face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue sans cadre © 2011 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda
face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue avec cadre © 2000 Musée du Louvre / Peintures
© 2011 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda
© 2000 Musée du Louvre / Peintures

L'Ancien Fort portugais des Trois-Rois-Mages ou Fort Ceulen, à l'embouchure du Rio Grande, au Brésil

Date de création/fabrication : 2e quart du XVIIe siècle (1638)
Post, Frans
Pays-Bas, École de
Actuellement visible au Louvre
Salle 838
Aile Richelieu, Niveau 2
Numéro d’inventaire
Numéro principal : INV 1726
Autre numéro d'inventaire : B 301
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Post, Frans (1612 (?) - 1680)
Pays-Bas dit aussi Pays-Bas, École de

description

Dénomination / Titre
Titre : L'Ancien Fort portugais des Trois-Rois-Mages ou Fort Ceulen, à l'embouchure du Rio Grande, au Brésil
Autre titre :
Description / Décor
La mer est à gauche, le fleuve (le Rio Grande) à droite. Le fort portugais (situé dans l’actuelle Natal, capitale de l’État du Rio Grande do Norte), à 250 km au nord de la ville de Recife, fut conquis en 1633 par l’amiral hollandais Matthias van Ceulen. Site authentifié par la gravure de l’ouvrage de Barlaeus (1647), presque identique à l’INV. 1726, sauf en ce qui concerne les Indiens Tapuya, au premier plan, plus éloignés et plus nombreux sur la gravure. À noter que l’INV. 1726 est intitulé dans l’Inventaire Villot au milieu du XIXe s. Fort Saint Georges de Lamina (Elmina, Ghana), sans doute par allusion au retour de Post par l’Afrique en 1644 et par contamination de vues africaines de Post connues par les gravures de Barlaeus, voir infra.
La date de 1638 peut faire allusion à la rencontre de Jean-Maurice, à Fort Ceulen, cette année- là, avec une délégation d’Indiens (ce que représente effectivement la gravure déjà citée de 1647), ou concerner aussi la date d’un dessin préparatoire ou encore celle de l’achèvement du tableau.
Tableau d’une série de peintures (18 selon Corrêa do Lago, ou 22 si l’on se réfère aux vues brésiliennes gravées et publiées par Barlaeus), très probablement exécutées sur place et gardées dès l’origine par Jean-Maurice, dont relèvent aussi les INV. 1727-1729, se distinguant nettement par les dimensions et le style (palette plus monochrome) de la série tardive des INV. 1722-1725. Cette première, et plus belle, série brésilienne avait sans doute une destination palatiale (Corrêa do Lago [2007], p. 53), liée au décor du palais du prince-gouverneur, le Vrijburg sur l’île de Vaz, en face de Recife, actuel chef-lieu de Pernambouc, en évoquant les conquêtes hollandaises au Brésil, et fut rapatriée en Hollande quand Jean-Maurice rentra du Brésil en 1644.
Inscriptions
Signature :
S.D.b.g. : F Post 1638.8/28 [28 août]. On a parfois lu, mais à tort, 1639.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 0,62 m ; Hauteur avec accessoire : 0,725 m ; Largeur : 0,95 m ; Largeur avec accessoire : 1,045 m
Matière et technique
huile sur toile

Lieux et dates

Date de création / fabrication
2e quart du XVIIe siècle (1638)

Données historiques

Historique de l'œuvre
Compris, avec les INV. 1727-1729, dans la partie personnelle du « don » de Jean-Maurice à Louis XIV en 1679, en sus du lot Cohen (voir l’INV. 1722, Hist.) ; par la suite, même cheminement que l’INV. 1722 et les autres Post (INV. 1723-1729, les 23 petites « Vues du pays des Indes » devant concerner des vues brésiliennes autant qu’africaines (voir leurs gravures dans Barlaeus dont 3 concernent l’Afrique) ; cité pour la première fois sous le nom de Post parmi les 23 petites vues de l’inventaire de Durameau, 1784 (ne sont pas signalées alors les grandes vues), nombre réduit à 21 dans l’inventaire du même Durameau en 1794 (indépendamment de 5 grands) ; même cheminement que l’INV. 1722, petits et grands formats confondus, à partir de 1802 ; l’un des 4 petits Post (INV. 1726-1729) portés à l’inventaire B du Musée royal vers 1815 et placés au musée de la Marine au Louvre (installé là jusqu’en 1937), les autres Post de ce format réduit ayant inexplicablement disparu, alors que 3 d’entre eux ont fini par réapparaître en dehors du Louvre aux XIXe et XXe s. (Corrêa do Lago [2007], n° 1, S.D. 1637, Mauritshuis, La Haye ; n° 4, S.D. 1638, coll. part. ; n° 7, S.D. 1640, coll. part.) ; déposé au Musée des Colonies puis de la France d’outre-mer de 1933 à 1950.
Mode d’acquisition
ancienne collection royale/de la Couronne
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Peintures

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Richelieu, [Peint] Salle 838 - Frans Post (1612-1680)

Bibliographie

- Loyrette, Henri, sous la direction de ; Van Tuyll van Serooskerken, Carel, coordination scientifique ; Andreu-Lanoë, Guillemette, coordination scientifique. La recherche au musée du Louvre: 2010. Paris/Milan, Musée du Louvre/Officina Libraria, 2011. 319 p., ISBN : 978-2-35031-342-9/978-88-89854-25-9., p. : 229-230
- Musée du Louvre (éd.). Foucart, Jacques. Foucart-Walter, Elisabeth, coordination éditoriale. Catalogue des peintures flamandes et hollandaises du musée du Louvre. [Musée du Louvre/Département des Peintures]. Paris, Editions Gallimard/Musée du Louvre Editions, 2009. , p. : 205, ill. n&b
- Corrêa do Lago, Pedro ; Ducos, Blaise (éd.). Frans Post. Le Brésil à la cour de Louis XIV. [Exposition, Paris, musée du Louvre, 29 septembre 2005 - 2 janvier 2006]. Milan et Paris, 5 Continents / Musée du Louvre, 2005. ,

Expositions

- Frans Post, Bâle (Suisse), Kunsthalle, 28/07/1990 - 16/09/1990, étape d'une exposition itinérante
- Frans Post, le Brésil à la cour de Louis XIV, La Chapelle, 29/09/2005 - 02/01/2006
- Frans Post, Bâle (Suisse), Kunsthalle, 13/05/1990 - 22/07/1990, étape d'une exposition itinérante
- 500è anniversaire de la découverte du Brésil., Sao Paolo (Brésil), Fondation Bienal, 26/04/2000 - 03/09/2000
- Image du Brésil - La recherche européenne d'un "Paradis terrestre" et l'art du moderne Brésilien, Zürich (Suisse), Kunsthaus, 22/05/1992 - 16/08/1992
Dernière mise à jour le 08.09.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances