© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
© 2013 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

Maquette de bergère "à la romaine" pour le Pavillon du Belvédère à Versailles

Epoque / période : Louis XVI (1774-1792) (Occident->époque moderne = Ancien Régime->dynastie des Bourbons)

Date de création/fabrication : vers 1780
Lieu de création : Paris (France->Ile-de-France = Ile de France) (Garde-Meuble de la Couronne)
Actuellement visible au Louvre
Salle 625
Aile Sully, Niveau 1
Numéro d’inventaire
Numéro principal : V 6159
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Gondoin, Jacques (Saint-Ouen, 1737 - Paris, 1818)
Martin, Gilles-François Sculpteur, Attribué à

description

Dénomination / Titre
Titre : Maquette de bergère "à la romaine" pour le Pavillon du Belvédère à Versailles
Type d'objet
maquette
Description / Décor
La maquette présente plusieurs alternatives : six modèles de pieds : pieds à faisceaux de flèches sur le devant, pied à cannelures droites et pied à cannelures torses et pieds à pattes de caprin à l'arrière ; deux propositions pour les accotoirs : une figure de sirène et un mufle de lion sommant une console incurvée qui se termine en crosse. Les montants du dossier sont des torches enflammées reliées aux accotoirs par une splendide feuille d'acanthe et ceints à l'arrière d'une guirlande de liserons. Le sommet du dossier est constitué d'une armature métallique en forme d'arbalète enrichie de guirlandes de fleurs. La ceinture du siège présente deux propositions de décor : à droite, une branche de myrte tournant autour d'un jonc ; à gauche, un motif d'imbrication. Le tissu drapé recouvre l'intérieur du dossier et est disposé entre chaque pied. Les différents motifs du tissu sont suggérés par de légères incisions sur la cire : couronnes de fleurs et de feuillages entrelacés sur le siège ; à l'extérieur des joues : à droite enroulements de part et d'autre d'une torche, à gauche rinceaux fleuris s'échappant d'une corne d'abondance.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur avec accessoire : 14 cm ; Largeur avec accessoire : 9 cm ; Profondeur avec accessoire : 9 cm
Matière et technique
Matériau/Technique : Bois et cire teintée, carton et papier
Matériau : bois
Matériau : cire (teintée)
Matériau : carton
Matériau : papier

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : Louis XVI (1774-1792) (Occident->époque moderne = Ancien Régime->dynastie des Bourbons)

Date de création/fabrication : vers 1780
Lieu de création / fabrication / exécution
Paris (France->Ile-de-France = Ile de France) (Garde-Meuble de la Couronne)

Données historiques

Mode d’acquisition
dépôt
Date d’acquisition
date : 2013

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Sully, [OArt] Salle 625 - Aline Guerrand-Hermès, Vitrine

Bibliographie

- Arizzoli-Clémentel, Pierre ; Salmon, Xavier (dir.), Marie-Antoinette, cat. exp. (Paris (France), Galeries nationales du Grand Palais, 15 mars - 30 juin 2008), Paris, RMN, 2008, p. 247, n° 169
Dernière mise à jour le 22.05.2018
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances