face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue sans cadre © 2011 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue avec cadre © 2010 Musée du Louvre / Angèle Dequier
face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue avec cadre © 2002 Musée du Louvre / Angèle Dequier
© 2011 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
© 2010 Musée du Louvre / Angèle Dequier
© 2002 Musée du Louvre / Angèle Dequier

Le Jugement de Salomon

1649
INV 7277 ; MR 2316
Département des Peintures
Actuellement visible au Louvre
Salle 826
Aile Richelieu, Niveau 2
Numéro d’inventaire
Numéro principal : INV 7277
Autre numéro d'inventaire : MR 2316
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Poussin, Nicolas (Les Andelys, 1594 - Rome, 1665)
France École de

description

Dénomination / Titre
Titre : Le Jugement de Salomon
Description / Décor

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 1,01 m ; Hauteur avec accessoire : 1,255 m ; Largeur : 1,5 m ; Largeur avec accessoire : 1,74 m
Matière et technique
huile sur toile

Lieux et dates

Date de création / fabrication
2e quart du XVIIe siècle (1649)

Données historiques

Historique de l'œuvre
Peint pour le banquier Pointel (vers 1585-1660) en 1649. Collection de Louis XIV (acquis en 1685). Sujet tiré de la Bible, Livre des Rois.

Historique:
Collection Jean Pointel (cf. Félibien (A.), 1666-1688); Nicolas du Plessis-Rambouillet, avant 1665 (cf. Chantelou, [1665] éd. 2001); Louis Achille de Harlay (1629-1712), procureur général puis Premier président du Parlement (cf. Félibien (A.), 1666-1688) ; Charles Antoine Hérault (1644-1718), peintre et marchand de tableaux ; acquis auprès de celui-ci pour Louis XIV, 1685 ; inventaire Le Brun de 1687, no 443 (cf. Brejon de Lavergnée (A.), 1987a); au cabinet des Tableaux dans le Petit Appartement de Louis XIV au château de Versailles, 1695, 1701 (cf. Lett, 2014); au cabinet des Tableaux de la surintendance des Bâtiments, avant 1706 (cf. Rosenberg (P.), 2015, p. 210); exposé à l’ouverture du Muséum (Louvre), 1793, cat. no 25 (cf. Dubreuil, 2001).

Commentaire:
André Félibien précise que le tableau a été peint pour Jean Pointel en 1649 et qu’il est « admirable pour la correction du dessein et la beauté des expressions» (cf. Félibien (A.), 1666-1688). Bellori ajoute que Poussin considérait l’œuvre comme «la meilleure de ses peintures» (Bellori, [1672] éd. 1994, p. 102). Le sujet est tiré du Livre des Rois dans la Bible : deux prostituées ont chacune un enfant dont l’un est mort pendant la nuit. Au matin, elles réclament chacune l’enfant survivant comme le leur. Salomon ordonne de trancher cet enfant en deux et de donner une moitié à chacune. Il reconnaît ainsi la véritable mère qui veut que l’on épargne l’enfant même s’il doit lui être enlevé : « Seigneur, donnez-lui, je vous supplie l’enfant vivant, et ne le tuez point. L’autre disait au contraire : Qu’il ne soit ni à moi ni à vous, mais qu’on le partage. Alors le Roi prit la parole et dit : Donnez à celle-ci l’enfant vivant, et qu’on ne le tue point, car c’est elle qui est sa mère» (1 Rs, 3, 16-28).
L’artiste s’est inspiré de la fresque de même sujet par Raphaël et ses collaborateurs dans les Loges du Vatican. Mais Poussin ordonne la composition selon une symétrie si rigoureuse qu’elle donne un caractère intemporel à la justice de Salomon. La scène paraît figée dans l’instant où Salomon va prononcer son jugement. Le trône orné de godrons paraît faire une auréole à Salomon, hiératisant encore davantage la composition. Le trône est flanqué de deux puissantes colonnes, symboles de force. La narration est donc rejetée sur les côtés droit et gauche : à droite, c’est-à-dire à la gauche de Salomon, la mauvaise mère qui accuse, le doigt pointé; à gauche, la bonne mère qui supplie que l’on épargne son enfant qu’un soldat tient par le talon, s’apprêtant à le trancher en deux. Pour la base du trône de Salomon, Poussin s’est inspiré d’un bas-relief d’une frise du Forum de Trajan (cf. Fagiolo Dell’Arco, 1996). Poussin s’est également inspiré d’un sarcophage romain pour la femme qui se retourne à l’extrême droite de la composition (cf. Wittkower, 1963). Le tableau était prisé 800 livres dans l’inventaire après décès de Jean Pointel en 1660 : «Item un autre tableau peint sur toile de trois pieds ou environ de haut sur quatre ou cinq pieds de long représentant le jugement de Salomon, sans bordure, ouvrage dudit Poussin» (cf. Thuillier et Mignot, 1978). Le Jugement de Salomon aurait été acheté pour 2000 livres par Nicolas du Plessis-Rambouillet,beau-père de Tallemant des Réaux (cf. Loménie de Brienne, [v. 1695], dans Thuillier, 1994). Selon André Félibien, il appartenait à Achille de Harlay peu de temps avant d’être acquis pour Louis XIV auprès du peintre marchand Charles Antoine Hérault au prix de 5000 livres, en même temps que La Mort de Saphire (acquis 5 500 livres; INV. 7286) (cf. C.B.R., [1664-1715] éd. 1881-1901). Deux dessins sont en relation avec le tableau (plume et encre brune, lavis brun; 24,7 × 38,5 cm; École nationale supérieure des Beaux-Arts; inv. 1424; cf. Rosenberg (P.) et Prat, 1994, I, no 338; plume et encre brune, lavis brun; 15,6 × 27,5 cm; musée du Louvre; Inv. 32430; cf. Rosenberg (P.) et Prat, 1994, I, no 339). Le tableau a été gravé en contrepartie par Étienne Baudet, gravure exécutée à Rome, éditée par Jean Dughet et dédiée au cardinal Camillo Massimi. Une deuxième gravure a été éditée au xviie siècle par Guillaume Chasteau. Enfin une troisième estampe a été exécutée par Étienne Gantrel. Il faudrait ajouter la gravure de Guillaume Chasteau dans le Recueil Beringhen en 1686, et celle de Martial Desbois dans l’ouvrage de Caroline Catherine Patin, Tabellae selectae ac Explicatae, Padoue, 1691. Ces estampes datant toutes du xviie siècle attestent le succès de la composition. L’œuvre est peinte sur une toile sergée comprenant 10 × 20 fils au cm2 et sur une double préparation : couche profonde rouge contenant une ocre rouge, du carbonate de calcium et du blanc de plomb, surmontée d’une couche brune comprenant une terre brune, du noir de carbone et du blanc de plomb. Le tableau a été restauré en couche picturale par Georges Zezzos à Montauban en 1941, intervention complétée par Jean-Gabriel Goulinat au Louvre en 1960 (N. Milovanovic, 2021).
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Pointel, Jean (Commanditaire)
Louis XIV, roi de France (Propriétaire)
Mode d’acquisition
entrée - Collection de Louis XIV
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Peintures

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Richelieu, [Peint] Salle 826 - Nicolas Poussin (1594-1665) : entre Rome et Paris

Bibliographie

- Milovanovic, Nicolas, Peintures françaises du XVIIe du musée du Louvre, Editions Gallimard / Musée du Louvre Editions, 2021, p. 185, ill. coul., n°410
- Bonfait, Olivier, Poussin et Louis XIV: Peinture et Monarchie dans la France du Grand Siècle, Paris, Hazan, 2015, p. 80, 102, 119, 182, 207, 223, 234, n° 15 (coul.)
- Poussin et Dieu, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 30 mars - 29 juin 2015), Paris, Hazan/ Louvre éditions, 2015, p. 135, 343, 368
- Rosenberg, Pierre, Nicolas Poussin : les tableaux du Louvre, Paris, Louvre éditions/ Somogy, 2015, p. 210-215, coul., n° 23
- Lett, Matthieu, « Les tableaux du Petit Appartement de Louis XIV à Versailles », dans Louis XIV, l'image et le mythe, actes du colloques, Versailles, 2010, Rennes, Presses universitaires, 2014, p. 125
- Poussin et Moïse. Du dessin à la tapisserie, 2, cat. exp. (Rome, Villa Médicis, 7 avril - 5 juin 2011/ Bordeaux, Musée des Beaux-Arts, 30 juin - 26 septembre 2011), Rome, Drago, 2011, p. 84
- Poussin et Moïse. Du dessin à la tapisserie, 1, cat. exp. (Rome, Villa Médicis, 7 avril - 5 juin 2011/ Bordeaux, Musée des Beaux-Arts, 30 juin - 26 septembre 2011), Rome, Drago, 2011,
- Dubreuil, Marie-Martine, « Le Catalogue du Muséum Français (Louvre) en 1793 », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 2001 (2002), p. 125-165, n°25
- Chantelou, Paul Fréart de, Journal de voyage du cavalier Bernin en France, ed. Macula, 2001, p. 181
- Fagiolo dell'Arco, Maurizio, Jean Lemaire pittore antiquario, Rome, Ugo Bozzi, 1996, p. 80
- Thuillier, Jacques, Nicolas Poussin, Paris, Flammarion, 1994, p. 203-204
- Rosenberg, Pierre ; Prat, Louis-Antoine, Nicolas Poussin 1594-1665 : catalogue raisonné des dessins, 2 tomes, Milan, Leonardo Editore, 1994, n°338
- Loire, Stéphane, Musée du Louvre. Peintures françaises. XIVe-XVIIe siècles. Guide de visite, Paris, Réunion des musées nationaux, 1989, p. 58, 59, ill. coul.
- Compin, Isabelle ; Roquebert, Anne, Catalogue sommaire illustré des peintures du musée du Louvre et du musée d'Orsay. IV. Ecole française, L-Z, Paris, R.M.N., 1986, p. 142, ill. n&b
- Thuillier, Jacques ; Mignot, Claude, « Collectionneur et peintre au XVIIe : Pointel et Poussin », Revue de l'Art, n°39, 1978, p. 50-51, n°11
- Compin, Isabelle ; Reynaud, Nicole ; Rosenberg, Pierre, Musée du Louvre. Catalogue illustré des peintures. Ecole française. XVIIe et XVIIIe siècles : II, M-Z, Paris, Musées nationaux, 1974, p. 60, 212, fig. 672, n° 672
- Compin, Isabelle ; Reynaud, Nicole, Catalogue des peintures du musée du Louvre. I, Ecole française, Paris, R.M.N., 1972, p. 300
- Wittkower, Rudolf, « The Role of Classical Models in Bernini’s and Poussin’s Preparatory », dans Studies in Western Art, Latin American Art and The Baroque Period in Europe, actes du colloque, New York, 1961, III, Princeton, Princeton University Press, 1963, p.41-50, p. 45-46
- Brière, Gaston, Musée national du Louvre. Catalogue des peintures exposées dans les galeries. I.Ecole française, Paris, Musées nationaux, 1924, p. 204, n° 711
- Félibien, André, Entretiens sur les vies et sur les ouvrages des plus excellens peintres anciens et modernes, 5 vol., Paris, chez S. Marbre-Cramoisy, 1666-1688, p. 299 (t.IV)
- Rosenberg, Pierre, « Poussin and God », The Burlington Magazine, 157, 1349, 2015, août, p. 561-563, p. 562

Expositions

- Poussin, Londres (Royaume Uni), Royal Academy of Arts, 19/01/1995 - 13/04/1995, étape d'une exposition itinérante
- Poussin, Paris (France), Galeries nationales du Grand Palais, 27/09/1994 - 02/01/1995, étape d'une exposition itinérante
Dernière mise à jour le 28.03.2022
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances