© 2002 Musée du Louvre / Christian Décamps
© 2014 Musée du Louvre / Antiquités égyptiennes
© 2002 Musée du Louvre / Christian Décamps
© 2014 Musée du Louvre / Antiquités égyptiennes

chevalière à chaton plat soudé ; bague à chaton rectangulaire

Date de création/fabrication : Nouvel Empire (d'après style) (-1550 - -1069)
Actuellement visible au Louvre
Salle 330
Aile Sully, Niveau 0
Numéro d’inventaire
Numéro principal : N 2078
Autre numéro d'inventaire : AF 2334
N° anc. coll. : Drovetti n°261

description

Dénomination / Titre
Dénomination : chevalière à chaton plat soudé ; bague à chaton rectangulaire
Description / Décor
Décor : emblème d'Hathor (flanqué de) ; roi (debout, couronne bleue, pagne à devanteau triangulaire, queue de bête, collier) ; Horus (dieu à tête de faucon, debout, tenant, sceptre ouas, signe ânkh)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Diamètre : 2,8 cm
Matière et technique
Matériau : or

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Nouvel Empire (d'après style) (-1550 - -1069)

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
date de l'inscription sur l'inventaire : 1827
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Antiquités égyptiennes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Sully, [AE] Salle 330 - La parure, Vitrine 6

Bibliographie

- Guichard, Sylvie (éd.). Champollion, Jean-François. Notice descriptive des monuments égyptiens du Musée Charles X. Paris, Louvre éd. ; Ed. Khéops, 2013. , p. : 204, ill. p. 204, K. 284
- Mainterot, Philippe. Aux origines de l'Egyptologie : voyages et collections de Frédéric Cailliaud (1787-1869). Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011. Collection "Art & Société". , p. : 136, 150 note 313, ill. 54 p. 136
- Perrot, Georges ; Chipiez, Charles. Histoire de l'art dans l'Antiquité. Égypte, Assyrie, Perse, Asie mineure, Grèce, Etrurie, Rome. 1, Égypte. Paris, Hachette, 1882. , p. : 837, fig. 572
Dernière mise à jour le 04.06.2019
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances