ostracon ; fragment, image 1/2
ostracon ; fragment, image 2/2
ostracon ; fragment, image 1/2
ostracon ; fragment, image 2/2

ostracon ; fragment

641 / 1952 (époque islamique)
Lieu de provenance : Medinet Habou = Djémé (Thèbes->Thèbes Ouest)

AF 12212
Département des Arts de Byzance et des Chrétientés en Orient
Numéro d’inventaire
Numéro principal : AF 12212

description

Dénomination / Titre
Dénomination : ostracon ; fragment
Description / Décor
Inscriptions
Écriture :
copte
Nature du texte :
reçu d'impôt (Reçu d’impôt du VIIIe siècle, en copte (capitation))

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 9,8 cm ; Largeur : 5,8 cm ; Profondeur : 1,4 cm
Matière et technique
Matériau : terre cuite
Matériau secondaire : encre
Technique : engobage, écriture, tournage
Couleur : noir

Lieux et dates

Date de création / fabrication
époque islamique (VIIIe siècle) (641 - 1952)
Lieu de provenance
Medinet Habou = Djémé (Thèbes->Thèbes Ouest)

Données historiques

Historique de l'œuvre
Propriétaire précédent : Musée du Louvre, AE, Paris
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Arts de Byzance et des Chrétientés en Orient

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé

Bibliographie

- Bavay, Laurent ; Delattre, Alain, « La céramique des reçus de taxe thébains du VIIIe siècle », Chronique d'Égypte (CdE), 88, 176, 2013, p. 379-384, p. 383
- Hasitzka, Monika R. M., Koptisches Sammelbuch = KSB II, 2, Vienne, Brüder Hollinek, 2004, p. 107, n° 976
- Calament, Florence, « Règlements de compte à Djêmé ... d'après les ostraca coptes du Louvre », dans Cannuyer, Christian (dir.), Études coptes VIII : Dixième journée d'études, Lille, 14-16 juin 2001, Lille ; Paris, Association française de coptologie, (Cahiers de la bibliothèque copte ; 13), 2003, p. 37-58, p. 37 n.3, 39
- Boud'hors, Anne, « Reçus d'impôt coptes de Djémé », Cahier de Recherches de l'Institut de Papyrologie et d'Égyptologie de Lille, 18, 1996, 161-175, p. 167
Dernière mise à jour le 10.05.2023
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances