Etude pour Bonaparte debout, avec des chevaux et des cavaliers derrière

vers 1797
Numéro d’inventaire
RF 52524, Recto
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
David, Jacques-Louis (1748-1825)
Ecole française

description

Dénomination / Titre
Etude pour Bonaparte debout, avec des chevaux et des cavaliers derrière
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Etude pour le 'Portrait du général Bonaparte', peinture commencée en 1797, dont il ne subsiste qu'un fragment (musée du Louvre, Paris ; RF 1942-18). Un autre dessin préparatoire présente le général debout près de sa monture, tenue par un page (collection particulière, Paris ; Rosenberg et Prat, 'Jacques-Louis David, 1748-1825, Catalogue raisonné des dessins', 2 vol., Milan, 2002, n° 174, repr.) (L.-A. Prat, 'David', 5 Continents n° 9, Cabinet des dessins, musée du Louvre, Paris, Milan, 2005, n° 33, p. 77)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,294 m ; L. 0,204 m
Matière et technique
Pinceau, lavis gris sur crayon graphite sur papier beige. Dessin restauré.

Lieux et dates

Date de création / fabrication
vers 1797

Données historiques

Historique de l'œuvre
Paraphe des fils de David, Eugène en bas à gauche : ED (L. 839) et Jules en bas à droite (L.1437) en bas à gauche et à droite - Vente David, Paris, 17 avril 1826, n° 148 ; galerie Coatalem ; achat du musée du Louvre en 2001. Comité du 8 novembre 2001.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Galerie Eric Coatalem
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
2001

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format

Expositions

- Autour du Livre des Saint-Aubin - Dessins français du XVIIIe siècle : Récentes acquisitions du département des Arts graphiques, Paris, Musée du Louvre, 09/10/2002 - 13/01/2003
- Jacques-Louis David : Empire to exile, Malibu, The J. Paul Getty Museum, 01/02/2005 - 24/04/2005
Dernière mise à jour le 05.10.2019
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances