L'Adoration de la Sainte Trinité, image 1/2
L'Adoration de la Sainte Trinité, image 2/2
L'Adoration de la Sainte Trinité, image 1/2
L'Adoration de la Sainte Trinité, image 2/2
Télécharger
Suivant
Précédent

L'Adoration de la Sainte Trinité

1600 / 1650 (1e moitié du XVIIe siècle)
RF 1995 11
Département des Peintures
Actuellement visible au Louvre
Salle 864
Aile Richelieu, Niveau 2
Numéro d’inventaire
Numéro principal : RF 1995 11
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Schönfeld, Johann Heinrich dit aussi , Anzeric, Giovanni (Bibebach an der Riss, 1609 - Augsbourg, 1682/1683)
Allemagne École de

description

Dénomination / Titre
Titre : L'Adoration de la Sainte Trinité
Description / Décor
Évocation baroque, dans l’esprit de la Contre-Réforme, de la sainte Trinité, avec la Vierge Marie dans son rôle d’intercesseur entre Dieu et les
hommes, par Schönfeld, un artiste de confession protestante qui ne se refusa jamais à peindre des sujets aussi liés au catholicisme militant de l’époque pendant son long séjour en Italie (après avoir travaillé près de dix ans à Rome, il s’établit à Naples de 1640 jusqu’à son retour en Allemagne, en 1651). -A dater de la fin de ses années napolitaines.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 1,83 m ; Hauteur avec accessoire : 2,23 m ; Largeur : 1,25 m ; Largeur avec accessoire : 1,56 m
Matière et technique
toile

Lieux et dates

Date de création / fabrication
et 1e moitié du XVIIe siècle (vers 1650 et 1600 - 1650)

Données historiques

Historique de l'œuvre
Collection Corona, Naples (sous le nom de « Giovanni Anzeric », cf. Voss [1927]), nom absent du répertoire des quelque 1 500 coll. napolitaines, dressé par G. Labrot, comm. orale, III 1996) ; peut-être le marchand Eugenio Corona dont la vente après cessation d’activité eut lieu à Naples les 22-31 III 1915 : le R.F. 1995-11,
qui n’y figure pas (comm. écrite de S. Loire, 2 III 1996), aurait pu rester dans sa coll. personnelle ou passer à ses héritiers. – Commerce d’art, Rome, après 1945. – Coll. De Dombrowski (sans doute Louise et Francesco De Dombrowski), Florence, et château de Castello di Vincigliata, près de Florence ; passé à Heinz Rudolph Graetz et à son épouse Rachele Graetz, en 1960, lors de l’achat par ces derniers de Vincigliata, avec une partie des coll. qu’il contenait, à la famille De
Dombrowski (s’y trouve encore en 1971, cf. Pée). – Ascenzio Paoletti, Rome ; acquis par l’intermédiaire de Mario Bigetti, marchand d’art, Rome, 1995.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Bigetti, Mario, Antiquaire / Marchand d'art
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
date : 1995
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Peintures

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Richelieu, [Peint] Salle 864 - Allemagne, Autriche

Index

Mode d'acquisition

Bibliographie

- Foucart-Walter, Élisabeth, « Ecole germanique », dans Foucart-Walter, Élisabeth (dir.), Catalogue des peintures britanniques, espagnoles, germaniques, scandinaves et diverses du musée du Louvre, [Musée du Louvre, Département des peintures], Paris, Louvre éditions / Gallimard, 2013, p. 105-158, p. 138, ill. n&b
- Michaud, Cécile, Johann Heinrich Schönfeld. Un Peintre allemand du XVIIe siècle en Italie, Munich, M-Press, 2006, p. 47, 71, 119, 208-210, 216, ill. n°77, A68 p. 208
- Foucart-Walter, Élisabeth, « Le tableau du mois n° 24: L'Adoration de la Sainte Trinité par Johann Heinrich Schönfeld - Une nouvelle acquisition », Tableau du mois, n° 24, du 6 mars au 1er avril 1996, 1996, p. 1-4, p. 1-4, n&b, p. 1
- Cuzin, Jean-Pierre (dir.), Musée du Louvre. Nouvelles acquisitions du département des Peintures. 1991-1995, Paris, RMN, 1996, p. 36-40
- Pée, Herbert, Johann Heinrich Schönfeld: die Gemälde, Berlin, Deutscher Verlag für Kunstwissenschaft, 1971, p. 127-128, ill. n° 61
- Voss, Hermann, « Johann Heinrich Schönfeld », Das schwäbische Museum, n°3, 1927, p. 76

Expositions

- Nouvelles acquisitions 1990 - 1995, Napoléon, Exposition Temporaire sous pyramide, 19/09/1996 - 01/12/1996
Dernière mise à jour le 15.02.2023
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances