RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Thierry Le Mage
Autre RMN
RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Thierry Le Mage
RMN

Sainte Félicité, et deux figures de sainte Mathilde

Champaigne, Philippe de, attribué à
Numéro d’inventaire
INV 34205, Recto
Anciens numéros d'inventaire :
NIII 32022
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.14, p.140
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Champaigne, Philippe de (1602-1674), attribué à
Ecole flamande
(Jean Christophe Baudequin (bloc-notes de l'Inventaire), 2008)

Anciennes attributions :
ANONYME FRANCAIS XVIIè s

Propositions d'attributions :
CHAMPAIGNE Philippe de, attribué à
(Jean Claude Boyer)

description

Dénomination / Titre
Sainte Félicité, et deux figures de sainte Mathilde
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Saintes Mathilde, Mectilde et Félicité sont toutes trois des princesses canonisées au Moyen-Âge. D. Brême (2008) a avancé l'idée qu'il pouvait s'agir d'études pour "les impératrices et les reines qui ont été en réputation de sainteté" et qui ornaient l'apppartement d'Anne d'Autriche au Val-de-Grâce. D'ailleurs, les trois saintes portent l'habit bénédictin. D'autre part, comme, à la Révolution, on ne trouve nulle mention de ces peintures lors du récolement des oeuvres d'art de son appartement, on pourrait en conclure que le cycle était destiné à un précédent appartement décoré vers 1646. (F. Lanoë in cat. d'exp. "Trois maîtres du dessin, Philippe de Champaigne, Jean-Baptiste de Champaigne, Nicolas de Plattemontagne", musée national de Port-Royal-des-champs, 2009, p. 45)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,195 m ; L. 0,314 m
Matière et technique
Inscription autographe à la pierre noire au-dessous de chaque figure : Ste felicite / Ste Mathilde / Ste Mecthilde

Données historiques

Date d’acquisition
1793

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format
Dernière mise à jour le 08.10.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances