L'Annonce à Joachim

1520
Beham, Hans Sebald, gravé par
Numéro d’inventaire
L 26 LR/143 Recto
Collection
Département des Arts graphiques
Collection Edmond de Rothschild
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Beham, Hans Sebald (1500-1550), gravé par
Ecole allemande

description

Dénomination / Titre
L'Annonce à Joachim
Type d'objet
Gravure
Description / Décor
Commentaire :
« Les récits de la nativité de Marie - Protévangile de Jacques, Évangile de l'enfance du Pseudo-Matthieu et Livre de la nativité de Marie, tous trois repris dans la Légende dorée de Jacques de Voragine - relatent l'histoire d'Anne et Joachim. Leur diffusion a non seulement contribué au développement de la piété mariale et constitué un soutien non négligeable en faveur de l'immaculée conception de la Vierge, mais aussi incité de nombreux artistes à s'approprier différents moments du récit1.Retiré au désert pendant quarante jours après le refus de son offrande au Temple, Joachim attend que le Seigneur le visite et lui accorde une postérité en Israël. Un ange lui apparaît, disant : « Joachim, Joachim, le Seigneur Dieu a exaucé ta prière. Descends d'ici. Voici que ta femme Anne a conçu en son sein 2. » C'est ce moment de l'annonce a Joachim que les artistes ont illustré, mettant face à face l'ange et le futur père de Marie, seul ou entouré de son troupeau, gardé par les bergers. La composition de Wolf Huber est dominée par Joachim, bras et tête levés vers l'ange qui descend du ciel, accompagné par un chien dont le mouvement suit celui de son maître. L'accent mis sur les figures est souligné par l'arbre qui ferme l'espace a droite, le premier plan qui domine tel un promontoire un vaste paysage montagneux et les nuances du trait et de l'encre qui détaillent la végétation et les textures des vêtements des principaux protagonistes ou laissent largement jouer la réserve du papier pour les arrière-plans. Des1907, Riggenbach releva les similitudes avec les estampes de Dürer : le chien rappelle l'un de ceux qui accompagnent saint Eustache(vers 1501), les animaux affrontés à l'arrière-plan sont inspirés de ceux de l'Annonce à Joachim de la suite de la Vie de la Vierge(vers 1504), bien qu'ils soient souvent, et nettement avant Dürer, associés à cette scène ou à celle de l'Annonce aux bergers 3. Huber emprunte également à l'Annonce à Joachim de Dürer la succession des plans menant aune ville au bord d'une étendue d'eau. L'idée de la missive pourvue de sceaux quel ange montre a Joachim pour le persuader de la réalité du contrat passé entre le ciel et les habitants de la terre pour leur rédemption revient également à Dürer 4. Altdorfer la reprend dans la suite de la Chute et Rédemption de l'humanité (cat. 27.5), mais il insiste sur le mystère de la révélation divine- les paroles de l'ange sont désormais uniquement destinées à Joachim - et donne une dimension dramatique a la scène par l'irruption de l'ange dans l'image, vu de dos, tête basculée vers l'avant. Si les liens avec les œuvres de Dürer et Altdorfer sont indéniables 5,Huber montre dans ce dessin sa capacité à renouveler le thème : Joachim est bien caractérisé comme un berger ayant à affronter la dureté du climat, et il appartient clairement au monde terrestre, avec ses rochers et sa végétation touffue ; la tension engendrée par la proximité des protagonistes dans les estampes de Dürer et d'Altdorfer est ici atténuée par la dilatation de l'espace et par la posture de l'ange qui, certes, domine Joachim, mais se penche doucement vers lui. Sebald Beham s'empare à son tour de cette nouveauté en 1520. Né à Nuremberg, il est incontestablement marqué par Dürer, mais il se montre particulièrement sensible à l'art d'Altdorfer au moment même où il s'essaie à l'eau-forte (voir cat. 59). Son Annonce à Joachim, de très petites dimensions, est dominée par un grand arbre double qui, doté d'un tronc vert et d'un tronc sec, est une allégorie de la fertilité accordée par Dieu au couple formé d'Anne et de Joachim. Celui-ci se laisse à peine deviner, au milieu de la végétation du premier plan, pour laisser toute la lumière à l'ange descendant du ciel. La dette de Beham envers Altdorfer est patente, même si, en raison de l'espace réduit de la feuille, l'ange est ramassé sur lui-même, avec des ailes plus courtes. Alors que la composition de Huber est imprégnée d'humanité, que celle d'Altdorfer est d'une immédiateté dramatique, celle de Beham insiste sur la soudaineté de l'apparition miraculeuse dans un halo lumineux. (1. Voir Frey 1997, p. 74.2. Protévangile de Jacques, 4, 2.3. Pour les estampes de Dürer, voir Schoch, Mende et Scherbaum 2001-2004, I,no 32, II, no 168.4. Ce type de missive se rencontre rarement dans les Annonces a Joachim ;voir par exemple un tableau de l'entourage de Cranach, vente Bamberg, Schlosser,23-24 novembre 2018, lot 1, et une scène du retable de l'église paroissiale de Longpont, du milieu du xvie siecle.5. Winzinger 1979, p. 87, rejette cette idée, au profit d'une relation avec l'ange du Baptême du Christ du retable de Saint-Wolfgang de Michael Pacher ;Stange 1964, p. 98, voit dans le raccourci de l'ange un accent mantégnesque et suggère que Huber l'a transmis a Altdorfer) » (H. Grollemund, 2020). Bibliographie : A. Bartsch, 'Le peintre graveur', Vol. VIII, 1808, p. 142, n°66 G. Pauli, 'Hans Sebald Beham. Ein kritisches Verzeichniss seiner Kupferstiche, Radirungen und Holzschnitte', Strasbourg, 1901, p. 35, n°22 F. W. H. Hollstein, 'German engravings, etchings and woodcuts ca. 1400-1700' Vol. III, 1954, p. 21 P. Jean-Richard, 'Maîtres de l'eau-forte des au xvie et xvie siecles.XIIe exposition de la collection Edmond de Rothschild' (Paris, musée du Louvre, 1980), Paris, 1980, no 17 H. Grollemund, 'Les Bois gravés et leur réception' in 'Albrecht Altdorfer. Maître de la Renaissance allemande', Hélène Grollemund, Olivia Savatier Sjöholm, Séverine Lepape, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 1er octobre 2020 - 4 janvier 2021, Paris, 2020, pp.100-101 et n° 28b, pp. 116-117 repr. p. 117
Description de l'album :
H : 00,305 m
L : 00,245 m
D : 00,046 m
Livre ouvert : 00,488 m

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,063 m ; L. 0,04 m
Matière et technique
Eau-forte
H. 6,3 ; L. 4 cm (rogné au trait carré)
Monogrammé HSP et daté 1520 en haut à droite

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1520

Données historiques

Historique de l'œuvre
Vente Loftie, Francfort, 26 novembre 1881, no 72 ; baron Edmond de Rothschild ; don au musée du Louvre en 1935.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Rothschild, baron Edmond de
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
1935

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve Edmond de Rothschild
Recueil : Beham Hans Sebald -1-
L 26 LR
Folio 74
rapporté au recto

Expositions

- Maîtres de l'eau-forte des XVIe et XVIIe siècles. XIIe exposition de la collection Edmond de Rothschild, Paris, Musée du Louvre-Département des Arts Graphiques, 30/05/1980
- Albrecht Altdorfer. Maître de la Renaissance allemande, Paris, Musée du Louvre, 01/10/2020 - 08/03/2021
Dernière mise à jour le 25.09.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances