La Fontaine de Diane au château d'Anet

Goujon, Jean, attribué à
Numéro d’inventaire
INV 26786, Recto
Anciens numéros d'inventaire :
NIII 33766
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.11, p.171
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Goujon, Jean (vers 1510-1572), attribué à
Ecole française

Propositions d'attributions :
MAITRE DE FLORE, genre de
(N. Ward Neilson, 1974)
ECOLE DE PRIMATICCIO ET ECOLE DE FONTAINEBLEAU
(R. Bacou, 1972)
PRIMATICCIO Francesco, atelier de
(Du Colombier)
GOUJON Jean
(J.Ch. Moreux, 1948)

description

Dénomination / Titre
La Fontaine de Diane au château d'Anet
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Ce dessin représente une fontaine des jardins du château d'Anet (Eure et Loire) dont la partie centrale et supérieure est aujourd'hui conservée au Musée du Louvre, département des Sculptures (M.R. 1581, M.R. sup 123). Selon une lettre d'Alvarotti en date du 21 mars 1553, la réalisation de cette fontaine était alors en cours et la Diane sculptée n'était pas encore en place (Occhippinti, 2000). Le dessin montre la fontaine avant son remontage dans un nymphée au XVIIIe siècle, puis son transfert au Musée des Monuments français et au Louvre. On observe sur le dessin que les chiens placés à droite et à gauche du piédestal donnaient l'eau par deux voies, la gueule et la vessie (Lossky, 1968-1970). La sculpture de cette fontaine a été tour à tour attribuée à Benvenuto Cellini, Jean Goujon, Ponce Jacquiot et Germain Pilon (Blunt). Selon G. Bresc-Bautier (2004, p. 70) le sculpteur de la statue de Diane n'est ni Benvenuto Cellini, ni Jean Goujon, ni Germain Pilon. Etant donné que la réalisation d'un grand nu féminin pour une fontaine est un caractère rare en France au milieu du XVIe siècle et plutôt de goût italien, des sculpteurs comme Lorenzo Naldini, dit en France Laurent Regnaudin, ou, plus probablement encore, Ponce Jacquiot, pourraient être avancés à bon droit pour sa réalisation. Quant à la conception dessinée du groupe sculpté, elle pourrait revenir, selon D. Cordellier (2004), à Francesco Primaticcio, dit le Primatice. Le piédestal complexe, en partie en forme de sarcophage et le bassin, a certainement été conçu par Philibert de l'Orme. Le 'sarcophage' porte le chiffre HDD entrelacés du roi de France Henri II. Paul Vitry (1908) estime que le présent dessin n'est pas de Goujon et que, malgré ses nombreuses différences avec le monument réalisé, il a les plus l'aspect d'un relevé que d'un projet. Michèle Baulieu (1978) estime, comme Paul Vitry, que 'l'attribution du dessin à Goujon semble insoutenable'. P. du Colombier (1949) décrit quant à lui le dessin comme une 'première idée proposée par un peintre et destinée à un sculpteur'. J. Adhémar (1554) y voit aussi le modèle de la statue et il en situe l'auteur dans le cercle immédiat de Francesco Primaticcio. Pour Sylvie Béguin (1970) et Roseline Bacou (1972), ce dessin n'est pas le modèle de la sculpture mais en est inspiré et son auteur est 'vraisemblablement (...) un artiste de l'Ecole de Fontainebleau' influencé par le milieu primaticien. N. Ward Neilson (1974) l'estime 'close to the problematic Maître de Flore'. Selon D. Cordellier (cat. exp. Primatice, maître de Fontainebleau, Paris, musée du Louvre, 2004, p. 361 note n° 18) ni cette feuille ni aucun des dessins conservés (Londres, British Museum, New York, Pierpont Morgan Library in ibidem), peuvent passer pour le modèle de la sculpture, aujourd'hui au Louvre. Pierre du Colombier donne le dessin à l'atelier de Primatice, et Anthony Blunt donnait la statue à Germain Pilon (J. Adhémar, Le Dessin français au XVIe siècle, 1954, n°36).
Une gravure d'Androuet du Cerceau dans 'Les plus excellents bâtiments de France' donne une image différente de la fontaine de Diane. Un gravure signée des initiales de Léon Davent intègre une interprétation du groupe sculpté dans un paysage antiquisant (Paris, BnF, Estampes,Ed 8b rés. Fol. t. 1). Une autre interprétation gravée du groupe se trouve au centre d'une gravure sur bois de la rue Montorgueil représentant' Comment Salomon estant ia fort vieil, pour complaire à ses concubines, devint ydolâtre' (Paris, BnF, Estampes,Ed 59 rés. p. 33 v°).

Une ancienne tradition voudrait que Diane de Poitiers, Duchesse de Valentinois soit représentée ici sous la figure de la déesse Diane.

Bibliographie :

Both de Tauzia, n° 1741 ;
Chennevières, 1881, p. 22
Paul Vitry, 'A propos d'un dessin du Louvre représentant la Diane d'Anet', Bulletin de la Société de l'Histoire de l'>Art français, 1907-1908, p. 131-132 ;
Maurice Roy, Artistes et monuments de la Renaissance en France : recherches nouvelles et documents inédits, I, Paris, 1929, p. 320 ;
Mayer, 1935, p. 125 ;
Pierre Du Colombier, Jean Goujon, 1949, p. 131-133 ;
Jean Adhémar, Le Dessin français au XVIe siècle, Lausanne, 1954, n° 36 (avec erreur de n° d'inventaire) ;
Françoise Bardon, Diane de Poitiers et le mythe de Diane, Paris, 1963, p. 62, pl. XI ;
Miller, 1962-1964, p. 39 note 16 ;
Thomas W. Gaehtgens, Zum frühen und reifen Werk des Germain Pilon. Stilkritische Studien zur französischen Skulptur um die Mitte des 16. Jahrhunderts, Bonn, 1967, p. 98 ;
Anthony Blunt, 'The Diana of Anet', The Burlington Magazine, XCIV, 1952, p. 55-56 ;
Anthony Blunt, Art et Architecture inFrance, 1500-1700, 1953, p. 86 notes 122-124 ; 1970, p. 72-73 ;
Naomi Miller, French Renaissance Fountains, New York, 1977, p. 151 et ss. ;
Boris Lossky, 'La Fontaine de Diane', Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art français, année 1968, Paris, 1970, p. 14 fig. 17, p. 16 ;
Sylvie Béguin, Il Cinquecento francese. I disegni di maestri, Milan, 1970, p. 92 fig. 34 ;
Kauffmann, 1970, p. 227, pl. 143 ;
Roseline Bacou et Sylvie Béguin, L'Ecole de Fontainebleau, Paris, Grand Palais, 1972-1973, n° 267 ;
Nancy Ward Neilson, 'Review. L'Ecole de Fontainebleau, Exhibition catalogue..., Paris, Grand Palais, 1972-1973', Master Drawings, 1974, n° 2, p. 170 ;
Sylvie Béguin, Le XVIe siècle français, Paris, éditions Princesse, (1970) 1976, p. 92 fig. 34 ;
Michèle Baulieu, Description raisonnée des sculptures du Musée du Louvre, tome 2, Renaissance Française, Paris, 1978, p. 98 sous n° 145 (décrit à tort comme 'crayon') ;
Roseline Bacou dans cat. exp. A Renaissance et le Nouveau Monde, Québec, Musée du Québec, 1984, n° 176 ;
Cara Dufour Denison, dans cat. exp. Le dessin français: chefs d'oeuvre de la Pierpont Morgan Library, Paris, Musée du Louvre, 1er juin - 30 août 1993, p. 1- sous n° 5 ;
Dominique Cordellier dans cat. exp. Primatice, maître de Fontainebleau, Paris, musée du Louvre, 2004, p. 361 note n° 18 ;
Geneviève Bresc-Bautier, 'La Diane d'Anet', Primatice : l'exposition au Louvre Dossier de l'art hors-série de l'Estampille/Objet d'art, n° 112, sept. 2004, p. 70, repr. (comme Jean Goujon) ;
Carmello Occhipinti, 'Notizie su Anet (1549-1553). Documenti inediti degli archivi estensi', Prospettiva, avril-juillet 2000, n° 98-99, p. 180 note 39 ;

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,42 m ; L. 0,25 m
Matière et technique
Plume et encre noire, lavis beige, tracé préparatoire à la pierre noire, papier lavé de beige. Collé en plein. Annotation à la plume et à l'encre brune, sur le montage, en bas à droite : 'N°. 45'. Annotation à la mine de plomb, en haut, au verso du montage ancien, d'une écriture du XVIIIè ou du debut du XIXè siècle : 'Plan d'une fontaine Dessinée pour Diane de Poitier / maitresse d'Henry Deux' ; à la plume et encre brune, d'une autre écriture : 'N° 34 -' ; en bas, à la mine de plomb, de deux autres écritures : à gauche : '[...?] de m. Gerard (?)', 'attribué à Jean Goujon'.

Données historiques

Historique de l'œuvre
Acquis au XIXe siècle ; Inventaire Louis Philippe, n° 4972 ; marque du musée (L. 1886a).

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Grand format

Expositions

- La Renaissance et le Nouveau Monde, Québec, Musée du Québec, 06/06/1984 - 12/08/1984
- Notice supplémentaire des Dessins, cartons, pastels et miniatures des diverses écoles, exposés, depuis 1869, dans les Salles du 1er étage au Musée national du Louvre, Paris, Musée du Louvre, 1879 - 1900
- Les plus beaux dessins français du musée du Louvre (1350-1900), Bruxelles, Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, 08/12/1936 - 16/02/1937
- L'Ecole de Fontainebleau, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 17/10/1972 - 15/01/1973
- Exhibition of french art 1200-1900, Londres, Royal Academy of Arts, 04/01/1932 - 05/03/1932
- Chefs-d'oeuvre de l'art français, Paris, Musée national d'Art Moderne, 01/05/1937 - 10/12/1937
- De franse tuin van middeleeuwen tot op onze dagen, Rotterdam, Museum Boymans-van Beuningen, 11/06/1948 - 01/09/1948
Dernière mise à jour le 06.09.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances