relief

200
Lieu de découverte : Palmyre = Tadmor
AO 1558
Département des Antiquités orientales
Actuellement visible au Louvre
Salle 315
Aile Sully, Niveau 0
Numéro d’inventaire
Numéro principal : AO 1558

description

Dénomination / Titre
Dénomination : relief
Description / Décor
Décor : femme (tunique, manteau : fibule : clé, boucle d'oreille : anneau, turban, voile, tenant : fuseau) ; inscription

Etat de l'oeuvre : incomplet
Précision sur l'objet : Relief funéraire : femme (buste) vêtue d'une tunique et d'un manteau attaché sur l'épaule par une fibule à laquelle est suspendue une clef, parée de cinq anneaux répartis le long du lobe des oreilles et coiffé d'un turban et d'un voile dont elle retient un pan, tenant un fuseau et une quenouille
Inscriptions
Écriture :
écriture palmyrénienne
Inscription :
"Hélas Haggat fille de Bâlha(fils de) Atenatan Ahitur mère de Aqmé filli de Dyoninis(fils de) Saidai et mère de'Ate'aqab fils de JDY"
Langue :
palmyrénien
Nature du texte :
épitaphe

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 62 cm ; Longueur : 50 cm ; Epaisseur : 20 cm
Matière et technique
Matériau : calcaire
Technique : haut-relief

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Romain Impérial (Ie s ap JC ; IIe s ap JC) (0 - 200)
Lieu de découverte
Palmyre = Tadmor

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
date de comité/commission : 13/01/1887
date de comité/commission : 13/01/1887
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Antiquités orientales

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Sully, [AO] Salle 315 - Arabie - Les cités caravanières, Dura Europos, Palmyre, Vitrine 2 Palmyre reliefs funéraires

Bibliographie

- Dentzer-Feydy, Jacqueline ; Pic, Marielle ; Teixidor, Javier, Les Antiquités de Palmyre au Musée du Louvre, [Musée du Louvre/Département des Antiquités orientales], Paris, Réunion des musées nationaux, 1993, p. 164, n° 168
Dernière mise à jour le 05.07.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances