face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue sans cadre © 2017 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec
dos, verso, revers, arrière ; vue d'ensemble ; vue sans cadre © 2017 Musée du Louvre / Peintures
dos, verso, revers, arrière ; détail marquage / immatriculation © 2017 Musée du Louvre / Peintures
face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue sans montage © 2004 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Gérard Blot
face, recto, avers, avant ; vue d'ensemble ; vue avec montage © 2000 Musée du Louvre / Peintures
© 2017 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec
© 2017 Musée du Louvre / Peintures
© 2017 Musée du Louvre / Peintures
© 2004 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Gérard Blot
© 2000 Musée du Louvre / Peintures

Dieu le Père bénissant

Date de création/fabrication : 1e quart du XVIe siècle (1506)
Actuellement visible au Louvre
Salle 817
Aile Richelieu, Niveau 2
Numéro d’inventaire
Numéro principal : RF 2228
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
David, Gérard (Ouwater, 1450 à 1460 - Bruges, 1523)
Pays-Bas du Sud École de

description

Dénomination / Titre
Titre : Dieu le Père bénissant
Description / Décor
Lunette supérieure d’un retable très probablement identifiable avec celui de l’abbaye bénédictine de La Cervara près de Gênes, en Ligurie, retable encore existant en 1790 (cf. Adhémar, Di Fabio) mais déjà modifié au XVIIe s. avant de disparaître au départ des moines en 1799 (mêmes références) et comprenant six tableaux enchâssés dans une importante menuiserie dorée et mentionnés alors précisément : un Dieu le Père en buste (le tableau du Louvre) placé au-dessus d’une Annonciation (les deux panneaux de New York) et, en bas, une Vierge à l’Enfant avec, à sa droite, Saint Jérôme et, à sa gauche, Saint Benoît (les trois tableaux du Palazzo Bianco, à Gênes, cités dans cette ville dès 1805 (cf. Di Fabio) alors que le Dieu le Père et l’Annonciation font déjà défaut à cette date). Selon une nouvelle hypothèse de reconstitution du retable (cf. Di Fabio et Ainsworth) impliquant un Christ en croix du même Palazzo Bianco (encore présent dans la sacristie de l’abbatiale en 1759) et corrigeant sur ce point la reconstitution lacunaire de Castelnovi, ce Christ en croix, en fonction d’un programme théologique cohérent, devait se trouver sous Dieu le Père et au-dessus de la Vierge à l’Enfant, dans une disposition architectonique très italienne (polyptyque à verticalité accentuée et à panneaux fixes), le tableau du Louvre surplombant l’ensemble avec un effet de trompe-l’œil d’un esprit tout eyckien.

Format : cintré

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 0,46 m ; Largeur : 0,88 m
Matière et technique
huile sur bois

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1e quart du XVIe siècle (1506)

Données historiques

Historique de l'œuvre
Peint très probablement à Bruges comme l’ensemble du polyptyque et à dater de la maturité de l’artiste, vers 1506, date encore lisible à la fin du XVIIIe s. sur le cadre du retable avec le nom même du commanditaire génois, l’important marchand banquier Vincenzo Sauli (vers 1467-vers 1535), d’une famille liée à Bruges par ses intérêts, comme tant d’autres marchands italiens du XVe s. finissant (plusieurs Sauli, cousins ou neveux, voire frères de Vincenzo sont présents à Bruges au début des années 1500) ; abbaye de La Cervara, Ligurie, sans doute dès le XVIe s. (Dieu le Père cité avec le retable en 1790 mais déjà perdu de vue en 1805). – Dr Jean-Jacques-Joseph Leroy d’Étiolles (1798-1860), Paris ; sa vente après décès, Paris, vacation du 21 II 1861, n° 38 (Hubert van Eyck, Le Père éternel bénissant) ; racheté par son fils, le Dr Raoul Leroy d’Étiolles, mais il ne figure pas dans sa vente après décès, Paris, 27-28 I 1896. – Fernand Schickler (1835-1909), baron de Schickler depuis 1870, Paris (tableau cité dans plusieurs expositions : en 1902, comme école de Van Eyck, puis en 1904, comme école du Nord de la France vers 1480, le cat. de 1904 signalant déjà une attribution à G. David mais la contestant – et prêté chaque fois par un « Baron [de] Schickler », de Paris : soit Fernand, conformément à l’historique donné en 1919 par l’Inventaire R.F.) ; Fernand étant mort sans descendance en 1909, le tableau a dû passer chez son frère, Arthur (1822-1919) ; acquis dans la succession de ce dernier, la négociation étant conduite par son gendre, Hubert de Pourtalès, en avril-mai 1919 (comme « école flamande, 2e moitié du XVe s. ; attribué à Gérard David »).
Mode d’acquisition
acquis des héritiers
Date d’acquisition
date : 1919
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Peintures

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Richelieu, [Peint] Salle 817 - Répéter et décliner les modèles des grands peintres

Bibliographie

- Foucart-Walter, Élisabeth (dir.), Foucart, Jacques, Catalogue des peintures flamandes et hollandaises du musée du Louvre, [Musée du Louvre, Département des peintures], Paris, Editions Gallimard/Musée du Louvre Editions, 2009, p. 31, ill. n&b
- Gérard David - Le polyptyque de Cervara, cat. exp. (Gênes (Italie), Palazzo Bianco, du 7 octobre 2005 au), Milan, Silvana Editoriale, 2005, p. 33-57, 38, 39, 41, ill. 18
- Ainsworth, Maryan Wynn, « Un minimum de moyens pour un maximum de résultats. La technique des portraits de Memling », dans Les Portraits de Memling, cat. exp. (Madrid, Museo Thyssen-Bornemisza, 14 février-15 mai 2005 ; Bruges, Groeningemuseum, 8 juin-4 septembre 2005 ; New York, the Frick collection, 6 octobre-31 décembre 2005), Madrid/New York/Gand, Ludion, 2005, p. 92-111, p. 16-17, 60
- Thiébaut, Dominique ; Lorentz, Philippe ; Martin, François-René (dir.), Primitifs français. Découvertes et redécouvertes, cat. exp. (Paris (France), musée du Louvre, 27 février - 17 mai 2004), Paris, Réunion des musées nationaux, 2004, p. 36-37, ill. n&b fig. 19
- Ainsworth, Maryan Wynn, « David », dans From Van Eyck to Brueghel. Early Netherlandish Painting in the Metropolitan Museum of Art New York, cat. exp. (New York, Metropolitan Museum of Art, 22 septembre 1998 - 3 janvier 1999), New York, 1998, p. 296-300, p. 296-297
- Di Fabio, Clario, Gerard David e il politico di San Gerolamo della Cervara. Pittura fiamminga in Liguria secoli XIV-XVII, Gênes, Banca Carige (Caisse d'épargne de Gênes), 1997, p. 59-81
- Van Miegroet, Hans J, Gérard David, Anvers, Fonds Mercator, 1989, p. 210-212, 296-297, n° 25
- Brejon de Lavergnée, Arnauld ; Foucart, Jacques ; Reynaud, Nicole, Catalogue sommaire illustré des peintures du musée du Louvre I : Ecoles flamande et hollandaise  , I, Paris, R.M.N., 1979, p. 46, ill. n&b
- Friedländer, Max J., Early Netherlandish Painting, 6. Hans Memling and Gerard David (2 vol.), Bruxelles-Leyde, Editions de la Connaissance-A.W. Sijthoff, 1971, p. 105, n° 202
- Adhémar, Hélène, Les Primitifs flamands. Corpus de la peinture des anciens Pays-Bas méridionaux au quinzième siècle. 5. Le musée national du Louvre. Paris, I, Bruxelles, Centre national de recherches "Primitifs flamands", 1962, p. 135-143, n°91
- Exposition de 700 tableaux de toutes les écoles antérieurs à 1800 tirés des réserves du département des peintures, cat. exp. (Paris, Musée du Louvre, 1960), Paris, 1960, p. 18, n°18
- Michel, Edouard, Musée national du Louvre. Catalogue raisonné des peintures du Moyen-Age, de la Renaissance et des temps modernes. Peintures flamandes du XVe et du XVIe siècle, Paris, Musées nationaux, 1953, p. 86-88, n° 4015
- Castelnovi, Gian Vittorio, « Il politico di Gerard David nell'abbazia della Cervara », Commentari, III, 1952, p. 22-27, p. 22-27
- Friedländer, Max J., Die altniederländische Malerei, 6. Memling und Gerard David, Berlin, Paul Cassirer, 1928, p. 152, n° 202
- Demonts, Louis, Musée national du Louvre. Catalogue des peintures exposées dans les galeries. III. Ecoles flamande, hollandaise, allemande et anglaise, Paris, Musées nationaux, 1922, p. 53
- Bodenhausen, Eberhard F. von, Gerard David und seine Schule, Munich, F. Bruckmann, 1905, p. 157-158
- Friedländer, Max J., « Austellungen. Die Brügger Leihausstellung von 1902 », dans Repertorium für Kunstwissenschaft, 1903, p. 87

Expositions

- Gerard David. Le polyptyque de Cervara., Gênes (Italie), Palazzo Bianco, 07/10/2005 - 07/01/2006
Dernière mise à jour le 04.02.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances