Plaque d'iconostases : rosace

800 / 1000 (IXe siècle ; Xe siècle)
Lieu de création : Constantinople (Byzance) (Atelier de Constantinople)
AC 86
Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
Actuellement visible au Louvre
Salle 501
Aile Richelieu, Niveau 1
Numéro d’inventaire
Numéro principal : AC 86
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique

description

Dénomination / Titre
Titre : Plaque d'iconostases : rosace
Type d'objet
iconostase
Description / Décor
La plaque, dont six fragments subsistent, est décorée d'un petit médaillon central à représentation végétale, entourée de plusieurs ranges de pétales appliqués en quinconce et décorés de fleurs trilobées. L'ensemble de cette composition est inseré dans un double médaillon. Les angles de la plaque sont agrémentés d'une feuille verte, en forme de rais-de-coeur. Le motif de la rosace fut souvent utilisé par les artistes byzantins. On le retrouve notamment sur le suaire en soie, de saint Germain d'Auxerre, réalisé à Constantinople, vers l'An Mil.
Ensemble des plaques a été daté des IXe-XIe siècles, l'époque de la renaissance artistique à Constantinople sous les empereurs de la dynastie des Macédoniens (867-1056). Cette renaissance, au lendemain de la Crise iconoclaste, est caractérisée par un retour vers l'art antique et un attrait nouveau pour les arts d'inspiration orientale.
La présence de la Vierge à l'Enfant parmi les quatre grandes plaques du Louvre, et celles de colonnes, de tores et de corniches, permettent de rapprocher ces éléments épars de ceux retrouvés dans les fouilles du "Monastère royal" à Preslav en Bulgarie entre 1969-1978. A partir des éléments retrouvés dans ces fouilles, il a était possible de reconstituer un revêtement d'un templon ou iconostase. L'iconostase, à l'origine des chancels du Bas-Empire, s'est développée dans les églises byzantines entre le IXe et le XIIe siècles, pour constituer bientôt une véritable cloison séparant le sanctuaire de la nef et supportant les icônes.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 29,5 cm ; Largeur : 29,5 cm ; Epaisseur : 0,8 cm
Matière et technique
Matériau : céramique (céramique blanche à décor polychrome)

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : dynastie Macédoniens (867-1057) (Byzance->époque byzantine (457-1453))

Date de création/fabrication : 800 - 1000
Lieu de création / fabrication / exécution
Constantinople (Byzance) (Atelier de Constantinople)

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Hecht, Robert (Collectionneur ; Vendeur)
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
date : 05/1955
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Richelieu, [OArt] Salle 501 - Charlemagne, Vitrine 11 Iconostase

Bibliographie

- Durand, Jannic (commissaire général) (dir.), Byzance : L'art byzantin dans les collections publiques françaises, cat. exp. (Paris, Musée du Louvre, 6 novembre 1992 - 1er février 1993), Paris, Réunion des musées nationaux, 1992, n° 296 D
- Durand, Jannic ; Vogt, Christine, « Plaques de céramique décorative byzantine d'époque macédonienne », Revue du Louvre. La revue des musées de France, 4, 1992, 38-44, p. 38, 41, n° 4

Expositions

- Byzantium. Splendour and Daily Life, Bonn (Allemagne), Kunst und Ausstellungshalle, 26/02/2010 - 20/06/2010
- Le Trésor de Preslav, (Externe, Bulgarie), Musée archéologique Veliki Preslav, 20/06/2018 - 05/11/2018
Dernière mise à jour le 17.05.2022
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances