Tapis de Savonnerie

1800 / 1900 (XIXe siècle)
Lieu de création : Paris (France->Ile-de-France = Ile de France)
OAR 532
Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
Œuvre récupérée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, déposée par l'office des biens et intérêts privés (OBIP); en attente de sa restitution à ses légitimes propriétaires. Consulter la base de données ministérielle Rose Valland consacrée aux œuvres dites MNR (Musées nationaux récupération).
Numéro d’inventaire
Numéro principal : OAR 532
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique

description

Dénomination / Titre
Titre : Tapis de Savonnerie
Type d'objet
tapis de savonnerie
Description / Décor
rosace à fond rose tendre ; 4 motifs à palmettes à l'intérieur. Partie centrale à fond vert. Bordure à fond violacé et grands rinceaux.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Largeur avec accessoire : 480 cm (dimensions hors tout) ; Profondeur avec accessoire : 470 cm (dimensions hors tout)
Matière et technique
Matériau : laine
Matériau : soie
Technique : techniques textile

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : époque contemporaine (Occident)

Date de création/fabrication : 1800 - 1900
Lieu de création / fabrication / exécution
Paris (France->Ile-de-France = Ile de France)

Données historiques

Historique de l'œuvre
ce tapis a pu être identifié en comparant la photographie en noir et blanc du tapis Ribbentrop numéro 12 prise après la guerre avec celle de l'OAR 532 : il s'agit du même tapis. Au revers de la photographie prise après la guerre, figure la mention manuscrite suivante : « 12. 4,80 x 4,90 m. W : Fr. Reconnu par M. Waldthausen venant de Paris pendant l'Occupation ». Le numéro 12 correspond au numéro d'ordre de la liste britannique des tapis et tapisseries réputés provenir des bureaux de Ribbentrop au ministère des Affaires étrangères du Reich, du 31 décembre 1945.
Ce tapis de la Savonnerie a peut-être été acheté à Paris pendant l'Occupation, pour Joachim von Ribbentrop, ministre des Affaires étrangères du Reich. En effet, la plupart des tapis de cette collection a été achetée à Paris mais aucune trace d'achat de ce tapis n'est connue à ce jour. Il fut emballé à Paris à l'ambassade du Reich avant son départ pour l'Allemagne, par l'architecte Paul von Waldthausen. Envoyé à Berlin, il orna les bureaux du ministre, situés Wilhelmstrasse à Berlin. #Il a été retrouvé en décembre 1945 par les services britanniques au château Lulianka, près d' Itzehoe, ville située au nord-ouest de Hambourg. Il a ensuite été envoyé à la Kunsthalle de Hambourg. Le 27 mars 1947, la commission de récupération artistique engage une procédure de demande de restitution envers les autorités britanniques. Il s'agit du « claim » numéro 10 selon les documents français, ou du « claim » 1619 selon les documents britanniques. Le « claim » concerne l'ensemble des tapis et tapisseries de la collection Ribbentrop. Le tapis revient à Paris le 15 décembre 1949 par le cinquième convoi (?) en provenance de Hambourg. Il est alors inscrit sur la liste des oeuvres mises à la disposition des musées nationaux par l'OBIP. Il est retenu lors de la cinquième commission de choix des oeuvres de la récupération artistique du 25 octobre 1950, pris en charge par la direction des musées de France et confié par celle-ci à la garde du musée du Louvre (département des Objets d'art) en 1951. Il est ensuite inscrit dans l'Inventaire OAR (Objets d'Art Récupération), établi par Hubert Landais, sous le numéro OAR 532. Il est déposé au Mobilier national en 1965. Le tapis revient au département des Objets d'art du musée du Louvre le 2 octobre 2003 ; il est actuellement conservé dans les réserves de ce département (source : base POP Culture, base Rose Valland).
Mode d’acquisition
attribution par l'office des biens et intérêts privés (MNR)
Date d’acquisition
date de l'arrêté : 1951 (d'attribution)
Propriétaire
Musées Nationaux Récupération

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé
Dernière mise à jour le 22.07.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances