 750 000 F en septembre 1941 et entre dans la collection Hermann Göring où il est inscrit sous le numéro d'inventaire RM 1006 ; lors de la débâcle allemande le panneau est mis à l'abri à Berchtesgaden (3) ; il y est inscrit sous le numéro 1377 ; il est transféré le 2 août 1945 au Central Collecting Point de Munich ; il y est enregistré sous le numéro 6425 ; le panneau est rapatrié vers la France par le sixième convoi en provenance de Munich le 18 avril 1946 à destination du siège de la commission de récupération artistique ; il est retenu lors de la quatrième commission de choix des oeuvres de la récupération artistique le 21 décembre 1949 (3) ; il est attribué au musée du Louvre (département des peintures) par l'Office des Biens et Intérêts Privés en 1950 ; le panneau est déposé au musée des beaux-arts d'Alger de 1952 à 1960, puis déposé au musée des beaux-arts d' Angers ("échange Campana") en 1969 (4).

Notes
(1)MEAE/209SUP714 D2 : Indique aussi les numéros Munich 3105 et 6425, l'un désignant le cadre, l'autre le panneau ; en effet, un document de Coblence [BAK B323/567] indique pour cette oeuvre le numéro 6425.
(2)MEAE/209SUP149 A101.
(3)Bundesarchiv BAK B323615 et B323/658 : "Property Card".
(4)SMF, sous-direction des collections, dossier Récupération.
(5)SMF, sous-direction des collections, dossier Récupération : Arrêté du ministère d'Etat aux Affaires culturelles du 17 décembre 1969.
Mode d’acquisition
attribution par l'office des biens privés (MNR)
Date d’acquisition
date d'arrivée au Musée : 1950
Propriétaire
Musées Nationaux Récupération

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Angers (France), Musée des Beaux-Arts, salle d'exposition

Bibliographie

- Lesné, Claude ; Roquebert, Anne, Catalogue des peintures M.N.R., Paris, R.M.N., 2004, p. 602, ill. n&b
- Menjón Ruiz, Marisancho Menjón Ruiz, Marisancho ; Angers, Musée des Beaux-Arts (dir.), Le matin des peintres : tableaux sur bois du XIVe au XVIe siècle des musées d'Angers, cat. exp. (Angers : Musée des Beaux-Arts, 10 novembre 1993 - 13 février 1994), Angers, Musée des Beaux-Arts, 1993, n°2
- Brejon de Lavergnée, Arnauld ; Thiébaut, Dominique (dir.), Brejon de Lavergnée, Arnauld ; Thiébaut, Dominique, Catalogue sommaire illustré des peintures du musée du Louvre. II. Italie, Espagne, Allemagne, Grande-Bretagne et divers, Paris, R.M.N., 1981, p. 298
Dernière mise à jour le 18.12.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances