© 1994 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 1994 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© 1994 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 1994 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 1994 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© 1994 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Aiguière et son bassin

1810 / 1819 (1e quart du XIXe siècle)
Lieu de création : Paris (France->Ile-de-France = Ile de France)
OA 9692
Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
Numéro d’inventaire
Numéro principal : OA 9692
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Lebrun, Marc-Augustin (Mézières ?, 1782 - Paris, 1859)

description

Dénomination / Titre
Titre : Aiguière et son bassin
Type d'objet
orfèvrerie, argenterie ; aiguière ; bassin d'aiguière
Description / Décor
La gorge du pied rond de l'aiguière est encadrée par une double frise de rais-de-coeur ; au-dessus d'un rang de perles, le culot est ciselé de feuilles d'eau et de fleurs de lotus. La panse est ceinte d'un bandeau à fond amati sur lequel se détachent des lions ailés dont la queue s'achève en rinceau, affrontés de part et d'autre d'une lyre. Une nouvelle frise de rais-de-coeur orne la base du col et un rang de perles de bord supérieur. L'anse est formée par une figure de femme s'achevant en queue de poisson ; cambrée en arrière, elle présente des ailes doubles, qui prennent appui sur le bord de l'aiguière ; elle brandit de ses deux mains au-dessus de sa tête une grappe de raisins.
Le marli du bassin est bordé d’une frise de rais-de-coeur et est enrichi de la même frise de lions et de lyres que l’aiguière ; des têtes de Mercure ailé marquent les extrémités.
L’aiguière et le bassin portent le poinçon que Lebrun fait insculper vers 1810-1811, et des poinçons de titre et de garantie antérieurs à 1819. Il s’agit donc d’une œuvre de la période d’activité la plus mal connue de Lebrun, avant sa première participation à l’Exposition des produits de l’industrie de 1823.
Inscriptions
Inscription :
2847.32 (ancienne marque)
Poinçon :
Fabricant (ML, une giroutte et un aigle)
Paris, argent, depuis 1838, petite garantie
Paris, argent, 1809-1819, 1er titre et moyenne garantie

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 37 cm (aiguière) ; Largeur : 18,5 cm (aiguière) ; Diamètre : 10,5 cm (pied de l'aiguière) ; Poids : 1,224 kg (aiguière) ; Hauteur : 8,5 cm (bassin) ; Largeur : 39 cm (bassin) ; Longueur : 27,5 cm (avec l'anse) ; Poids : 0,964 kg (bassin)
Matière et technique
Matériau : argent (doré)
Technique : techniques métal (orfèvrerie)

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : Premier Empire (1804-1814) (Occident->époque contemporaine) ; Restauration (1814-1830) (Occident->époque contemporaine)

Date de création/fabrication : 1810 - 1819
Lieu de création / fabrication / exécution
Paris (France->Ile-de-France = Ile de France)

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
donation sous réserve d'usufruit
Date d’acquisition
date : 1955
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé

Bibliographie

- Dion, Anne, Orfèvrerie française du XIXème siècle. La collection du musée du Louvre, Paris, Somogy - Louvre éditions, 2011, p. 166-167, n° 83
- Mabille, Gérard, La collection Puiforcat. Donation de Stavros S. Niarchos au département des objets d'art. Orfèvrerie du XVIIe au XIXe siècle, [Musée du Louvre], Paris, Réunion des musées nationaux, 1994, n° 58
- Bottineau, Yves, Catalogue de l'orfèvrerie du XVIIème, du XVIIIème et du XIXème siècle, [Musées du Louvre et de Cluny], Paris, Editions des Musées Nationaux, 1958, n° 304
Dernière mise à jour le 25.03.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances