face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue sans cadre © 2014 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec
face, recto, avers, avant ; détail © 2014 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec
face, recto, avers, avant ; détail © 2014 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec
face, recto, avers, avant ; détail © 2014 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec
face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue avec cadre © 2002 Musée du Louvre / Angèle Dequier
face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue sans cadre © 1994 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda
© 2014 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec
© 2014 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec
© 2014 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec
© 2014 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec
© 2002 Musée du Louvre / Angèle Dequier
© 1994 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda

Le Triomphe de Flore

1627 / 1628 (2e quart du XVIIe siècle)
INV 7298 ; MR 2346
Département des Peintures
Actuellement visible au Louvre
Salle 826
Aile Richelieu, Niveau 2
Numéro d’inventaire
Numéro principal : INV 7298
Autre numéro d'inventaire : MR 2346
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Poussin, Nicolas (Les Andelys, 1594 - Rome, 1665)
France École de

description

Dénomination / Titre
Titre : Le Triomphe de Flore
Description / Décor

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 1,65 m ; Hauteur avec accessoire : 2,07 m ; Largeur : 2,41 m ; Largeur avec accessoire : 2,845 m
Matière et technique
huile sur toile

Lieux et dates

Date de création / fabrication
2e quart du XVIIe siècle (vers 1627 - 1628)

Données historiques

Historique de l'œuvre
Historique
Collection cardinal Luigi Alessandro Omodei (1608-1685), avant 1655 ; acquis pour Louis XIV, 1685 ; inventaire Le Brun, no 476 (cf. Brejon de Lavergnée (A.), 1987a) ; chambre du Grand Dauphin, fils de Louis XIV, au château de Versailles, 1695 ; cabinet des Tableaux de la surintendance des Bâtiments à Versailles, 1706 ; au
Louvre en 1719 (cf. Rosenberg (P.), 2015) ; cabinet des Tableaux au palais du Luxembourg, 1750 (cf. Bailly, 1751) ; au Louvre en 1785 (inventaire Duplessis, no 129) ; exposé à l’ouverture du Muséum (Louvre), 1793 (no 433 du cat. ; cf. Dubreuil, 2001).

Commentaire
Le Triomphe de Flore a été peint vers 1627-1628 pour le futur cardinal Luigi Alessandro Omodei, qui était alors âgé d’environ dix-neuf ans et qui occupait déjà les fonctions de protonotaire apostolique participantium (cf. Rosenberg (P.), 2015, p. 72-73). En 1685, le tableau a été acheté pour Louis XIV, ensemble avec L’Enlèvement des Sabines (voir INV. 7290), au prix de 3 000 écus romains (c’est-à-dire environ 10 600 livres) (cf. Gady (B.), 2002). En 1672, Bellori donne une
description très détaillée du sujet : « Passons au Triomphe de Flore. Assise sur un char d’or, elle est servie par les Amours, avec la permission de
Vénus qui accompagne le triomphe. Deux enfants ailés, une guirlande de fleurs sur la poitrine, tirent le char ; au-dessus d’eux, dans l’air, un petit Amour couronne la déesse, reine du doux printemps, pendant qu’à terre, près des roues, leurs compagnons jouent avec des paniers de fleurs, célébrant la saison joyeuse et propice aux
amours. Flore se tourne vers Ajax et Narcisse qui lui offrent un tribut : Ajax, en cuirasse, lui présente ses fleurs dans son bouclier ; le jeune Narcisse, nu, lui offre ses blancs narcisses. Devant le char, la première de toutes, avance Vénus dansant avec les Amours, couronnée de roses blanches et rouges teintes de son sang. La gaieté de la peinture fait oublier ici le deuil de Vénus, à nouveau accompagnée de son cher Adonis qui la suit, couronné de fleurs ; d’une main, il tient un
panier d’anémones pourpres, de l’autre, il en offre quelques-unes à Jacinthe, penché vers un petit Amour qui attache à ses cheveux une couronne de fleurs bleues, qui sont nos jacinthes. Des figures nues sont assises, d’autres portent sur la tête et dans les mains paniers et guirlandes, qui complètent cette image peinte à l’origine pour le cardinal Aluigi Omodei » (cf. Bellori, 1672, trad. Nadine Blamoutier dans Bellori et al., [1672-1688] éd. 1994, p. 88-89). Poussin s’est inspiré de diverses sources textuelles : plusieurs passages des Métamorphoses d’Ovide décrivant des transformations en fleurs (livres III, IV, X, XIII), mais également un passage des Fastes du même auteur décrivant le don de métamorphose de Flore (livre V, v. 223-228). Il est possible que Poussin ait aussi consulté les commentaires moraux que Francesco Turchi et Giuseppe Orologi ont faits sur le texte d’Ovide dans la traduction italienne très libre de Giovanni Andrea dell’Anguillara en 1561 (cf. Worthen, 1979). Les mêmes sources ont été exploitées pour une seconde version du sujet, sensiblement différente, conservée à la Gemäldegalerie de Dresde : L’Empire de Flore. Emily Beeny a récemment proposé d’identifier la jeune femme assise dans le char comme Vénus, dont ce serait le triomphe, et non celui de Flore, qui guiderait seulement le cortège triomphal, tout à fait à gauche, esquissant un élégant pas de danse (cf. Beeny, 2019). Nous acceptons l’identification du guerrier en armure à droite comme Mars (identification déjà proposée par Thomas Worthen en 1979), mais pensons que Vénus est bien en tête du cortège, auprès de son amoureux Adonis. La présence de Mars faisant une offrande à Flore signifierait l’hommage rendu par la Guerre à une figure de Flore associée non seulement au printemps, à la jeunesse mais aussi à l’amour. La consonance amoureuse de la composition est d’ailleurs manifeste : Vénus et ses deux amoureux, Adonis et Mars, sont auprès de Flore, guidant son char ou lui rendant hommage. Clytie, amoureuse d’Apollon, est au premier plan, se penchant pour cueillir une fleur de tournesol. Narcisse et Smylax sont représentés derrière Flore, à droite, offrant narcisses et liserons. En outre, nous pensons que
ce sont bien Éros et Antéros qui tirent le char de la déesse, étant représentés ensemble avec les ailes colorées comme à la voûte de la galerie Farnèse d’Annibal Carrache. Poussin se serait ainsi iconographiquement et formellement inspiré de ce décor. Annibal Carrache évoque le pouvoir universel de l’Amour sur les hommes comme sur les dieux, Poussin célèbre le renouvellement printanier de la nature et de la vie grâce à la puissance de l’Amour. Selon les mots de John Ruskin en 1849, le Triomphe de Flore est un "véritable festin pour le corps et l’âme à la Keats […] le tout si pur et pourtant si follement joyeux que l’on croirait voir une nuée de feuilles de rosier métamorphosées en créatures vivantes par la brise printanière » (cf. Ruskin, [1849] éd. 1904, et Beeny, 2019). Le Triomphe de Flore a été gravé par
Étienne Fessard entre 1758 et 1770. Le tableau a été peint sur une toile à densité de tissage très faible, comprenant 7 × 7 fils au cm2, donnant une structure pavimenteuse à la composition. La couche de préparation est double : la couche profonde est de couleur brune, constituée d’une terre ferrugineuse, de blanc de plomb et de noir de carbone, surmontée d’une couche grise constituée de blanc de plomb mêlé à du noir de carbone. L’oeuvre a été restaurée en 1749 par François Louis Colins (cf. Massing, 2012), puis de nouveau, en 1786, par Joseph Ferdinand François Godefroid après une déchirure au niveau du bras de la figure de Flore : « La Flore du Poussin qui avait été crevée à travers le bras de la figure, avoir nettoyé ledit tableau, et repeint la partie du bras, mastiquée ; et repointillé en beaucoup d’endroits » (cf. Engerand, 1899). Une pièce a été mise au revers de la toile originale, puis l’oeuvre a été rentoilée. Elle a été restaurée en couche picturale à Montauban par Georges Zezzos en 1940. Une restauration plus poussée a été effectuée par Lucien Aubert au Louvre en 1955.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Omodei, Luigi Alessandro (Propriétaire)
Louis XIV, roi de France (Propriétaire)
Mode d’acquisition
entrée - Collection de Louis XIV
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Peintures

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Richelieu, [Peint] Salle 826 - Nicolas Poussin (1594-1665) : entre Rome et Paris

Bibliographie

- Milovanovic, Nicolas, Peintures françaises du XVIIe du musée du Louvre, Editions Gallimard / Musée du Louvre Editions, 2021, p. 204-205, ill.coul., n°428
- Poussin and the Dance, cat. exp. (London, National Gallery , 9 octobre 2021 - 2 janvier 2022 ; Los Angeles (Externe, Etats-Unis), J. Paul Getty Museum, 15 février - 8 mai 2022), Los Angeles ; London, J. Paul Getty Trust / National Gallery Company Limited, 2021, p. 9, 10, 82, figure 6
- Bonfait, Olivier, Poussin et Louis XIV: Peinture et Monarchie dans la France du Grand Siècle, Paris, Hazan, 2015, p. 32, 224
- Rosenberg, Pierre, Nicolas Poussin : les tableaux du Louvre, Paris, Louvre éditions/ Somogy, 2015, p. 70-75, coul., n° 5
- Degas - Klassik und Experiment, cat. exp. (Karlsruhe (Allemagne), Staatliche Kunsthalle, 8 novembre 2014 - 1er février 2015), Munich, Hirmer Verlag GmbH, 2014, p. 161, 162, ill. coul. p. 162, n° 51.1
- Miyajima, Ayako, « Notes on Poussin's use of antique sources in his early works », NACT review, Bulletin of the National Art Center, 1, 2014, p. 68-79, p. 68-79, fig. 11 (n&b), fig. 15 (n&b, détail)
- Mérot, Alain, Poussin, Paris, Hazan, 2011, n° 138
- Loire, Stéphane, « A. Brejon de Lavergnée, L'Inventaire Le Brun de 1683. La collection des tableaux de Louis XIV, Paris, 1987 (compte rendu) », Bulletin monumental, 147-I, 1989, p. 95-97, p. 97, note 3
- Loire, Stéphane, Musée du Louvre. Peintures françaises. XIVe-XVIIe siècles. Guide de visite, Paris, Réunion des musées nationaux, 1989, p. 54, 55, ill. coul.
- Compin, Isabelle ; Roquebert, Anne, Catalogue sommaire illustré des peintures du musée du Louvre et du musée d'Orsay. IV. Ecole française, L-Z, Paris, R.M.N., 1986, p. 144, ill. n&b
- Compin, Isabelle ; Reynaud, Nicole ; Rosenberg, Pierre, Musée du Louvre. Catalogue illustré des peintures. Ecole française. XVIIe et XVIIIe siècles : II, M-Z, Paris, Musées nationaux, 1974, p. 49, 211, fig. 652, n° 652
- Compin, Isabelle ; Reynaud, Nicole, Catalogue des peintures du musée du Louvre. I, Ecole française, Paris, R.M.N., 1972, p. 302
- Kristeller, Paul ; Winkler, Friedrich ; Berenson, Bernard ; Panofsky, Erwin, Festschrift für Max J. Friedländer zum 60. Geburtstage, Leipzig, E.A. Seemann, 1927, p. 296
- Brière, Gaston, Musée national du Louvre. Catalogue des peintures exposées dans les galeries. I.Ecole française, Paris, Musées nationaux, 1924, p. 208, n° 732
- Grautoff, Otto, Nicolas Poussin : sein Werk und sein Leben, 2 vol., Münich, Georg Müller, 1914, n° 45
- Magne, Emile, Nicolas Poussin, premier peintre du roi, 1594-1665 (documents inédits), suivi d'un catalogue raisonné..., Bruxelles, G. Van Oest, 1914, n° 105
- Monicart, Jean-Baptiste, Versailles immortalisé par les merveilles parlantes des bâtiments, jardins, bosquets, parcs, statues... qui sont dans les châteaux de Versailles, de Trianon, de la Ménagerie et de Marly [... ], Paris, Etienne Ganeau, 1720, p. 362
- Piganiol de La Force, Jean-Aymar, Nouvelle description des chasteaux et parcs de Versailles et de Marly, contenant une explication historique de toutes les peintures, tableaux, statues, vases et ornemens qui s’y voient, Paris, 1701, p. 150
- Félibien, André, Entretiens sur les vies et sur les ouvrages des plus excellens peintres anciens et modernes. Quatrième partie, Paris, 1685, XX
- Cook, Edward Tyas ; Wedderburn, Alexander, The Works of John Ruskin, London, G.Allen, 1903-1912, p. 470-471
- Loire, Stéphane, « Deux tableaux retrouvés au Louvre : Le Triomphe de Bacchus de Pierre de Cortone et Le Passage de la mer Rouge de Giovanni Francesco Romanelli", Création et échanges artistiques entre Italie et France (XVIe-XVIIe siècles) (Actes du colloque de Paris, Institut culturel italien, 2-3 décembre 2005) », Bollettino d'Arte, n° 4, 2009 (2010), pp. 85-102, p. 89-91, 100, notes 30-42, fig. 4

Expositions

- Poussin, Paris (France), Galeries nationales du Grand Palais, 27/09/1994 - 02/01/1995, étape d'une exposition itinérante
Dernière mise à jour le 31.08.2022
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances