© 2009 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Franck Raux
© 2000 Musée du Louvre / Christian Larrieu
© 2009 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Franck Raux
© 2000 Musée du Louvre / Christian Larrieu

relief

100 / 300 (Romain Impérial)
Lieu de découverte : Palmyre = Tadmor
AO 4999
Département des Antiquités orientales
Actuellement visible au Louvre
Salle 315
Aile Sully, Niveau 0
Numéro d’inventaire
Numéro principal : AO 4999

description

Dénomination / Titre
Dénomination : relief
Description / Décor
Décor : banquet ; homme (tunique : galon, Parthe, manteau : fibule, allongé : sur : lit, coussin) ; serviteur (tunique : Parthe, galon, tenant : coupe : 2)

Etat de l'oeuvre : incomplet
Précision sur l'objet : Relief funéraire : scène de banquet : un serviteur vêtu d'une tunique parthe à galon brodé présente deux coupes à un homme également vêtu d'une tunique parthe à galon brodé et d'un manteau attaché par une fibule ronde sur l'épaule droite, allongé sur un lit recouvert d'un tissu orné de larges bandes décoratives et accoudé sur un coussin

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 40 cm ; Longueur : 50 cm ; Epaisseur : 18 cm
Matière et technique
Matériau : calcaire
Technique : haut-relief

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Romain Impérial (IIe s ap JC ; IIIe s ap JC) (100 - 300)
Lieu de découverte
Palmyre = Tadmor

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
don après fouilles
Date d’acquisition
date : 1886
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Antiquités orientales

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Sully, [AO] Salle 315 - Arabie - Les cités caravanières, Dura Europos, Palmyre, Vitrine 4 Palmyre reliefs funéraires

Bibliographie

- Dentzer-Feydy, Jacqueline ; Pic, Marielle ; Teixidor, Javier, Les Antiquités de Palmyre au Musée du Louvre, [Musée du Louvre/Département des Antiquités orientales], Paris, Réunion des musées nationaux, 1993, p. 203, n° 201
Dernière mise à jour le 19.02.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances