Projet d'arc de triomphe, avec reliefs illustrant les travaux d'Hercule

Vers 1540/1556
Numéro d’inventaire
RF 54932, Recto
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
PEDEMONTE Pompeo (Vers 1515-1592)
Ecole lombarde

Anciennes attributions :
CALIARI Paolo, école de
BERTANI Giovanni Battista

description

Dénomination / Titre
Projet d'arc de triomphe, avec reliefs illustrant les travaux d'Hercule
Projet pour la façade d'un arc de triomphe, sans doute éphémère, décorée de statues, de trophées et de reliefs représentant huit des douze travaux d'Hercule
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Ce dessin, qui circula sur le marché de l'art avec une attribution à l'école de l'école de Veronèse (Christie's, Londres, vente du 9 avril 1990, n° 18), puis à Giovanni Battista Bertani (Christie's, Londres, 1er juillet 1997, sous lot n° 21), a intégré les collections du Louvre sous le nom de Pompeo Pedemonte (voir dossier d'acquisition établi par Dominique Cordellier, 2012, dossier de l'oeuvre). En effet, sur ce dessin est reconnaissable le monogramme de l'artiste formé des deux P au-dessus d'un A et d'un M dans un cœur, qui a été identifié par Patrizia Turpiano en 1990, puis Barton Thurber en 1994, sur au moins dix de ses dessins (Londres, Institut Courtauld, Milan, Castello Sforzesco, Florence, Museo Horne, Mantoue, Palazzo Te). Ce monogramme que l'on croyait encore en 1939 être celui de Pellegrino Pellegrini dit Tibaldi, apparaît sur au moins dix dessins de l'architecte mantouan Pompeo Pedemonte, notamment sur des feuilles conservées à Milan (Castello Sforzesco), à Florence (Museo Horne, en dépôt aux Offices) et à Mantoue (Palazzo Te). Ce monogramme, qui se présente comme une marque de fabrique, est tout à la fois un chiffre et un rébus. Il associe les lettres PP au dessus d'un A et d'un M dans un cœur. Les deux P sont les initiales de Pompeo Pedemonte. Il faut enrichir leur lecture du dessin du cœur dont la partie supérieure forme de façon parlante, deux monts. A quoi s'ajoute encore le A et le M entrelacés qui signifient Architettus Mantovanus, architecte mantouan. Le fait que ce monogramme figure sur des dessins de différentes collections donne à penser qu'il y a été porté alors que les feuilles étaient encore dans le fonds de l'atelier de l'architecte, sans doute par Pompeo Pedemonte lui-même. On observe qu'il est toujours tracé d'une encre plus sombre que celle utilisée pour les dessins, ce qui fait supposer qu'il a été apposé après la réalisation de tous ces dessins. Il s'agit d'un étude pour un arc de triomphe décoré avec huit scènes du mythes d'Hercule : Hercule et Antée ; le lion de Némée, le taureau de Crète, le combat contre le géant Alcyon, la lutte contre un centaure (Eurytion ?), la biche de Cyrénie ; et en bas : le chien Cerbère, l'Hydre de Lerne. Ces scènes pourraient être des allusions à Ercole Gonzaga, fils de Francesco Gonzaga et d'Isabelle d'Este, frère de Federico II Gonzaga duc de Manoue. Ercole prit la régence du duché à la mort de son frère, en 1540, jusqu'au 1556. Le dessin est ainsi à dater entre ces deux dates. Bibliographie : T. Barton Thurber, 'I disegni di Pompeo Pedemonte nel Civico Gabinetto dei Disegni di Milano,' in "Il Disegno di Architettura", V, 9, p. 48-54 ; Catalogue de la vente Christie's, Londres, 1er juin 1997, p. 32 sous n° 21 (comme Giovanni Battista Bertani) ; P. Carpeggiani, 'Sgabeli pieni di carte disegnate quasi per magior parte indarno', dans S'critti di Storia dell'arte in onore di maria Luisa Gatti Perer', éd. par Marco Rossi et Alessandro Rovetta, Milan, 1999, p. 279 ; P. Carpeggiani, 'Pompeo Pedemonte: novità per il catalogo dei disegni', in 'Il Tempo e la Rosa. Scritti di storia dell'arte in onore di Loredana Olivato', a cura di P. Artoni, E. M. Dal Pozzolo, M. Molteni e A. Zamperini, ZeL Edizioni, Treviso 2013, p. 278-281 ; S. L'Occaso, 'Giulio Romano "universale". Soluzioni decorative, fortuna delle invenzioni, collaboratori e allievi, éd. Il Rio, Mantoue, 2019, p. 303 ; R. Serra, 'L'eredità di Giulio Romano: i disegni del Louvre di allievi, collaboratori e seguaci' dans 'Giulio Romano a Mantova,"Con nuova e stravagante maniera", cat. exp. (Mantoue, Palazzo Ducale, 6 octobre 2019 - janvier 2020), sous la direction de Laura Angelucci, Roberta Serra, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, Peter Assmann, Paolo Bertelli avec la collaboration de Michela Zurla, Complesso Museale Palazzo Ducale di Mantova, éd. Skira, Milan, 2019, p. 95 note 12.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,325 m ; L. 0,491 m
Matière et technique
Plume et encre brune, lavis brun, sur esquisse à la pierre noire. Papier filigrané. Au milieu, à la plume et encre brune, plus sombre que celle du dessin, signature en monogramme PP et AM entrelacés dans un coeur surmonté d'une croix.

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Vers 1540/1556

Données historiques

Historique de l'œuvre
Giuseppe Vallardi (V. 135, au verso) - Christie's, Londres, vente du 9 avril 1990, n° 18 (comme école de Véronèse, vers 1560) - Christie's, Londres, 1er juillet 1997, sous lot n° 21 (Bertani) - Collection privée, Grande Bretagne - Stephen Ongpin Fine Arts, Londres, dans cat. Master Drawings, 2012, Maastricht, TEFAF, stand n° 715 et Paris, Salon du Dessin, mars-avril 2012, n° 3. Commission du 5 avril 2012. Décision du 6 avril 2012.
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
2012

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Grand format
Dernière mise à jour le 08.01.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances