© 2009 Musée du Louvre / Daniel Lebée/Carine Deambrosis
© 2009 Musée du Louvre / Antiquités grecques, étrusques et romaines
vue d'ensemble © 1982 Musée du Louvre / Maurice et Pierre Chuzeville
© 2009 Musée du Louvre / Daniel Lebée/Carine Deambrosis
© 2009 Musée du Louvre / Antiquités grecques, étrusques et romaines
© 1982 Musée du Louvre / Maurice et Pierre Chuzeville

inscription

Epoque / période : antiquité tardive ; chrétien

Date de création/fabrication : VIe s. ap. J.-C. (500 - 600)
Lieu de création : Antioche sur Oronte = Antakya (Hatay)
Lieu de découverte : Antakya = Antioche sur Oronte
Numéro d’inventaire
Numéro d'entrée : MND 629
Numéro catalogue : Ma 3361

description

Dénomination / Titre
Dénomination : inscription (fragment)
Description / Décor
Etat de l'oeuvre : fragment de plaque funéraire taille en forme de carreau hexagonal
Restauration : retaillé
Inscriptions
Inscription :
restes de deux lignes
Langue :
grecque
Nature du texte :
épitaphe (contenu du texte->inscription funéraire)
Onomastique
Christ

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 17, 5 cm ; Largeur : 18,5 cm ; Profondeur : 2,5 cm ; Hauteur avec accessoire : 17,5 cm ; Poids avec accessoire : 2 kg
Matière et technique
Matériau : marbre
Technique : taillé, gravé = gravure

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : antiquité tardive ; chrétien

Date de création/fabrication : VIe s. ap. J.-C. (500 - 600)
Lieu de création / fabrication / exécution
Antioche sur Oronte = Antakya (Hatay)
Lieu de découverte
Antakya = Antioche sur Oronte

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
don (?)
Date d’acquisition
Date : 1903

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé

Bibliographie

- Chapot, Victor, « Antiquités de Syrie », Revue des études anciennes, 1, 6, 1904, p. 32, n° 4
- Héron de Villefosse, Antoine ; Michon, Étienne, Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1903, p. 351, n° 14
Dernière mise à jour le 17.07.2018
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances