© 2013 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
© 2013 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
© 2013 Musée du Louvre / Raphaël Chipault
© 2013 Musée du Louvre / Raphaël Chipault

épingle

Date de création/fabrication : Dynastique archaïque IIIB (Ville II) (-2500 - -2340)
Lieu de découverte : Mari temple d'Ishtar chambre des prêtres
Actuellement visible au Louvre
Salle 234
Aile Richelieu, Niveau 0
Numéro d’inventaire
Numéro principal : AO 18447
N° de fouille : M. 145
N° de fouille : Mari 11

description

Dénomination / Titre
Dénomination : épingle
Description / Décor
tête (hémisphérique) ; chas

Etat de l'oeuvre : cassé ; restauré
Précisions de l'objet : Epingle à tête hémisphérique, tige percée d'un chas

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Longueur : 6,8 cm ; Diamètre : 1,2 cm ; Poids : 0,011 kg
Matière et technique
Matériau : cuivre (à l'arsenic)

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Dynastique archaïque IIIB (Ville II) (-2500 - -2340)
Date de découverte
18 janvier 1934
Lieu de découverte
Mari temple d'Ishtar chambre des prêtres

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Parrot, André (mission 1933-34)
Mode d’acquisition
partage après fouilles
Date d’acquisition
date : 1934
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Antiquités orientales

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Richelieu, [AO] Salle 234 - Mésopotamie archaïque (Mari, expansion de la culture mésopotamienne), Vitrine 4 Clous de fondation et armes

Bibliographie

- Voués à Ishtar. Syrie, janvier 1934, André Parrot découvre Mari, cat. exp. (Paris, Institut du monde arabe, 23 janvier - 4 mai 2014), Paris, IFPO, 2014, p. 172, n° 40, p. 202
- Parrot, André, Mission archéologique de Mari, I. Le temple d'Ishtar, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, 1956, p. 181, pl. LXIV

Expositions

- Exposition "Voués à Ishtar. Syrie, janvier 1934, André Parrot découvre Mari"., Paris (France), Institut du Monde Arabe, 23/01/2014 - 20/04/2014
Dernière mise à jour le 23.12.2019
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances