© 2006 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
© 2006 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
© 2006 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
© 2006 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
© 1964 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© 1964 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 2006 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
© 2006 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
© 2006 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
© 2006 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
© 1964 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© 1964 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Plat à décor de "fleurs des Indes" et aux armes de Charles François II de Montmorency, duc de Luxembourg.

Date de création/fabrication : 1723 - 1728
Lieu de création : Rouen (Haute-Normandie = Haute Normandie->Seine-Maritime = Seine Maritime)
Actuellement visible au Louvre
Salle 605
Aile Sully, Niveau 1
Numéro d’inventaire
Numéro principal : OA 3793
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique

description

Dénomination / Titre
Titre : Plat à décor de "fleurs des Indes" et aux armes de Charles François II de Montmorency, duc de Luxembourg.
Type d'objet
plat
Description / Décor
Plat creux de forme circulaire à panse arrondie. Le marli est quadrillé de jaune sur fond serré de croisettes bleues et rouges, avec quatre réserves dont trois garnies de fleurs dont trois sont garnies de fleurs et une (celle du haut) est garnie d'un écu armorié, posé sur un cartouvhe, parti d'or à la croix de gueules cantonnée de seize alérions d'azur (Montmorency) ; sur le tout, un écu d'argent au lion lampassé et couronné de gueules (Luxembourg). Cet écu est sommé de la couronne ducale coiffée d'un bonnet de gueules d'où tombe un manteau aux armoiries de Montmorency, doublé d'argent aux fleurs de lys de sable. Le centre est décoré d'un large bouquet de fleurs de style chinois, avec oiseau fantastique et insectes sur fond blanc. Revers à talon, décoré sous le bord d'une frise régulière de branches vertes et bleues à fleurs jaunes et rouges.
Inscriptions
Signature :
Guillibeaux (Inscrit au revers du plat en rouge. Correspond à la signature de Jean-Baptiste Guillibaud (1687-1739), faïencier rouennais,)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur avec accessoire : 6 cm ; Diamètre avec accessoire : 35 cm
Matière et technique
Matériau : faïence
Technique : techniques céramique

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1723 - 1728
Lieu de création / fabrication / exécution
Rouen (Haute-Normandie = Haute Normandie->Seine-Maritime = Seine Maritime)

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
legs
Date d’acquisition
date : 1895
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Sully, [OArt] Salle 605 - Stavros S. Niarchos, Vitrine 24

Bibliographie

- Durand, Jannic ; Bimbenet-Privat, Michèle ; Frédéric Dassas ; Voiriot, Catherine, avec la collaboration de, Décors, mobilier et objets d'art du musée du Louvre, [Collections du Musée du Louvre], Paris, Louvre éditions, 2014, p. 191, ill. p. 191, cat. 45
- Migeon, Gaston, Musée National du Louvre Catalogue des faiences françaises et des grès allemands, Paris, Librairies-imprimeries réunies, 1901, n° 215
- Pagodes et dragons. Exotisme et fantaisie dans l'Europe rococo 1720-1770, cat. exp. (Paris, Musée Cernuschi; Musée des Arts de l'Asie de la Ville de Paris), Paris, Paris Musées, p. 231, n° 114

Expositions

- Pagodes et dragons, exotisme et fantaisie dans l'europe des lumières, Paris (France), Musée Cernuschi, 22/02/2007 - 24/06/2007
Dernière mise à jour le 11.05.2016
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances