© 2000 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
© 2001 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
© 1980 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© 2000 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
© 2001 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
© 1980 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu

Calendrier perpétuel

1685 / 1715 (Fin du XVIIe siècle - début du XVIIIè siècle)
Lieu de création : Augsbourg = Ausgburg (Allemagne->Bavière)
OA 10693
Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
Actuellement visible au Louvre
Salle 609
Aile Sully, Niveau 1
Numéro d’inventaire
Numéro principal : OA 10693
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Martin, Johann (1642 - 1721), Horloger, marque (estampilles, poinçons...)

description

Dénomination / Titre
Titre : Calendrier perpétuel
Type d'objet
instrument scientifique (mesure, calcul, observation, etc.)
Description / Décor
"L’instrument de forme circulaire possède au recto deux calendriers perpétuels pour les calendriers julien et grégorien avec, sur une première platine munie de trois boutons pour la faire tourner, deux listes des 7 jours de la semaine (en allemand, accompagnés des symboles des planètes correspondantes) et, sur un disque inférieur visible par deux fenêtres (l’une notée « Alt Stij » et l’autre, « Neij Stij »), les numéros des 31 jours du mois. Les deux fenêtres sont séparées de 10 jours de manière à correspondre au décalage entre les deux calendriers : le calendrier grégorien, appliqué dès 1583 dans les Etats germaniques catholiques, ne fut en effet adopté qu’en 1699-1700 dans les Etats germaniques protestants. La platine rotatoire, décorée de rinceaux, porte l’inscription « Allgemeiner und Immerwehrenter Calender ».
Au verso, le pourtour du disque est gravé d’un sanctoral. Au centre, une table rotatoire munie de trois boutons, comme au recto, donne pour chaque mois et dans six fenêtres le nombre de jours par mois (« Monat » « tage »), le signe du zodiaque et sa date d’entrée dans le mois (« den » « die ⨀ », le 10 mars pour le Bélier selon le calendrier julien), la durée moyenne du jour (« Tag » « Lang »), la durée moyenne de la nuit (« Nacht » « Lang »), l’heure moyenne du lever du Soleil (« ⨀ » « auf ») et l’heure moyenne du coucher du Soleil (« ⨀ » « Vnder »). La platine supérieure, où sont inscrites les entrées de la table ainsi que la signature, est ornée d’une rosace centrale." (Frémontier-Murphy, 2002)
Inscriptions
Signature :
"Zufinten beij Johan Martin. In Augspurg."

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Diamètre : 5,3 cm (diamètre de l'objet) ; Epaisseur : 0,2 cm (épaisseur de l'objet)
Matière et technique
Matériau/Technique : Alliage cuivreux doré, argent

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : époque moderne = Ancien Régime (Occident)

Date de création/fabrication : 1685 - 1715
Lieu de création / fabrication / exécution
Augsbourg = Ausgburg (Allemagne->Bavière)

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Landau, Nicolas (Collectionneur)
Landau, Marcelle, Stiskin, Marcelle Léontine (Donateur) (don d'un ensemble de 166 instruments scientifiques, en exécution des volontés de son époux Nicolas Landau)
Mode d’acquisition
don manuel
Date d’acquisition
date : 1979
date de l'arrêté/décision : 22/11/1979
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Sully, [OArt] Salle 609 - Nicolas et Simone Landau, Vitrine 3

Bibliographie

- Frémontier-Murphy, Camille, Les Instruments de mathémathiques, XVIe-XVIIIe siècle : cadrans solaires, astrolabes, globes, nécessaires de mathématiques, instruments d'arpentage, microscopes, RMN, Paris, 2002, p. 164, N° 92

Expositions

- De temps en temps, histoire des calendriers, Paris (France), Musée des Archives - Hôtel de Soubise, 12/11/2001 - 08/02/2002
Dernière mise à jour le 11.01.2022
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances