Traduction allemande d'auteurs latins ayant appartenu à Napoléon II : Julius Caesars Commentarien vom Alexandrinischen, Afrikanischen und Spanischen Kriege, Vienne, 1794.

Epoque / période : La Convention nationale (1792-1795) (Occident->époque contemporaine->Période Révolutionnaire (1792-1799))

Date de création/fabrication : 1794
Lieu de création : Vienne (Europe->Autriche)
En dépôt : Musée national du château de Fontainebleau, Fontainebleau
Numéro d’inventaire
Numéro principal : MS 415
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique

description

Dénomination / Titre
Titre : Traduction allemande d'auteurs latins ayant appartenu à Napoléon II : Julius Caesars Commentarien vom Alexandrinischen, Afrikanischen und Spanischen Kriege, Vienne, 1794.
Type d'objet
art du livre : livre, manuscrit
Description / Décor
Traduction allemande d'auteurs latins ayant appartenu à Napoléon II : Julius Caesars Commentarien vom Alexandrinischen, Afrikanischen und Spanischen Kriege, Vienne, 1794. Quatre volumes in-12, demi-reliure.

Caractéristiques matérielles

Matière et technique
Matériau : papier

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : La Convention nationale (1792-1795) (Occident->époque contemporaine->Période Révolutionnaire (1792-1799))

Date de création/fabrication : 1794
Lieu de création / fabrication / exécution
Vienne (Europe->Autriche)

Données historiques

Mode d’acquisition
entrée - Collection de Napoléon III
Date d’acquisition
date d'arrivée au Musée : 1868
date de l'arrêté : 16/12/1921
date de l'arrêté : 16/12/1921
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Fontainebleau (France), Musée national du château de Fontainebleau

Bibliographie

- Barbet de Jouy, Henry. Notice des antiquités, objets du Moyen Age, de la Renaissance et des Temps modernes composant le musée des Souverains. Paris, 1868. , BJ 468
Dernière mise à jour le 04.08.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances