© 2011 Musée du Louvre / Thierry Ollivier
© 2010 Musée du Louvre / Thierry Ollivier
© 2003 Musée du Louvre / Christian Larrieu
© 2011 Musée du Louvre / Thierry Ollivier
© 2010 Musée du Louvre / Thierry Ollivier
© 2003 Musée du Louvre / Christian Larrieu

copie

Date de création/fabrication : Romain Impérial (Ie s ap JC ; IIe s ap JC) (0 - 200)
Lieu de découverte : Qumran (Original découvert dans la grotte 3Q de Qumran, en mars 1952, par Henri de Contenson de l'Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem (mission De Vaux))
Actuellement visible au Louvre
Salle 181
Aile Denon, Niveau -1
Numéro d’inventaire
Numéro principal : AO 31165

description

Dénomination / Titre
Dénomination : copie
Description / Décor
Décor : inscription
Précisions de l'objet : Fac-similé du Rouleau de la mer Morte 3Q15. Plaque n° 2 complétée par AO 31164 et AO 31166
Inscriptions
Écriture :
alphabétique
écriture hébraïque
Inscription :
Liste de 64 caches de trésors enfouis en Palestine. Hébreu carré
Langue :
hébreu
Nature du texte :
liste

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 88,5 cm ; Longueur : 41 cm
Matière et technique
Matériau : cuivre

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Romain Impérial (Ie s ap JC ; IIe s ap JC) (0 - 200)
Lieu de découverte
Qumran (Original découvert dans la grotte 3Q de Qumran, en mars 1952, par Henri de Contenson de l'Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem (mission De Vaux))

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
date : 1997
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Antiquités orientales

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Denon, [OMER] Salle 181 - Art funéraire du Proche-Orient, Salle 181 - Les cultes, Vitrine 4 La religion hébraïque

Expositions

- Qumrân. Le secret des manuscrits de la Mer morte, Paris (France), Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, 12/04/2010 - 11/07/2010
Dernière mise à jour le 29.05.2015
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances