vase plastique ; aryballe

Epoque / période : archaïque

Date de création/fabrication : 4e quart VIe s. av. J.-C. (?) (-525 - -500)
Lieu de création : Rhodes (?)
Lieu de découverte : Eléonte - 1922 (nécropole - pithos 42)
Numéro d’inventaire
Numéro catalogue : Eléonte 494
Numéro de collection : Elé 357
Autre numéro d'inventaire : S 691
Autre numéro d'inventaire : E 26093

description

Dénomination / Titre
Dénomination : vase plastique ; aryballe
Description / Décor
singe (tenant, singe, petit)

Etat de l'oeuvre : entier ; glaçure très abîmée
Restauration : nettoyé (2004)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 5,4 cm ; Largeur : 2,8 cm ; Profondeur : 3,2 cm
Matière et technique
Matériau : pâte siliceuse (faïence blanchâtre)
Technique : moulé, glacé = glaçure

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : archaïque

Date de création/fabrication : 4e quart VIe s. av. J.-C. (?) (-525 - -500)
Lieu de création / fabrication / exécution
Rhodes (?)
Date de découverte
1922
Lieu de découverte
Eléonte - 1922 (nécropole - pithos 42)

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Armée d'Orient (fouilles Meslier - 1922)
Mode d’acquisition
dévolution
Date d’acquisition
Date : 1923
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé

Bibliographie

- Caubet, Annie ; Pierrat-Bonnefois, Geneviève. Faïences de l'Antiquité. De l'Egypte à l'Iran. [Exposition, Paris, musée du Louvre, 10 juin - 12 septembre 2005]. Paris, Musée du Louvre / 5 Continents, 2005. , p. : 134
- Webb, Virginia. Archaic Greek Faience. Warminster, England, Aris and Phillips, 1978. , p. : 123, pl. 19, n° 834
- Vandier d’Abbadie, Jeanne. Catalogue des objets de toilette égyptiens. [Musée du Louvre, Paris, Département des Antiquités égyptiennes]. Paris, Éditions des Musées Nationaux, 1972. 1 vol., VIII-191 p. , p. : 96, fig. 381 p. 97, OT 381
Dernière mise à jour le 31.10.2017
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances