© 2014 Musée du Louvre / Thierry Ollivier
© 2014 Musée du Louvre / Thierry Ollivier
© 2014 Musée du Louvre / Thierry Ollivier
© 2014 Musée du Louvre / Thierry Ollivier
© 2014 Musée du Louvre / Thierry Ollivier
© 2014 Musée du Louvre / Thierry Ollivier
© 2009 Musée du Louvre / Antiquités orientales
© 2014 Musée du Louvre / Thierry Ollivier
© 2014 Musée du Louvre / Thierry Ollivier
© 2014 Musée du Louvre / Thierry Ollivier
© 2014 Musée du Louvre / Thierry Ollivier
© 2014 Musée du Louvre / Thierry Ollivier
© 2014 Musée du Louvre / Thierry Ollivier
© 2009 Musée du Louvre / Antiquités orientales

tablette

Date de création/fabrication : 1ère dynastie de Babylone : Samsu-iluna (Samsu-iluna (4)) (-1749 - -1712)
Lieu de découverte : Larsa = Senkereh
Numéro d’inventaire
Numéro principal : AO 6432
Numéro catalogue : TCL 11,202

description

Dénomination / Titre
Dénomination : tablette
Description / Décor
Décor : inscription
Précisions de l'objet : Document écrit
Inscriptions
Écriture :
écriture cunéiforme mésopotamienne
Inscription :
Convention au sujet de culture maraîchère.
8+8 lignes
Nature du texte :
acte de la vie pratique

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 5 cm ; Largeur : 3,5 cm
Matière et technique
Matériau : argile

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1ère dynastie de Babylone : Samsu-iluna (Samsu-iluna (4)) (-1749 - -1712)
Lieu de découverte
Larsa = Senkereh

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
date : 1913
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Antiquités orientales

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé

Bibliographie

- Jean, Charles-François. Larsa d'après les textes cunéiformes 2187 à 1901. Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, 1931. , Larsa 101
- Jean, Charles-François. Contrats de Larsa. Seconde série (TCL 11). Paris, Paul Geuthner, 1926. Textes Cunéiformes du Louvre XI (TCL 11)., TCL 11,202
Dernière mise à jour le 19.05.2017
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances