© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© Musée du Louvre
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© Musée du Louvre

Commode marqueterie à deux tiroirs

Epoque / période : Troisième République (1870-1940) (Occident->époque contemporaine)

Date de création/fabrication : 1800 - 2000
Lieu de création : Paris (France->Ile-de-France = Ile de France)
Œuvre récupérée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, déposée par l'office des biens et intérêts privés (OBIP); en attente de sa restitution à ses légitimes propriétaires. Consulter la base de données ministérielle Rose Valland consacrée aux œuvres dites MNR (Musées nationaux récupération)..
Numéro d’inventaire
Numéro principal : OAR 487
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique

description

Dénomination / Titre
Titre : Commode marqueterie à deux tiroirs
Type d'objet
mobilier ; commode
Description / Décor
commode marquetée à deux tiroirs, de style Transition. Copie moderne coiffée d'un marbre rouge.
Inscriptions
Inscription :
à la craie bleue sous la commode : "Lager N 14 369" et au revers "OAR 487 GME"

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 86,5 cm ; Largeur : 130 cm ; Profondeur : 50 cm ; Poids : 47,5 kg
Matière et technique
Matériau : chêne (bâti)
Matériau : bronze
Technique : doré = dorure (techniques métal)
Technique : marqueté = marqueterie (techniques bambou/ bois/ corne/ ivoire/ écaille)
Technique : techniques bambou/ bois/ corne/ ivoire/ écaille (ébénisterie)

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : Troisième République (1870-1940) (Occident->époque contemporaine)

Date de création/fabrication : 1800 - 2000
Lieu de création / fabrication / exécution
Paris (France->Ile-de-France = Ile de France)

Données historiques

Historique de l'œuvre
l'origine de cette oeuvre a été précisée en croisant plusieurs sources. Dans la liste de préparation aux Commissions de choix des oeuvres de la récupération artistique (dite liste OBIP) où cette commode est citée, les informations suivantes sont indiquées : "Liste des meubles et objets d'art attribués à la Direction des Musées de France retrouvés par la Commission de Récupération artistique hors du territoire national. n° d'Inv OBIP : 680 ; n° d'Inv Berryer : 385 ; n° allemand : S.N. ; Provenance. n° de convoi : 9° Vienne ; Auteur - Pays ou époque : copie moderne ; Sujet et matière : Commode : marqueterie [OAR 487]". L'indication sur la liste OBIP du convoi "9e convoi" de Vienne, arrivé le 26 décembre 1951 à Paris et déballé le 28 décembre 1951, permet de retrouver cette commode sur une liste intitulée Meubles, accompagnant le convoi. Une erreur de frappe concerne le style de la commode (Louis XVI et non Louis XV). Deux indices sont par ailleurs très significatifs pour reconnaître l'OAR 487 : la marqueterie est décrite comme "incrustée de petits personnages" et la liste OBIP indique le neuvième convoi en provenance de Vienne : "Meuble [...] Caisse N°: 10. M ; Dossier N° : 77-69 [385] ; Style : LOUIS XV ; Description : une commode incrustée de petits personnages ; Propriétaires : Domaines ; Observations : néant ; [OAR 487]" ; et : "Caisse N°: 11. M ; Dossier N° : 77-79 [385] ; Style : néant ; Description : le dessus en marbre de la commode ; Propriétaires : Domaines ; Observations : néant ; [OAR 487]". Un autre document corrobore les informations précédentes : "Liste des oeuvres d'art remises le 26 décembre 1951 au Secrétariat de la Commission de Récupération artistique ; Convoi de Vienne arrivé le 26 décembre 1951. N° OBIP : 680 ; N° C.R.A. : 385 ; N° d 'expéd. : 77-69 ; 77-69 ; Objet : 1 commode style Louis XV incrustée de petits personnages et son marbre ; Caisse : C.10. M et 11. M". Enfin sur une photographie noir et blanc d'un salon du château de Klessheim prise entre 1943 et 1944 on peut voir sur la droite une commode (OAR 487). Cette photographie confirme par là même les déductions précédentes. Cette commode Transition (copie moderne) a été exécutée à Paris par la Maison Schaeck, Rossenu & Roger ; elle est acquise par l'antiquaire munichois Anton Pössenbacher et revendue par ce dernier au Reichsstathalter de Salzburg, Baldur von Schirach qui la fit déposer au château de Klessheim. Dans sa déclaration obligatoire des biens acquis dans les zones occupées ou sous contrôle allemand (décl 01419), Anton Pössenbacher cite "1 commode" (localisation supposée au Château de Klessheim). Une première correspondance du 23 juin 1948 au service américain des Restitutions évoque la question de cette commode. Le manque d'information ne permet pas alors faute de précision, d'aller plus loin dans les investigations. Une lettre de H. Pommery (Vienne) du 22 février 1949 au bureau central des Restitutions de Munich demande de "questionner à nouveau le déclarant M. Pössenbacher [...] je ne puis espérer faire progresser mon enquête, sans être en possession d'informations complémentaires". E. Doubinsky répond le 26 août 1949 : "Faisant suite à votre note [...], j'ai interrogé Mr Anton Pössenbacher, afin d'obtenir la description des meubles se trouvant en Autriche [...]. La commode du Reichsstathalter de Salzburg se trouve très probablement dans le château de Klessheim, il s'agit d'une copie d'une commode se trouvant au Louvre, elle est ornée de nombreuses marqueteries représentant en partie des personnages, ainsi que de bronze". Le 19 novembre 1949, H. Pommery écrit à nouveau à E. Doubinsky : "J'attacherais du prix à obtenir une description plus complète de cette commode [...] Tout le mobilier du château de Klessheim a été déplacé depuis la fin des hostilités et les recherches doivent être actuellement entreprises dans les dépôts de mobilier de la ville de Salzburg". Entre temps une série de photographies (27) avaient été prises des meubles provenant de Klessheim et après différentes étapes H. Pommery communique au Colonel Bizard à Munich (le 6 avril 1950)" La photographie d'une commode du château de Klessheim. Ce meuble semble répondre à la description de celui que M Pössenbacher a spolié en France". Le 22 avril 1950, le Colonel Bizard demande à Doubinsky : "J'ai l'honneur de vous demander de bien vouloir présenter la photographie ci jointe à Monsieur Anton Pössenbacher en lui demandant s'il s'agit bien du meuble décrit dans sa déclaration". Anton Pössenbacher reconnait de façon formelle la commode le 15 mai 1950 : "La commode reproduite sur la photographie est bien celle qui a été livrée par moi au château de KLESSHEIM. [...]". Pössenbacher avait souhaité que cette commode soit restituée à la Maison Schaeck, Rossenu & Roger à Paris, mais cette dernière se désista considérant que la commode avait été vendue par elle, sans contrainte aucune. Néanmoins il se déroulera encore dix-neuf mois entre l'attestation de Pössenbacher et le retour en France de la commode. La première correspondance relative à cette affaire date de juin 1948, et sa conclusion s'achève par son rapatriement le 26 décembre 1951. Elle est rapatriée vers la France par le neuvième convoi en provenance de Vienne, arrivé le 26 décembre 1951 à Paris et déballé le 28 décembre 1951 "Caisse : C 10. M et 11. M.". Cette commode fut mise à la disposition des musées nationaux par l'OBIP et retenue lors de la septième commission de choix des oeuvres de la récupération artistique du 28 mars 1952, prise en charge par la DMF et confiée par celle-ci à la garde du musée du Louvre (département des Objets d'art). Elle a ensuite été inscrite dans l'inventaire Objets d'art Récupération (OAR) établi par Hubert Landais au début des années 1950, sous le n° OAR 487. Elle est déposée en 1959 au Mobilier national (ARD 21/08/1959). Après avoir été déposée à l'ambassade de France à Madrid, cette commode est déposée le 1er avril 1999 dans les réserves du Mobilier national. Elle revient au département des Objets d'art du musée du Louvre le 2 octobre 2003 ; elle y est actuellement conservée (source : base POP Culture, base Rose Valland).
Mode d’acquisition
attribution par l'office des biens et intérêts privés (MNR)
Date d’acquisition
date de l'arrêté : 28/03/1952
Propriétaire
Musées Nationaux Récupération

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé
Dernière mise à jour le 23.12.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances