© 2002 Musée du Louvre / Georges Poncet
© 2014 Musée du Louvre / Antiquités égyptiennes
© 2002 Musée du Louvre / Georges Poncet
© 2014 Musée du Louvre / Antiquités égyptiennes

bâton

Date de création/fabrication : début XVIIIe dynastie ; Hatchepsout (contexte de fouilles) (-1550 - -1425)
Lieu de découverte : cimetière Est (Thèbes Ouest->Deir el-Medina)
Actuellement visible au Louvre
Salle 320
Aile Sully, Niveau 0
Numéro d’inventaire
Numéro principal : E 14509 2

description

Dénomination / Titre
Dénomination : bâton
Description / Décor

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 116 cm ; Diamètre : 2,5 cm
Matière et technique
Matériau : bois
Matériau secondaire : cuir

Lieux et dates

Date de création / fabrication
début XVIIIe dynastie ; Hatchepsout (contexte de fouilles) (-1550 - -1425)
Lieu de découverte
cimetière Est (Thèbes Ouest->Deir el-Medina)

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
partage après fouilles
Date d’acquisition
date de comité/commission : 18/07/1935
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Antiquités égyptiennes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Sully, [AE] Salle 320 - Les tombes, Vitrine 4

Bibliographie

- Andreu, Guillemette (dir.), Les artistes de Pharaon. Deir el-Médineh et la Vallée des Rois, cat. exp. (Paris, Musée du Louvre, 15 avril - 22 juillet 2002 ; Bruxelles, Musées royaux d’art et d’histoire, 10 septembre 2002 -12 janvier 2003), Paris ; Turnhout, RMN ; Brepols, 2002, p. 94-95, ill. p. 95, n° 27b
- Bruyère, Bernard, Rapport sur les fouilles de Deir el Médineh (1934-1935). Deuxième partie. La nécropole de l'Est, Le Caire, Institut français d'archéologie orientale (IFAO), (Fouilles de l'Institut Français d'Archéologie Orientale = FIFAO ; 15), 1937, p. 52, 123, fig. 25, 69

Expositions

- Les artistes de pharaon, Deir El-Medineh et la Vallée des Rois, Bruxelles (Belgique), Musées Royaux d'Art et d'Histoire, 11/09/2002 - 12/01/2003
Dernière mise à jour le 25.09.2019
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances