face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue sans cadre © 2011 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue avec cadre © 1999 Musée du Louvre / Peintures
© 2011 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
© 1999 Musée du Louvre / Peintures

Poule et coqs dans une basse-cour

Date de création/fabrication : XVIIe siècle (1600 - 1700)
Numéro d’inventaire
Numéro principal : INV 4063
Autre numéro d'inventaire : B 1245
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Bernaerts, Nicasius dit aussi Nicasius, (Anvers, 1620 - mort à Paris le 16 septembre 1678, 1678)
Pays-Bas du Sud École de

Autres attributions :
Inventorié Comme : Anonyme (Inventaire B)

description

Dénomination / Titre
Titre : Poule et coqs dans une basse-cour
Description / Décor
Le fond d’architecture évoque très probablement l’une des cours de la première Ménagerie de Versailles. Voir encore, à ce sujet, les Bernaerts INV. 1611, 1612, 1613, 4009, déposés à Gien, et l’INV. 3998, à Alençon, qui comportent des fonds d’architecture tout à fait comparables à celui de l’INV. 4063 et qui mesurent chacun 2,18 m de long, ce qui prouve que l’INV. 4063 est aujourd’hui tronqué.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 0,75 m ; Hauteur avec accessoire : 0,769 m ; Largeur : 1,75 m ; Largeur avec accessoire : 1,77 m
Matière et technique
huile sur toile

Lieux et dates

Date de création / fabrication
XVIIe siècle (1600 - 1700)

Données historiques

Historique de l'œuvre
Ménagerie de Versailles sous Louis XIV (voir l’INV. 1614) : soit le « tableau long, qui représente diverses poules et coqs, haut d’environ 14 pouces ; par Nicasius », n° 48 de l’inventaire des tableaux du Garde-Meuble de la Couronne à Paris rédigé par Du Mets en 1673 (Guiffrey II [1886], p. 3) ; inventorié par N. Bailly en 1709-1710 à la Ménagerie : Nicasius, « frise où est peint une poule et un coq, sur un fond de paysage », mesurant « 6 pieds 7 pouces de large », n° 6 d’un ensemble de 61 peintures à sujets d’animaux (Engerand [1899], p. 434) ; présent au Louvre au début du XIXe s. (Inventaire B 1245, comme « inconnu de l’École française ») ; inventorié par Villot au milieu du XIXe s. comme « école de Fr. Desportes » ; déposé (sous le Second Empire ?) au château de Saint-Germain-en-Laye (musée des Antiquités nationales) ; rentré en 1994 et réattribué alors à Bernaerts. Retour de dépôt en date du 26/10/1994.
Mode d’acquisition
entrée - Collection de Louis XIV
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Peintures

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé

Bibliographie

- Saule, Beatrix ; Arminjon, Catherine. Sciences et curiosités à la cour de Versailles. [Exposition, Versailles (France), Château - Domaine national de Versailles, du 27 octobre 2010 au 28 février 2011]. Editions de la Réunion des musées nationaux & Château de Versailles, 2010. 279, ISBN : 978-27-11856831., p. : 48, note 174
- Musée du Louvre (éd.). Foucart, Jacques. Foucart-Walter, Elisabeth, coordination éditoriale. Catalogue des peintures flamandes et hollandaises du musée du Louvre. [Musée du Louvre/Département des Peintures]. Paris, Editions Gallimard/Musée du Louvre Editions, 2009. , p. : 88, ill. n&b
- Delieuvin, Vincent. "Le décor animalier de la Ménagerie de Versailles par Nicasius Bernaerts". Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, année 2008. 2009, 47-80. ISSN : 03014126., p. : 56, 71, n&b, p. 56, Cat. n° 1; fig. 2
- Salvi, Claudia. D'après nature. La nature morte en France au XVIIe siècle. Tournai/Waterloo, La Renaissance du Livre, 2000. 224, ISBN : 978-28-04604080., p. : 175
- Musée du Louvre (éd.). Cuzin, Jean-Pierre (sous la direction de). Lorentz, Philippe, coordination éditoriale. Musée du Louvre. Nouvelles acquisitions du département des Peintures (1991-1995). Paris, RMN, 1996. , p. : 282

Expositions

- Sciences et curiosités à la cour de Versailles, Versailles (France), Château - Domaine national de Versailles, 26/10/2010 - 28/02/2011
Dernière mise à jour le 08.12.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances