Les Victimes de la Saint-Barthélemy apparaissant à Charles IX

Numéro d’inventaire
RF 54691, Recto
Numéros de catalogues :
Inventaire Gros AJG 450
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Gros, Antoine-Jean Baron (1771-1835)
Ecole française

description

Dénomination / Titre
Les Victimes de la Saint-Barthélemy apparaissant à Charles IX
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Comme l'indiquait l'étiquette collée au dos du montage ancien du dessin, Gros devait exécuter un tableau représentant 'La Nuit de la Saint-Barthélemy au Louvre', une peinture dont ni les biographes, ni les correspondances, ni aucune autre source corrélée au peintre ne donnent témoignage. Cette étude révèle qu'il pensait évoquer cet événement sanglant de l'histoire de France en peignant les cauchemars qui torturèrent Charles IX une semaine après qu'il eut ordonné dans la nuit du 23 au 24 août 1572 le massacre de deux cents chefs protestants venus à Paris pour les noces de Marguerite de Valois et du roi Henri de Navarre. Comme le raconte Agrippa d'Aubigné (1552-1630), poète et historien de religion protestante : « Huict jours après le massacre, il vint une grande multitude de corbeaux, les uns s'appuyer, les autres croasser sur le grand pavillon du Louvre. Leur bruit fit sortir pour les voir, et les dames bigottes firent part au roi de leur espouvantement. La mesme nuit, le roi, deux heures après estre couché, saute en place, fit lever ceux de sa chambre et envoya querre [quérir] son beau-frère, entr'autres, pour ouyr en l'air un bruit de grand esclat et un concert de voix criantes, gémissantes et hurlantes, et, parmi d'autres voix furieuses, menaçantes et blasphémantes, de tout pareil à ce qu'on oyoit la nuit des massacres. Tels sons furent si distincts et articulez que le roi, croyant un désordre nouveau sur ceux de Montmoranci, fit appeler des gardes pour courir en la ville et empescher le meurtre. Mais ceux-là ayans r'apporter que la ville estoit en paix et l'air seul en trouble, lui demeura troublé, principalement parce que ce bruit de sept jours fut continué toujours à mesme heure » ('Histoire universelle', par Agrippa d'Aubigné, édition éditée pour la société de l'Histoire de France par le Baron Alphonse de Ruble, tome III (1568-1572), Paris, Librairie Renouard, MDCCCLXXXIX, p. 356-357). Pour une notice complète, voir Musée du Louvre, département des Arts graphiques, 'Inventaire général des dessins, école française : Antoine Jean Gros (1771-1835)', par Laura Angelucci, Paris, Louvre éditions / Mare & Martin, 2019, n° 450 (avec bibliographie antérieure). Voir aussi Philippe Bordes ('Laura Angelucci, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques. Inventaire général des dessins : École française. Antoine Jean Gros. Paris : Louvre éditions / Mare et Martin, 2019...' [compte rendu], in 'Master Drawings', vol. LVIII, n° 2, été 2020, p. 255, 259 note 6 et sous note n° 7,repr. p. 256 fig. 1), qui a souligné la relation de cette composition avec 'Les remords d'Oreste' peint par Philippe Augustin Hennequin pour le Salon de 1800 (Paris, musée du Louvre).

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,232 m ; L. 0,36 m
Matière et technique
Plume et encre noire, pierre noire, papier vergé filigrané (filigrane : grappe de raisin [vers Heawood, [1950] 1986, n° 2100]). Lignes de chaînettes horizontales (écartement entre les lignes de chaînettes : 25 mm). Annotation en bas à gauche, dans un cartouche : 'EDIT'.

Données historiques

Historique de l'œuvre
Deux étiquettes au dos du montage ancien du dessin (désormais dissocié du dessin pour des raisons de conservation), sur la première, on lit : 'La nuit de la Saint-Barthélemi, au Louvre. / Le rève du Roi charles IX. / Par Gros. / Première pensée d'un tableau qu'il devait exécuter. / Tout le génie poëtique du grand maître est là. / ce beau croquis faisait espèrer un nouveau chef-d'œuvre' ; sur la seconde : 'Nuit terrible ! Le Roi croit voir / les ombres de ses victimes entrer par / les fenêtres de sa chambre à coucher. / le fantôme imposant de Coligny se / dresse debout, près du lit' ; vente Paris, hôtel Drouot, chez SVV Millon & Associés, 11 juin 2008, n° 87 ; acquis par le musée du Louvre (L. 4444).
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
2008

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format

Expositions

- Antoine-Jean Gros (1771-1835), dessins du Louvre, Paris, Musée du Louvre, 27/06/2019 - 30/09/2019
Dernière mise à jour le 23.11.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances