Télécharger
Suivant
Précédent

coupe ; fragment

395 / 641 (époque byzantine)
Lieu de découverte : Éléphantine (îles de la Première Cataracte->région d'Assouan->de Thèbes à Assouan)
E 12821
Département des Arts de Byzance et des Chrétientés en Orient
Numéro d’inventaire
Numéro principal : E 12821

description

Dénomination / Titre
Dénomination : coupe ; fragment
Description / Décor
fond

Décor : croix ; bovin

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Longueur : 6,5 cm ; Largeur : 4,6 cm ; Epaisseur : 0,6 cm ; Profondeur : 0,8 cm
Matière et technique
Matériau : terre cuite
Technique : engobage, estampage (décor estampé), tournage

Lieux et dates

Date de création / fabrication
époque byzantine (attribution d'après style) (395 - 641)
Lieu de découverte
Éléphantine (îles de la Première Cataracte->région d'Assouan->de Thèbes à Assouan)

Données historiques

Historique de l'œuvre
Propriétaire précédent : Musée du Louvre, AE, Paris
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Clermont-Ganneau, Charles Simon, Fouilleur/Archéologue
Clédat, Jean, Fouilleur/Archéologue
Mode d’acquisition
partage après fouilles
Date d’acquisition
date de l'inscription sur l'inventaire : 1908
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Arts de Byzance et des Chrétientés en Orient

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé

Bibliographie

- Delange, Élisabeth, Les fouilles françaises d'Éléphantine, Assouan, 1906-1911 : les archives Clermont-Ganneau et Clédat, 1, Textes, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres / Louvre éditions, (Mémoires de l'Académie des inscriptions et belles-lettres (MAIBL) 46), 2012, p. 359, 479, n° 929
- Delange, Élisabeth, Les fouilles françaises d'Éléphantine, Assouan, 1906-1911 : les archives Clermont-Ganneau et Clédat, 2, Planches, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres / Louvre éditions, (Mémoires de l'Académie des inscriptions et belles-lettres = MAIBL ; tome 46), 2012, p. 296, n° 929
Dernière mise à jour le 10.05.2023
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances