face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue sans cadre © 1972 RMN-Grand Palais (musée du Louvre)
face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue sans cadre © 1980 RMN-Grand Palais (musée du Louvre)
© 1972 RMN-Grand Palais (musée du Louvre)
© 1980 RMN-Grand Palais (musée du Louvre)

Peintures décoratives : 5 panneaux décoratifs sur toile

1800 / 1900 (XIXe siècle)
Anonyme
Chine, École de
MNR 574 ; 46161/1 à 4
Département des Peintures
Œuvre récupérée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, déposée par l'office des biens et intérêts privés (OBIP); en attente de sa restitution à ses légitimes propriétaires. Consulter la base de données ministérielle Rose Valland consacrée aux œuvres dites MNR (Musées nationaux récupération).
En dépôt : Musée national des Arts asiatiques Guimet, Paris
Numéro d’inventaire
Numéro principal : MNR 574
Numéro d'entrée : 46161/1 à 4
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Anonyme
Chine École de

description

Dénomination / Titre
Titre : Peintures décoratives : 5 panneaux décoratifs sur toile
Description / Décor
Ensemble de cinq peintures décoratives sur toile : MNR 574, MNR 575, MNR 576, MNR 577 et MNR 578.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 1,68 m (L. variable : 0,28 ; 0,32 ; 0,78 ; 1,35 ; 2,00)
Matière et technique
toile

Lieux et dates

Date de création / fabrication
XIXe siècle (1800 - 1900)

Données historiques

Historique de l'œuvre
Parmi les divers documents concernant des peintures chinoises dans les archives de la commission de récupération artistique, sont décrites sous le numéro 46161 "5 pièces d'une peinture murale en style chinois considérablement endommagées" (1), dont le MNR 574. Une autre source concerne ce même numéro 46161/1-4 : "Chine peinture, panneaux, achetés en France pendant la guerre" conservés sur quatre rouleaux ; les cinq panneaux ont été acquis à Paris auprès de Jansen pour 1000 RM, d'après la Property Card ; ils sont transférés au Central Collecting Point de Munich le 20 février 1946 et enregistrés sous le numéro 46161/1 à 4 (2). Faute d'avoir pu relever ces numéros sur les MNR 574 à 578, il n'est pas possible de vérifier l'identification.
Les cinq toiles sont rapatriées vers la France le 3 juin 1948 par le vingt-neuvième convoi en provenance de Munich et sont retenues lors de la deuxième séance de la commission de choix des oeuvres de la récupération artistique du 17 novembre 1949 (3). Les cinq toiles sont attribuées au musée du Louvre (département des Peintures) par l'Office des Biens et Intérêts Privés en 1950.
Elles sont déposées au musée Guimet en 1983 et à nouveau en 1988 (4). Non localisée depuis 2015 lors du récolement.

Notes
(1)MEAE/209SUP340 D33.
(2)MEAE/209SUP853 et Bundesarchiv BAK B323/691.
(3)SMF, sous-direction des collections, dossier Récupération : Compte-rendu de la deuxième commission de choix des oeuvres de la récupération artistique, p. 11,
(4) SMF, sous-direction des collections, dossier Récupération : Arrêtés du ministère de la Culture du 2 mai 1983 et du 28 juin 1988.
Mode d’acquisition
attribution par l'office des biens et intérêts privés (MNR)
Date d’acquisition
date d'arrivée au Musée : 1950
Propriétaire
Musées Nationaux Récupération

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Paris (France), Musée national des Arts asiatiques - Guimet

Index

Catégorie
Iconographie

Bibliographie

- Lesné, Claude ; Roquebert, Anne, Catalogue des peintures M.N.R., Paris, R.M.N., 2004, p. 639, ill. n&b
- Présentation des oeuvres récupérées après la Seconde Guerre mondiale et confiées à la garde des musées nationaux, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 9 avril - 5 mai 1997 ; Versailles, musée national du Château de Versailles et de Trianon, 8 avril - mai 1997 ; Paris, musée national d’art moderne, 9 avril -21 avril 1997), Paris, Direction des musées de France, 1997, p. 251
- Brejon de Lavergnée, Arnauld ; Thiébaut, Dominique, Catalogue sommaire illustré des peintures du musée du Louvre. II. Italie, Espagne, Allemagne, Grande-Bretagne et divers, Paris, R.M.N., 1981, p. 362
Dernière mise à jour le 21.01.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances