© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2021 Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Fauteuil, d'un ensemble de cinq pièces

1775 / 1800 (4e quart du XVIIIe siècle = dernier quart du XVIIIe siècle)
Bovo, Atelier de
Lieu de création : France (Europe)
OAR 151
Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
Œuvre récupérée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, déposée par l'office des biens et intérêts privés (OBIP); en attente de sa restitution à ses légitimes propriétaires. Consulter la base de données ministérielle Rose Valland consacrée aux œuvres dites MNR (Musées nationaux récupération).
Numéro d’inventaire
Numéro principal : OAR 151
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Bovo Menuisier, Atelier de, marque (estampilles, poinçons...)

description

Dénomination / Titre
Titre : Fauteuil, d'un ensemble de cinq pièces
Type d'objet
mobilier ; fauteuil
Description / Décor
fauteuil en bois doré et recouvert de velours bleu nuit ; dossier rectangulaire à dessus arrondi, une rosace au milieu de la partie supérieure ; pieds analogues à ceux du canapé ; les mêmes motifs godronnés décorent les accoudoirs et le dossier ; la ceinture est également semblable à celle du canapé. Les fauteuils étaient à l'origine recouverts d'une soie bleue.
Inscriptions
Estampille :
"BOVO"
Inscription :
15 : ancien numéro ; 79 : numéro inventaire de la Landesgalerie de Salzbourg

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 91 cm ; Largeur : 66 cm ; Profondeur : 67 cm ; Poids : 9 kg
Matière et technique
Matériau : bois
Technique : doré = dorure (techniques bambou/ bois/ corne/ ivoire/ écaille)
Matériau : soie
Technique : velours (techniques textile->tissu uni)
Technique : techniques bambou/ bois/ corne/ ivoire/ écaille (menuiserie)

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : Louis XVI (1774-1792) (Occident->époque moderne = Ancien Régime->dynastie des Bourbons) ; Période Révolutionnaire (1792-1799) (Occident->époque contemporaine)

Date de création/fabrication : 1775 - 1800
Lieu de création / fabrication / exécution
France (Europe)

Données historiques

Historique de l'œuvre
d'après la liste de l'OBIP des oeuvres récupérées en Allemagne, ce salon est identifié de la façon suivante : "numéro d'ordre 15 ; n°allemand : 78 ; Provenance : 1° Salzbourg ; Epoque : Louis XVI ; Pays : France ; Sujet : 4 fauteuils, 1 canapé avec 2 confidents, recouverts satin bleu ; Matière : bois doré". Cette liste indique que le salon est revenu en France par le premier convoi en provenance de Salzbourg et qu'il porte le numéro 78. Dans l'inventaire de la Landesgalerie de Salzbourg figure un salon de cinq pièces, composé d'un canapé et de quatre fauteuils en bois doré d'époque Louis XVI, inventorié du numéro 78 au numéro 81. Il s'agit du salon portant les numéros d'inventaire OAR 148 à OAR 152. L'inventaire de la Landesgalerie enregistre chacun des fauteuils : "Fauteuil holzgeschnitzt echtvergold. L. XVI ; Dep. Res. ; 95.000 [francs]". L'inventaire du premier convoi en provenance de Salzbourg mentionne le salon. Le fauteuil numéro 79, identifié comme étant l'OAR 151, figure dans la caisse 25. Lors de la réception à Paris du premier convoi en provenance de Salzbourg, le calepin de déballage du 24 novembre 1947 précise : "Caisse A25, 4 Fauteuils bois doré style L. XVI recouvert en satin bleu pâle - [...] n° 79".
Ce fauteuil estampillé BOVO aurait été acheté en France pendant la guerre probablement par Friedrich Welz, directeur de la Landesgalerie de Salzbourg, lors d'une de ses missions d'achat à Paris. Le nom du vendeur est, à ce jour, inconnu. Le fauteuil a été acheté, avec les trois autres, 95.000 francs. Envoyé à Salzbourg en Autriche, au plus tard en 1942, il fut enregistré dans l'inventaire de la Landesgalerie sous le numéro 79 et conservé dans un dépôt du Residenzpalais, ancien palais archiépiscopal de Salzbourg.
A l'issue de la guerre, il fut retrouvé par les services américains puis envoyé au Collecting Point de Salzbourg. Le fauteuil fut restitué par le Haut-Commissariat américain (Central Collecting Point de Salzbourg) à l'Office des Biens et Intérêts Privés (OBIP), délégation du ministère français des Affaires étrangères pour les restitutions.
Il revient en France le 21 novembre 1947 par le premier convoi en provenance de Salzbourg dans la caisse 25. Ce fauteuil est ensuite inscrit sur la liste des oeuvres mises à la disposition des Musées nationaux par l'OBIP.
Il est retenu lors de la deuxième commission de choix des oeuvres de la récupération artistique du 17 novembre 1949, pris en charge par la direction des musées de France, et confié par celle-ci à la garde du musée du Louvre (département des Objets d'art) en 1951. Il a donc été inscrit dans l'Inventaire Objets d'Art Récupération (OAR), établi par Hubert Landais, sous le numéro OAR 151.
Le fauteuil déposé au Mobilier national revient au département des Objets d'art du musée du Louvre (source : base POP Culture, base Rose Valland).
Mode d’acquisition
attribution par l'office des biens et intérêts privés (MNR)
Date d’acquisition
date de l'arrêté : 1951 (d'attribution)
Propriétaire
Musées Nationaux Récupération

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé
Dernière mise à jour le 10.03.2022
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances