© 2005 Musée du Louvre / Christian Décamps
© 2013 Musée du Louvre / Antiquités égyptiennes
© 2005 Musée du Louvre / Christian Décamps
© 2013 Musée du Louvre / Antiquités égyptiennes

cône funéraire

Date de création/fabrication : Ouahibrê Psammétique I (mention de personnage) (-664 - -610)
Lieu de provenance : TT 389 Basa (Assassif->Thèbes Ouest->Thèbes)

Actuellement visible au Louvre
Salle 334
Aile Sully, Niveau 0
Numéro d’inventaire
Numéro principal : N 707 28
N° anc. coll. : Salt n°897
Numéro catalogue : CF 121
Numéro catalogue : DM 385

description

Dénomination / Titre
Dénomination : cône funéraire
Description / Décor
Inscriptions
Écriture :
hiéroglyphique
Nature du texte :
nom
titre
Noms et titres
Basa (gouverneur de la ville du Sud, prêtre de la vêture de Coptos, serviteur du dieu, père du dieu, prêtre-imy-is, prêtre-hesek) ; Imeneminet (père, serviteur du dieu, père du dieu, prêtre de la vêture de Coptos, prêtre-imy-is, prêtre-hesek)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Longueur : 19 cm ; Diamètre : 9,5 cm
Matière et technique
Matériau : terre cuite

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Ouahibrê Psammétique I (mention de personnage) (-664 - -610)
Lieu de provenance
TT 389 Basa (Assassif->Thèbes Ouest->Thèbes)

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
date de l'inscription sur l'inventaire : 1826

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Sully, [AE] Salle 334 - Matériaux et techniques, Vitrine 10

Bibliographie

- Dibley, Gary ; Lipkin, Bron ; Masquelier-Loorius, Julie, A Compendium of Egyptian Funerary Cones, Londres, 2009, p. 128, 249, n° 385 p. 128, Doc. 385
- Laming Macadam, Miles Frederick (dir.), Davies, Norman de Garis, A Corpus of Inscribed Egyptian Funerary Cones, Part I, Plates, Oxford, Griffith Institute, Oxford University Press, 1957, Doc. 385
- Pierret, Paul, Catalogue de la Salle historique de la galerie égyptienne, Paris, 1882, p. 99, N° 414
Dernière mise à jour le 29.01.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances