face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue avec cadre © 2014 RMN-Grand Palais (musée du Louvre)
dos, verso, revers, arrière ; détail marquage / immatriculation © 2014 RMN-Grand Palais (musée du Louvre)
© 2014 RMN-Grand Palais (musée du Louvre)
© 2014 RMN-Grand Palais (musée du Louvre)

Don Quichotte trompé par Sancho prend une paysanne pour Dulcinée

Date de création/fabrication : XVIIIe siècle (1700 - 1800)
En dépôt : Musée national du Château de Compiègne, Compiègne
Numéro d’inventaire
Numéro principal : INV 3564
Autre numéro d'inventaire : B 547
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Coypel, Charles-Antoine (Paris, 1694 - Paris, 1752)
France École de

description

Dénomination / Titre
Titre : Don Quichotte trompé par Sancho prend une paysanne pour Dulcinée
Description / Décor
Inscriptions
Inscription :
B 541 (marquage erroné pour B 547)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 1,4 m ; Largeur : 1,6 m
Matière et technique
toile

Lieux et dates

Date de création / fabrication
XVIIIe siècle (1700 - 1800)

Données historiques

Historique de l'œuvre
Carton de tapisserie pour la Tenture de Don Quichotte, peint pour la Manufacture des Gobelins. Déposé au palais de Compiègne pour le mariage de Louise, fille de Louis-Philippe, et Léopold Ier en 1832 (fait partie d'un ensemble de trente-quatre tableaux, dont vingt-sept sujets originaux et sept répétitions, et dont vingt-huit toiles sont déposées en 1832 et six en 1841 ; INV 3554 à INV 3587). Rapatrié au Louvre le 10 novembre 1846 ; à nouveau envoyé à Compiègne le 9 mai 1849 (sauf INV 3562 et INV 3585 rapatriés au Louvre le 25 octobre 1862 et redéposés à Compiègne). Carton de tapisserie pour la Tenture de Don Quichotte, peint pour la Manufacture des Gobelins Disparu? (répétition du n° inv. 3563)
Mode d’acquisition
entrée - Collection de Louis XV
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Peintures

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé
Dernière mise à jour le 18.11.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances