couvercle de boîte semi circulaire ; couvercle de boîte pivotant

-664 / -525 (XXVIe dynastie)
E 17367 ; OT 159
Département des Antiquités égyptiennes
Actuellement visible au Louvre
Salle 332
Aile Sully, Niveau 0
Numéro d’inventaire
Numéro principal : E 17367
Numéro catalogue : OT 159

description

Dénomination / Titre
Dénomination : couvercle de boîte semi circulaire ; couvercle de boîte pivotant
Description / Décor
percé

Décor : lion (couché, mangeant, oryx)
Etat de l'oeuvre : couvercle

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Longueur : 11 cm ; Largeur : 7,81 cm
Matière et technique
Matériau : faïence siliceuse
Technique : bas-relief saillant
Couleur : vert

Lieux et dates

Date de création / fabrication
XXVIe dynastie (attribution d'après style) (-664 - -525)

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
MacGregor, William (Collectionneur)
Kalebdjian, Hagob et Garbis (Vendeur ; Antiquaire / Marchand d'art)
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
date de comité/commission : 30/06/1949
date du conseil : 07/07/1949
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Antiquités égyptiennes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Sully, [AE] Salle 332 - Élevage, chasse et pêche, Vitrine 2

Bibliographie

- Faïences de l'Antiquité. De l'Egypte à l'Iran, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 10 juin - 12 septembre 2005), Paris, Musée du Louvre / 5 Continents, 2005, p. 160, 161, ill. p. 160, n° 427
- Vandier d'Abbadie, Jeanne, Catalogue des objets de toilette égyptiens, [Musée du Louvre, Paris, Département des Antiquités égyptiennes], Paris, Éditions des musées nationaux, 1972, p. 54, fig. 159 p. 54, OT 159
- Vandier, Jacques, « Musée du Louvre. Acquisitions du département des Antiquités égyptiennes », Bulletin des Musées de France = BMF, 1950-2, 1950, p. 25-30, p. 26

Expositions

- L'Egypte de sable et d'azur. La faïence dans la civilisation égyptienne, Le Mans (France), Musée de Tessé, 24/11/2006 - 01/04/2007
Dernière mise à jour le 04.11.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances