© 2004 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
© 2004 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
© Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2004 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
© 2004 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
© Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Volet gauche d'un triptyque : saint Théodore

950 / 1000 (2e moitié du Xe siècle)
Groupe Romanos, Atelier de
Lieu de création : Constantinople (Byzance)
OA 3620
Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
Actuellement visible au Louvre
Salle 501
Aile Richelieu, Niveau 1
Numéro d’inventaire
Numéro principal : OA 3620
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Groupe Romanos Atelier de

description

Dénomination / Titre
Titre : Volet gauche d'un triptyque : saint Théodore
Type d'objet
volet de triptyque
Description / Décor
Le volet, arrondi à sa partie supérieure, est bordé d'une profonde moulure soulignée d'un trait gravé. Il est occupé par la figure de saint Théodore, désigné par l'inscription. Nimbé, barbu, le saint est debout, de face mais la tête tournée vers la gauche ; de sa main droite, il serre contre lui une croix et désigne da la gauche la partie centrale du triptyque, disparue. Il est vêtu d'une longue robe retombant en plis rectilignes, recouverte d'un manteau agrafé sur l'épaule droite, et chaussé de bottines ; des orfrois soulignent les cols, les poignets, et le manteau s'orne d'un élémant brodé (tablion). Bien que saint militaire, Théodore porte ici un vêtement civil. Au revers, la baquette de fermeture des volets est sculptée d'un décor de palmettes stylisées, imbriquées. Au centre du volet, cinq cercles entrelacés, chacun occupé par une rosette crucifère, dessinent une croix, elle-même contenue dans un cercle.
Inscriptions
Inscription :
Inscription en lettres grecques gravées :« Ο Α(ΥΙΟζ) ΘΕΟΔΨΡΟC » (saint Théodore). Nombre "13" inscrit à l'encre au-dessus de la figure du saint.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 16,8 cm (16,8 et 13,4 cm) ; Largeur : 6,5 cm ; Epaisseur : 0,9 cm
Matière et technique
Matériau/Technique : Traces de polychromie.
Matériau : ivoire d'éléphant = défense d'éléphant
Technique : bas relief (techniques bambou/ bois/ corne/ ivoire/ écaille->sculpté)

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : dynastie Macédoniens (867-1057) (Byzance->époque byzantine (457-1453))

Date de création/fabrication : 950 - 1000 (attribution d'après style)
Lieu de création / fabrication / exécution
Constantinople (Byzance)

Données historiques

Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
date : 1894
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Richelieu, [OArt] Salle 501 - Charlemagne, Vitrine 9 Reliquaire Vraie Croix Martin Le Roy

Bibliographie

- La France romane au temps des premiers Capétiens (987-1152), cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 10 mars - 6 juin 2005), Paris, Hazan et musée du Louvre éditions, 2005, n° 120
- Gaborit-Chopin, Danielle ; Alcouffe, Daniel ; Bardoz, Marie-Cécile, Ivoires médiévaux : Ve-XVe siècle : catalogue, Paris, Réunion des musées nationaux, 2003, n° 17
- Durand, Jannic (commissaire général) (dir.), Byzance : L'art byzantin dans les collections publiques françaises, cat. exp. (Paris, Musée du Louvre, 6 novembre 1992 - 1er février 1993), Paris, Réunion des musées nationaux, 1992, n° 151
- Diehl, Charles ; Ebersolt, Jean ; Tyler, Royall (dir.), Exposition internationale d'art byzantin, 28 mai-9 juillet 1931, cat. exp. (Paris, Musée des Arts décoratifs, 1931), Paris, Musée des Arts décoratifs, 1931, n° 92
Dernière mise à jour le 24.03.2022
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances