Fragment de samit à treillis occupé par des fleurs à quatre pétales cordiformes

700 / 930 (VIIIe-IXe siècle ; IXe-Xe siècle)
Lieu de création : Byzance
Lieu de provenance : Aix-la-Chapelle = Aix la Chapelle = Aachen (Allemagne->Rhénanie du nord-Westphalie = Rhénanie du nord Westphalie) (trésor de la cathédrale)

MN 373 F ; CL 13280
Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
En dépôt : Musée national du Moyen-Âge - musée de Cluny, Paris
Numéro d’inventaire
Numéro principal : MN 373 F
Numéro dépositaire : CL 13280
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique

description

Dénomination / Titre
Titre : Fragment de samit à treillis occupé par des fleurs à quatre pétales cordiformes
Type d'objet
textile divers
Description / Décor
Fragment de samit à treillis occupé par des fleurs à quatre pétales cordiformes

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 7,7 cm ; Longueur : 18,4 cm
Matière et technique
Technique : samit (techniques textile->tissu uni)
Matériau : soie

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : Byzance

Date de création/fabrication : 700 - 930
Lieu de création / fabrication / exécution
Byzance
Lieu de provenance
Aix-la-Chapelle = Aix la Chapelle = Aachen (Allemagne->Rhénanie du nord-Westphalie = Rhénanie du nord Westphalie) (trésor de la cathédrale)

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
date : 1850
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Paris (France), Musée du Moyen-Age et Thermes de Cluny

Bibliographie

- Desrosiers, Sophie ; Cornu, Georgette ; Huchard, Viviane ; Valantin, Florence ; Bouzid, Thalia, Soieries et autres textiles de l'Antiquité au XVIe siècle : Musée national du Moyen Âge - Thermes de Cluny. Catalogue, Paris, Réunion des musées nationaux, 2004, n° 119
Dernière mise à jour le 16.02.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances