RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Tony Querrec
Détail Musée du Louvre - Département des Arts Graphiques
Environnement Musée du Louvre - Département des Arts Graphiques
RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Tony Querrec
Musée du Louvre - Département des Arts Graphiques
Musée du Louvre - Département des Arts Graphiques

Pyrame et Thisbé

Vers 1510/1513
WECHTLIN Hans I, gravé par
Inventory number
757 LR/ Recto
Former inventory number:
ER 16657
Handwritten inventory reference:
vol.1, p.40
Collection
Département des Arts graphiques
Collection Edmond de Rothschild
Artist/maker / School / Artistic centre
WECHTLIN Hans I (Vers 1480/1485-documenté en 1526), gravé par
Ecole allemande
gravé d'après RAIMONDI Marcantonio

Description

Object name/Title
Pyrame et Thisbé
Type of object
Gravure
Artwork condition
Épreuve du 2e état
Description/Features
Commentaire :
Cette gravure est très largement inspirée de la feuille au burin de Marcantonio Raimondi (Bartsch, 1813, t. 14, no 322, p. 242) datée de 1505, où l'artiste a choisi de représenter le moment où Thisbé découvre le corps de Pyrame, qui, croyant que celle-ci a été dévorée par un lion, vient de se donner la mort. Wechtlin a repris fidèlement la pose des deux personnages mais il a transformé le cadre dans lequel se déroule la scène pour qu'elle soit plus au goût d'un public nordique. La légende de Pyrame et Thisbé, narrée dans les Métamorphoses d'Ovide, a été diffusée tout au long du Moyen Âge grâce au texte versifié et allégorique de l'Ovide moralisé et les nouvelles éditions imprimées du texte d'Ovide dans la sphère germanique ont certainement ravivé l'intérêt pour cette histoire auprès d'un cercle d'humanistes, capables de goûter la morale de l'inscription gravée : l'amour est fureur et folie. Wechtlin a retravaillé plusieurs fois son estampe selon un ordre identifié jusqu'à présent de la façon suivante : un premier état avec sur la planche de teinte une grande partie du ciel gravée en réserve et un petit croissant de lune (Paris, BnF, Estampes, Hebert 1408a, et cet exemplaire). Puis un changement serait intervenu dans la planche de teinte au niveau de la lune transformée en pleine lune (état Ib) (Cleveland, Museum of Art, John L. Severance Fund, 1950.396). Parallèlement ou postérieurement, une copie de l'estampe aurait été faite, avec une nouvelle planche de teinte où le ciel est entièrement bleu, et une nouvelle planche de trait (Londres, British Museum, 1834,0804.39 ; Paris, BnF, Estampes, Hebert 1408b ; Leyde, Universiteitsbibliotheek, 12934.). Or une observation attentive des différentes épreuves nous conduit à d'autres conclusions. Le premier état est à l'évidence celui qui comporte une planche de teinte complètement bleue dans le ciel (Londres, Paris et Leyde), aucune cassure dans le bord supérieur du cartouche contenant la lettre n'étant visible à ce stade. Puis une nouvelle planche de teinte a été refaite, le ciel ayant été cette fois creusé, et le bois de trait a été conservé avec une correction autour du nombril que le graveur a rendu plus mince et dont le creux s'est par ailleurs bouché du fait de l'usure de la planche (Paris et Rothschild). La cassure du filet dans le cartouche au-dessus du mot « Venus » s'est alors considérablement agrandie. Enfin, le graveur a modifié une nouvelle fois la lune. La planche de trait est plus usée, deux cassures sont à présent visibles dans le filet du cartouche (Cleveland). Il y a tout lieu de penser que ce changement s'est fait du vivant de Wechtlin : les filigranes observés sur l'état I et sur l'état II sont identiques. À l'évidence, Wechtlin n'était pas satisfait de la planche de teinte du premier état, rugueuse et schématique, et a peut-être trouvé un tailleur de bois plus doué qui a gravé les ombres et les lumières de manière plus harmonieuse dans le deuxième état. (Séverine Lepape, dans cat. expo. 'Gravure en clair-obscur Cranach, Raphaël, Rubens', Musée du Louvre, Paris, 17 octobre 2018 - 14 janvier 2019, p. 60 à 61, n° 9) Bibliographie : Bartsch, 1808, t. 7, no 7, p. 451 ; Lödel, 1863, no 7, p. 74 ; Lützow, 1891, p. 167 ; Parker, 1923, p. 74 ; Francis, 1953, p. 31-32 ; Strauss, 1973, no 24 ; Goldfarb, 1981, p. 309, fig. 3 ; Hébert, 1982, no 1408a ; Bartrum, dans cat. exp. Londres, 1995, no 50 ; Klein, dans Stijnman et Savage, 2015, p. 103-104 et table 9.2, p. 112-113 ; David Morris, 'Marcantonio Raimondi, Raphael and the image multiplied', Manchester University, 2016, n°5, p. 135 et 136.

Physical characteristics

Dimensions
Dimensions à la feuille : H. 0,271 m ; L. 0,182 m
Dimensions au trait carré : H. 0,271 m ; L. 0,181 m
Materials and techniques
Gravure sur bois, une planche de trait noir, une planche de teinte bleue. Inscription gravée : Quid Venus invenis possit furor ossib[us] here[n]s / Pyramus hoc Thysbes funere mo[n]strat ama[n]s.
État II/III
Filigrane : Tête de boeuf, 55 × 30 mm (Briquet 15174 : Brunswick, Wittenberg, Osnabrück, Colmar, Gnesen, 1503-1517)

Places and dates

Date
Vers 1510/1513

History

Object history
Pierre II Mariette (1634-1716), Paris : inscription P. Mariette 1668 à la plume dans le cartouche de la lettre gravée (L. 1789) ; comte Moritz von Fries (1777- 1826), Vienne : inscription au verso F. Rechberger 1802 (L. 2133) ; sa vente, Amsterdam, 21 juin 1824, n° 23/2, p. 74 ; David MacIntosh (¿ vers 1857) ; Saint John Dent (¿ vers 1884), Londres et Milton (Hampshire) : sa marque au verso à l'encre rouge ST J. D. (L. 2373) ; sa vente, Londres, Sotheby's, 4 avril 1884, n° 1098, 141 livres ; achat par Alphonse Wyatt Thibaudeau ; baron Edmond de Rothschild (1845-1934) ; don au musée du Louvre en 1935.Œuvre conservée dans le portefeuille n°49 du baron Edmond de Rothschild jusqu'en 2016.
Collector / Previous owner / Commissioner / Archaeologist / Dedicatee
Dernière provenance : Rothschild, baron Edmond de
Acquisition details
don
Acquisition date
1935

Location of object

Current location
Réserve Edmond de Rothschild

Exhibition history

- Gravure en clair-obscur. Cranach, Raphaël, Rubens, Paris, Musée du Louvre, 17/10/2018 - 14/01/2019
Last updated on 21.07.2020
The contents of this entry do not necessarily take account of the latest data.