Diane et Actéon

1840
RF 24456, Recto
Département des Arts graphiques
Numéro d’inventaire
RF 24456, Recto
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.25, p.102
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Chassériau, Théodore (1819-1856)
Ecole française

description

Dénomination / Titre
Diane et Actéon
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Ce dessin reprend, sans variantes, un tableau de Chassériau refusé au Salon de 1840 (aujourd'hui en collection particulière). Etude préparatoire ou répétition de cette peinture, comme le laisserait supposer son caractère très achevé, il provient de la collection de l'écrivain et critique d'art Théophile Gautier, qui très tôt s'intéressa à l'artiste et fut toujours un ardent défenseur de son oeuvre. A la nouvelle du refus de la peinture par le jury du Salon, il exprima avec véhémence son indignation: « il est impossible de soupçonner même lointainement le motif d'une semblable exclusion : il est vrai que ces messieurs n'ont pas besoin de motif, il suffit qu'une chose soit belle » (La Presse, 11 mars 1840). Deux jours plus tard, il revenait sur la question et réaffirmait sa colère pour ce renvoi : dans 'Diane surprise par Acteon', avec l'effet de soleil couchant, blond et vermeil comme l'or rougi à la fournaise, Chassériau avait, selon lui, donné la meilleure réponse à la critique qui ne voyait en lui qu'un élève d'Ingres et qui ne lui reconnaissait que des qualités de dessinateur. Dans la peinture, comme dans notre feuille, le dessin ingresque des figures est accompagné de larges couches de couleur, qui enveloppent les personnages dans une atmosphère crépusculaire ajoutant une tension dramatique à la scène, comme suspendue au moment où Actéon, transformé en cerf par Diane furieuse d'avoir été surprise au bain avec ses nymphes, est sur le point d'être attaqué par ses chiens (Ovide, Metamorphoses, III, 207-232)' (Laura Angelucci, dans cat. exp. Oeuvres d'art du Musée du Louvre à Thessalonique. L'Europe et les mythes grecs : Dessins du Musée du Louvre, XVIe - XIXe siècles, par C. Loisel, Thessalonique, Fondation Teloglion, Aristotle Université de Thessalonique, 12 Octobre 2012 - 27 Janvier 2013, n° 55).
Voir aussi : Louis-Antoine Prat, 'Inventaire général des dessins. Ecole française. Dessins de Theodore Chasseriau : 1819-1856', Musée du Louvre, Cabinet des Dessins, 2 vol., Paris, 1988, I, n° 44 ; Louis-Antoine Prat, Chasseriau. Un autre romantisme, Paris, Strasbourg, New York, 2002-2003, par S. Guégan, V. Pomarède, L.-A. Prat, Paris, 2002, n° 23.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,148 m ; L. 0,207 m
Matière et technique
Aquarelle gouachée en partie oxydée sur crayon noir et plume encre brune. Signé et daté à la mine de plomb: Th. Chassériau / 1840.
Restauré en 2002

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1840

Données historiques

Historique de l'œuvre
Théophile Gautier (1811-1872), vente, Paris, Hôtel Drouot, 14-16 janvier 1873, n° 122 - Baron Arthur Chassériau (1850-1934), legs au Louvre en 1881 ; marque du Louvre (L. 1886a).
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Chassériau, Arthur
Mode d’acquisition
legs
Date d’acquisition
1935

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format

L'œuvre est visible sur rendez-vous en salle de consultation des Arts graphiques.

Expositions

- L'Europe et les mythes grecs. Dessins du musée du Louvre, XVIe - XIXe siècles
Etape :
Fondation Telloglion, Thessalonique, Grèce - 12 octobre 2012 - 27 janvier 2013
- Chassériau. Un autre romantisme
Etape :
The Metropolitan Museum of Art - The Cloisters, New York, Etats-Unis - 21 octobre 2002 - 05 janvier 2003
Organisée par : The Metropolitan Museum of Art - The Cloisters (New York, Etats-Unis)
- Exposition Chasseriau 1819-1856
Etape :
Musée national de l'Orangerie des Tuileries, Paris, France - 08 mai - 22 juin 1933
Organisée par : Musée national de l'Orangerie des Tuileries (Paris, France)
Dernière mise à jour le 06.09.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances