Chocolatière, image 1/5
Chocolatière, image 2/5
Chocolatière, image 3/5
Chocolatière, image 4/5
Chocolatière, image 5/5
Chocolatière, image 1/5
Chocolatière, image 2/5
Chocolatière, image 3/5
Chocolatière, image 4/5
Chocolatière, image 5/5
Télécharger
Suivant
Précédent

Chocolatière

1772 / 1773 (3e tiers du XVIIIe siècle = dernier tiers du XVIIIe siècle)
Lieu de création : Paris (France->Ile-de-France = Ile de France)
OAR 336
Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
Œuvre récupérée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, déposée par l'office des biens et intérêts privés (OBIP). Consulter la base de données ministérielle Rose Valland consacrée aux œuvres dites MNR (Musées nationaux récupération).
Actuellement visible au Louvre
Salle 605
Aile Sully, Niveau 1
Numéro d’inventaire
Numéro principal : OAR 336
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Duchesne, Jean-Charles Orfèvre, marque (estampilles, poinçons...)

description

Dénomination / Titre
Titre : Chocolatière
Type d'objet
orfèvrerie, argenterie ; chocolatière
Description / Décor
Chocolatière à panse arrondie, à bec à volet mobile, et manche de bois noir, tourné ; les trois pieds, incurvés, sont surmontés d'un cartouche ovale ; le couvercle est muni d'un appui-pouce.
Inscriptions
Inscription :
sous le fond, marque à l'encre noire "9901"
Poinçon :
Maître : fleur de lis couronnée, deux grains, lettres JC/D et un chêne au centre, pour Jean-Charles Duchesne ; Jurande : lettre I couronnée, pour juillet 1772-juillet 1773 ; Charge : un A couronné et fleuronné, pour gros ouvrage d'argent, 1768-1774 ; décharge : une tête casquée de profil regardant à droite, pour or et menus ouvrages d'argent, 1768-1774 ; petite garantie, argent, une tête de sanglier, pour Paris, depuis 1838

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 19 cm ; Largeur : 17 cm ; Diamètre : 6 cm
Matière et technique
Matériau : argent
Matériau : ébène
Technique : tourné = tournage (techniques bambou/ bois/ corne/ ivoire/ écaille)

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : Louis XV (1715-1774) (Occident->époque moderne = Ancien Régime->dynastie des Bourbons)

Date de création/fabrication : 1772 - 1773
Lieu de création / fabrication / exécution
Paris (France->Ile-de-France = Ile de France)

Données historiques

Historique de l'œuvre
achat par le Museum für Kunsthandwerk de Francfort auprès de Reinach (Josef ou Léon, son frère) sis 61 rue du faubourg Saint-Honoré pour la somme de 2000 francs (cf. information communiquée par Mme Katharina Weiler du stadtmuseum de Francfort, Francfort, museum für Kunshandwerk, cote ISG Museum für Kunshandwerk, A.45.03:76, achat chez Reinach : «…9901 Silb[er] Chokoladenkanne (Reinach) / 2000…»). A son arrivée au musée, elle reçoit le numéro d'inventaire "inv. 9901" (cf. fiche d'inventaire transmise par Katharina Weiler au DOA en juin 2023).
Liste des acquisitions d'oeuvres d'art réalisées en France entre 1940 et 1944 par le Museum für Kunsthandwerk de Francfort : « Liste MK-H. 240 WIE 4682 (inscription manuscrite) [...], 8- Liste Nr 54 (9901) Silberne Schokoladenkanne, Paris, um 1770, H. 18,8 cm, frs 2.000 [...] ». - La chocolatière est répertoriée dans la liste du mobilier récupéré en Allemagne établie par l'OBIP : « [n° d'ordre] 2 ; [n° allemand] 9901 ; [Provenance] 1° Wiesbaden ; [Ecole] France XVIIIe ; [Sujet] chocolatière [matière] argent ». - La chocolatière figure dans le calepin de déballage du premier convoi en provenance de Wiesbaden, le 8 novembre 1948 : « Caisse n° 31, 9901-Verseuse argent, Paris, 1770 ». La chocolatière a été achetée en France pendant la guerre par le Museum Kunsthandwerk de Francfort pour la somme de 2.000 frs. Elle a été envoyée au Central Collecting Point de Wiesbaden, zone américaine et enregistrée sous le numéro WIE 4682/8. La chocolatière a ensuite été restituée par le Haut-Commissariat américain en Allemagne à l'OBIP, délégation du ministère français des Affaires étrangères pour les restitutions. Elle est envoyée à Paris le 4 novembre 1948 par le premier convoi en provenance de Wiesbaden. La chocolatière est alors inscrite sur la liste des oeuvres mises à la disposition des musées nationaux par l'OBIP. Retenue lors de la deuxième commission de choix des oeuvres de la récupération artistique du 17 novembre 1949, la chocolatière est prise en charge par la direction des musées de France, et fut confiée par celle-ci à la garde du musée du Louvre (département des Objets d'art) en 1951. Elle est inscrite dans l'inventaire Objets d'Art Récupération (OAR), établi par Hubert Landais, sous le numéro OAR 336. Déposée au château de Compiègne le 6 août 1952, elle revient au musée du Louvre le 29 septembre 1969 ; elle est actuellement exposée dans les salles du département des Objets d'art.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Francfort, Museum für Kunsthandwerk, Institution / Musée (achat par le Museum für Kunsthandwerk de Francfort auprès de Reinach (Josef ou Léon, son frère) sis 61 rue du faubourg Saint-Honoré pour la somme de 2000 francs)
Mode d’acquisition
attribution par l'office des biens et intérêts privés (MNR)
Date d’acquisition
date de l'arrêté : 1951 (d'attribution)
Propriétaire
Musées Nationaux Récupération

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Sully, [OArt] Salle 605 - Stavros S. Niarchos, Vitrine 20

Bibliographie

- Bimbenet-Privat, Michèle ; Doux, Florian ; Gougeon, Catherine, Orfèvrerie de la Renaissance et des Temps Modernes XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. La collection du Musée du Louvre, 3 vol., [Paris, musée du Louvre, département des Objets d'art], Plérin, éditions Faton, 2022, p. 145, fig. p. 145, n° 108 (vol. 2)
Dernière mise à jour le 12.12.2023
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances