Intérieur de forêt

1750 / 1800 (2e moitié du XVIIIe siècle)
MI 1372
Département des Peintures
En dépôt : Musée des Beaux-Arts, Quimper
Numéro d’inventaire
Numéro principal : MI 1372
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Crepin, Louis Philippe dit aussi Crespin, (Paris, 1772 - Paris, 1851)
France École de

description

Dénomination / Titre
Titre : Intérieur de forêt
Description / Décor

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 1,06 m ; Largeur : 1,38 m
Matière et technique
toile

Lieux et dates

Date de création / fabrication
2e moitié du XVIIIe siècle (1750 - 1800)

Données historiques

Historique de l'œuvre
Collection Louis La Caze, Paris.Legs La Caze, 1869. Déposé au musée des beaux-Arts de Quimper en 1872
Artiste à dissocier probablement du peintre de marine Louis-Philippe Crépin (Paris, 1772-Paris, 1851) qui travaille dans un style très néo-classique et expose au Salon à partir de 1796. Ce Crépin (ou Crespin) inconnu a une manière décorative et "rococo" dans la suite d'Oudry qui le situe nettement dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il a jusqu'à présent toujours été confondu avec Louis-Philippe Crepin.
Attribution ancienne à Crépin, paysagiste français actif dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, due à Louis La Caze.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
legs
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Peintures

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé

Index

Bibliographie

- Clément, Jean-Paul (dir.), Chateaubriand et le sentiment de la nature, cat. exp. (Châtenay-Malabry (France), Maison de Chateaubriand, automne 1991), [Châtenay-Malabry], Maison de Chateaubriand, 1991, p. 146
- Foucart-Walter, Élisabeth, « Tableaux déposés par le Louvre », dans Compin, Isabelle ; Roquebert, Anne (dir.), Catalogue sommaire illustré des peintures du musée du Louvre et du musée d'Orsay. V. Ecole française. Annexes et index, Paris, R.M.N., 1986, p. 194-394, p. 235
Dernière mise à jour le 19.05.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances