RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Tony Querrec
Autre Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo M. Beck-Coppola
RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Tony Querrec
Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo M. Beck-Coppola

Portrait de Robert de Cotte (1656-1735), premier architecte du roi.

Numéro d’inventaire
INV 33290, Recto
Anciens numéros d'inventaire :
NIII 30806
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.13, p.402
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
VIVIEN Joseph (1657-1734)
Ecole française

description

Dénomination / Titre
Portrait de Robert de Cotte (1656-1735), premier architecte du roi.
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Ce pastel est à mettre en relation avec le second morceau de réception de Joseph Vivien pour l'Académie royale de peinture et de sculpture le 30 juillet 1701 ( INV.33291), représentant François Girardon. Neil Jeffares donne le pastel à Joseph Vivien et l'identification du modèle, Robert de Cotte (1656-1735), premier architecte du Roi (Dictionary of pastellists before 1800, Londres, 2006, p. 557). Le procès-verbal de la séance de l'Académie royale de peinture et de sculpture tenue le 28 juin 1698 précisait que, ce jour-là,plusieurs aspirants s'étaient présentés pour être reçus académiciens. Parmi eux, on comptait « le sr Joseph Vivien, Peintre en portraicts de pastèle ». Huit jours après, le 5 juillet, l'Académie demandait à l'artiste de peindre les effigies de Girardon et de Coysevox qu'il devait protéger chacune par une glace. Occupé par les commandes passées par l'administration royale, en particulier celle des portraits du Grand Dauphin, de son épouse et de leurs trois fils, le duc de Bourgogne, le duc d'Anjou et le duc de Berry (voir cat. 16 à 18), le pastelliste n'avait finalement livré ses morceaux de réception qu'en 1701. Le 30 juillet de cette année, il était reçu, mais en ayant, sans doute avec l'accord de l'Académie, modifié les exigences premières puisque s'il avait bien fixé les traits de Girardon, le second portrait représentait le premier architecte Robert de Cotte et non pas le sculpteur Antoine Coysevox, comme cela lui avait été initialement demandé. Élève de Jules Hardouin-Mansart, qui avait épousé le 3 février 1668 Anne Bodin, Robert de Cotte s'était quant à lui marié avec Catherine Bodin et était ainsi devenu son beau-frère. De 1685 à 1708, il avait été le principal collaborateur du premier architecte de Louis XIV. Reçu à l'Académie d'architecture en 1687, il venait d'être nommé contrôleur des Bâtiments du roi au département de Paris lorsque Vivien avait peint son portrait. François Girardon n'était pas moins célèbre. Membre de l'Académie depuis 1657, il s'était déjà illustré sur les chantiers de Vaux-le-Vicomte, du Louvre, de Fontainebleau et de Versailles et avait été élu recteur de l'Académie en 1674 puis nommé chancelier par le roi en 1695. En 1699, son groupe de L'Enlèvement de Proserpine par Pluton avait été placé au centre du bosquet de la Colonnade à Versailles. Ayant déjà posé pour les morceaux de réception de Jacques d'Agar en 1675 puis de Gabriel Revel en 1682,(Château de Versailles. Inv. MV 3636 et MV 5817), Girardon se pliait de manière exceptionnelle une troisième fois à l'exercice pour Vivien, probablement au début de l'année 1701. Il s'agissait là d'un très grand honneur pour le sculpteur, et ce d'autant plus que, lors de la séance du 5 juillet 1698, le graveur Louis Simonneau le jeune avait lui aussi été chargé de fixer pour la postérité les traits de l'artiste vieillissant. Suivant la tradition, Vivien mit en scène Girardon avec l'une de ses œuvres. Jean-René Gaborit y avait reconnu le modèle de la Proserpine du groupe de L'Enlèvement placé à Versailles. Le sculpteur possédait effectivement dans la célèbre galerie de son appartement au Louvre deux « modèles en grand des testes de Pluton et de Proserpine». Dean Walker a proposé en 1982 (p. 184) de plutôt identifier le buste avec celui de Doris, l'une des nymphes servant Apollon dans le groupe en marbre cité en 1671 dans la grotte de Téthys à Versailles avant d'être transporté en 1684 dans le nouveau bosquet des Bains d'Apollon. Cette nouvelle hypothèse est celle qu'a retenue Alexandre Maral dans sa récente et monumentale somme dédiée à Girardon (2015, p. 55). Sous les crayons de Vivien, Robert de Cotte apparaissait avec un traité d'architecture et un porte-mine, outil indispensable à son métier. Coiffés de leurs hautes et longues perruques léonines, les deux modèles sont figurés dans toute la pompe, pour l'un, et le négligé, pour l'autre, de leurs fonctions respectives. Totalement maîtrisées tant dans la transcription des ombres et des lumières que dans le sentiment des matières, les œuvres n'ont rien à envier aux portraits peints à l'huile et démontrent combien Vivien pouvait avec le seul pastel égaler cette technique. En 1699, dans la Description des peintures, sculptures et estampes exposez dans la grande Gallerie du Louvre, dans le mois de Septembre 1699 (cité par Ratouis de Limay, 1946, p. 19),le sculpteur et peintre Florent Le Comte s'en étonnait déjà : « À ce propos, il faut que je m'écarte encore une fois pour vous marquer jusques à quel degré Monsieur Vivien a poussé la Peinture au Pastel,dans les grands sujets de Portraits historiez qu'il peint journellement de cette manière, dans laquelle il nous fait découvrir la même grâce, la même force, la même naïveté, et délicatesse que l'on trouve dans les ouvrages à l'huile de nos grands maîtres ; et l'on pourroit dire que la France peut se vanter d'avoir en luy le Vandick du siècle pour le Pastel. » (Xavier Salmon, Pastels du musée du Louvre XVIIe -XVIIIe siècles, Louvre éditions, Hazan, Paris, 2018, cat. 20, p. 65- 68). neiljeffares.wordpress.com/2018/07/12/the-louvre-pastels-catalogue-errata-and-observations, n° 20.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,92 m ; L. 0,745 m
Matière et technique
Pastel sur quatre feuilles de papier bleu assemblées à joints couvrants et marouflées sur toile préparée en brun tendue et clouée sur un châssis à entretoise horizontale et équerres (manquantes aux angles supérieurs). Restauré en 2006.
La restauration de cette œuvre a été rendue possible grâce au soutien de Paul Yaworsky et David Aldea avec la collaboration des American Friends of the Louvre en 2012.

Données historiques

Historique de l'œuvre
Morceaux de réception à l'Académie royale de peinture et de sculpture le 30 juillet 1701 (Montaiglon, 1880, III, p. 320). Collection de l'Académie au palais du Louvre. Le portrait de Girardon est présenté à partir de 1714 dans la deuxième salle de l'Académie (actuelle salle de Diane), où il est cité en 1715 (Montaiglon, 1881, IV, p. 189, et Guérin, 1715, rééd. Montaiglon,1893, p. 54). Saisie révolutionnaire. Inscrits sous les numéros 167 (Girardon) et 168 (de Cotte) sur l'inventaire des collections de l'Académie en l'an II (9 décembre 1793. A.N., F17 12674). Mis à disposition du Conservatoire par arrêté du Comité de salut public du 19 messidor an II (7 juillet 1794). Exposés dans la galerie d'Apollon du musée du Louvre en 1796 et 1797 (no 411). Inscrits par Morel d'Arleux avant 1827 sur l'inventaire général du musée Napoléon devenu Musée royal, sous les numéros 12848 (de Cotte) et 12849 (Girardon) (A.N., 1 DD 41, p. 1722).Les deux portraits sont à nouveau inscrits en 1832 sur l'inventaire des musées royaux sous les numéros 12848 (de Cotte) et 12849 (Girardon) (A.N., 1 DD 97, p. 1705). Le portrait de Robert de Cotte a été restauré en 2006 grâce au soutien de Paul Yaworsky et David Aldea (décadrage, dépoussiérage de la toile de marouflage, élimination des moisissures à l'aide d'un pinceau, consolidation des déchirures, ré encadrement).

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve des pastels

Index

Personnes
Sujets
Techniques

Expositions

- Pastels, Paris, Musée du Louvre, 27/07/1989 - 18/09/1989
- L'an V : Dessins des grands maîtres : XCIIe exposition du Cabinet des dessins, Paris, Musée du Louvre, 23/06/1988 - 26/09/1988
- Pastels, cartons, miniatures XVIe-XIXe siècles, Paris, Musée du Louvre, 21/06/1974 - 31/12/1974
- Pastels, Paris, Musée du Louvre, 01/12/1969 - 31/12/1969
- Pastels et miniatures XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Musée du Louvre, 09/03/1965 - 11/05/1965
- Notices des dessins, des peintures, des bas-reliefs et des bronzes exposés au Musée Royal, dans la galerie d'Apollon, ouverte le 6 août 1814, Paris, Musée du Louvre, 06/08/1814 - 1817
- Notice des dessins, cartons, pastels, miniatures et émaux exposés dans les salles du 1er et 2ème étage au musée national du Louvre [Ecole française de Le Sueur à Anonyme, et Dessins indiens et Emaux], Paris, Musée du Louvre, 1869 - 1900
- Notice des dessins, peintures, émaux et terres cuites émaillées exposés au Musée Royal, dans la Galerie d'Apollon, Paris, Musée du Louvre, 1820 - 1838
- Notices des dessins originaux, cartons, gouaches, pastels, émaux et miniatures du Musée Central des Arts. Exposés pour la première fois dans la Galerie d'Apollon. Le 28 Thermidor de l'an V [1797] de la République Française. Première Partie., Paris, Musée du Louvre, 15/08/1797 - 19/07/1802
- Notice des dessins, des peintures, des bas-reliefs et des bronzes exposés au Musée Napoléon, dans la Galerie d'Apollon. Notice des tableaux anciens, des trois écoles, mis dans le Salon d'Exposition de Peinture moderne, en juin de l'an 1811, Paris, Musée du Louvre, 06/1811 - 05/08/1814
- Notice des dessins originaux, esquisses peintes, cartons, gouaches, pastels, émaux, miniatures et vases étrusques, Exposés au Musée central des Arts, dans la Galerie d'Apollon, en Messidor de l'an X de la République Française. Seconde partie, Paris, Musée du Louvre, 20/06/1802 - 06/1811
- Notice des dessins, peintures, émaux et terres cuites émaillées exposés au Musée Royal dans la Galerie d'Apollon, Paris, Musée du Louvre, 1817 - 1820
- Notices des dessins placés dans les Galeries du Musée Royal, au Louvre [Ecole française et Ecole du nord], Paris, Musée du Louvre, 1838 - 1866
- Le Pastel de l'Académie royale de peinture et sculpture, Paris, Musée du Louvre, 01/03/2002 - 27/11/2002
- Pastels, Les Morceaux de Réception, Paris, Musée du Louvre, 16/06/2000 - 18/12/2000
- Pastels : Portraits XVIIe, Paris, Musée du Louvre, 22/01/2005 - 30/09/2005
- En société. Pastels du musée du Louvre XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Musée du Louvre, 06/06/2018 - 10/09/2018
Dernière mise à jour le 02.02.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances