© 2007 Musée du Louvre / Georges Poncet
© 2012 Musée du Louvre / Antiquités égyptiennes
© 2007 Musée du Louvre / Georges Poncet
© 2007 Musée du Louvre / Georges Poncet
© 2007 Musée du Louvre / Georges Poncet
© 2007 Musée du Louvre / Georges Poncet
© 2007 Musée du Louvre / Georges Poncet
© 2001 Musée du Louvre / Georges Poncet
© 2001 Musée du Louvre / Georges Poncet
© 2007 Musée du Louvre / Georges Poncet
© 2012 Musée du Louvre / Antiquités égyptiennes
© 2007 Musée du Louvre / Georges Poncet
© 2007 Musée du Louvre / Georges Poncet
© 2007 Musée du Louvre / Georges Poncet
© 2007 Musée du Louvre / Georges Poncet
© 2007 Musée du Louvre / Georges Poncet
© 2001 Musée du Louvre / Georges Poncet
© 2001 Musée du Louvre / Georges Poncet

statue

-780 / -656 (XXVe dynastie)
Lieu de provenance : Dendéra (rive ouest d'Assiout à Thèbes->d'Assiout à Thèbes->Haute Égypte) (?) (ville dont le personnage est originaire et où il a exercé ses fonctions ; temple d'Hathor d'après déesse mentionnée dans l'inscription)

E 26022
Département des Antiquités égyptiennes
Numéro d’inventaire
Numéro principal : E 26022

description

Dénomination / Titre
Dénomination : statue
Description / Décor
homme (assis en tailleur, pagne, mains sur les cuisses, épi)

Etat de l'oeuvre : partie inférieure
Inscriptions
Écriture :
hiéroglyphique
Nature du texte :
appel aux vivants
Noms et titres
Paouryanhor (directeur des maçons de Haute et Basse-Egypte) ; Penherimen (père)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 18,3 cm ; Largeur : 25 cm ; Profondeur : 24,5 cm
Matière et technique
Matériau : granodiorite
Technique : ronde-bosse

Lieux et dates

Date de création / fabrication
XXVe dynastie (attribution d'après style) (-780 - -656)
Lieu de provenance
Dendéra (rive ouest d'Assiout à Thèbes->d'Assiout à Thèbes->Haute Égypte) (?) (ville dont le personnage est originaire et où il a exercé ses fonctions ; temple d'Hathor d'après déesse mentionnée dans l'inscription)

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
date de l'inscription sur l'inventaire : 04/11/1968
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Antiquités égyptiennes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé

Bibliographie

- Perdu, Olivier, Les statues privées de la fin de l'Egypte pharaonique (1069 av. J.-C. - 395 apr. J.-C.), Tome I - Hommes, [Musée du Louvre/ Département des Antiquités égyptiennes], Paris, Louvre éditions / éditions Khéops, 2012, p. 232-239, 21 note 27, 231 notes 12, 20, 33, ill.1-5 p. 233-235, 6 p. 238,p. 228 détail, n° 19
- Leahy, Anthony, « Somtutefnakht of Heracleopolis. The art and politics of self-commemoration in the seventh century BC », dans Devauchelle, Didier (dir.), La XXVIe dynastie : continuités et ruptures. Actes du Colloque international organisé les 26 et 27 novembre 2004 à l'Université Charles-de-Gaulle – Lille 3. Promenade saïte avec Jean Yoyotte, Paris, Cybèle, 2011, p. 197-223, p. 198 n. 10, 200 n. 19
- Perdu, Olivier, « Florilège d'incitations à agir », Revue d'Égyptologie (RdE), 51, 2000, p. 175-193, p. 176 note 4
- Malek, Jaromir, Topographical Bibliography of Ancient Egyptian Hieroglyphic Texts, Reliefs, and Paintings, 8.2, Objects of Provenance not known. Private Statues (Dynasty XVIII to the Roman Period). Statues of Deities, Oxford, Griffith Institute, Ashmolean Museum, 1999, p. 740, n° 801-706-200
- Perdu, Olivier, « Un monument d'originalité », The Journal of Egyptian Archaeology (JEA), 84, 1998, p. 123-149, p. 131
- Perdu, Olivier, « L'avertissement d'Aménirdis Ière sur sa statue Caire JE 3420 (= CG 565) », Revue d'Égyptologie (RdE), 47, 1996, p. 43-66, p. 59
- Perdu, Olivier, « Socle d'une statue de Neshor à Abydos », Revue d'Égyptologie (RdE), 43, 1992, p. 145-162, p. 154
- Vandier, Jacques, « Chronique des musées. Nouvelles acquisitions. Musée du Louvre, département des Antiquités égyptiennes », La Revue du Louvre et des musées de France, 1969-1, 1969, p. 43-54, p. 44-46, fig. 5
Dernière mise à jour le 17.08.2022
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances