Hémisphères de Magdebourg

1785 / 1815 (Fin du XVIIIe siècle - début du XIXe siècle)
OA 10686
Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
Numéro d’inventaire
Numéro principal : OA 10686
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Anonyme Fabricant, facteur

description

Dénomination / Titre
Titre : Hémisphères de Magdebourg
Type d'objet
hémisphères de magdebourg
Description / Décor
"Les deux hémisphères emboîtés et surmontés d’un anneau sont fixés sur un fût muni d’un robinet à mi-hauteur et monté sur un piédouche.
Lorsque l’instrument est relié à une pompe, et que l’air est évacué entre les deux hémisphères, ces derniers sont théoriquement inséparables, ce qui démontre l’action de la pression atmosphérique." (Frémontier-Murphy, 2002)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur avec accessoire : 30 cm (dimensions hors tout) ; Diamètre avec accessoire : 12,2 cm (dimensions hors tout) ; Diamètre : 13,5 cm (dimensions socle/base)
Matière et technique
Matériau/Technique : Alliage cuivreux, noyer
Matériau : alliage cuivreux
Matériau : noyer

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1785 - 1815 (?) (bibliographie/travail de référence)

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Landau, Nicolas (Collectionneur)
Landau, Marcelle (Donateur) (don d'un ensemble de 166 instruments scientifiques, en exécution des volontés de son époux Nicolas Landau)
Mode d’acquisition
don manuel
Date d’acquisition
date : 1979
date de l'arrêté/décision : 22/11/1979
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé

Bibliographie

- Frémontier-Murphy, Camille, Les Instruments de mathémathiques, XVIe-XVIIIe siècle : cadrans solaires, astrolabes, globes, nécessaires de mathématiques, instruments d'arpentage, microscopes, RMN, Paris, 2002, p. 318, ill. p. 318, N°200
Dernière mise à jour le 03.11.2022
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances