inscription

Epoque / période : romain impérial

Date de création/fabrication : 4e quart IIe s. ap. J.-C. ; IIIe s. ap. J.-C. (175 - 300)
Lieu de création : Carthage (cimetière des officiales)
Lieu de découverte : Carthage La Malga
Numéro d’inventaire
Numéro d'entrée : MND 1596
Numéro catalogue : Ma 4008

description

Dénomination / Titre
Dénomination : inscription
Description / Décor
Etat de l'oeuvre : entier
Restauration : recollé(3 fragments)
Inscriptions
Inscription :
épitaphe de Cinnas-4 lignes : consacré aux dieux Manes-Cinnas esclave Imperial a vécu 12 ans;il est déposé ici
Langue :
latine
Nature du texte :
épitaphe (contenu du texte->inscription funéraire)
Onomastique
dieux Manes-Cinnas(Servus Caesaris)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 20 cm ; Largeur : 25,5 cm ; Profondeur : 2,5 cm ; Hauteur avec accessoire : 20 cm ; Poids avec accessoire : 2,5 kg
Matière et technique
Matériau : marbre
Technique : taillé, gravé = gravure
Précision technique : bords non dressés

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : romain impérial

Date de création/fabrication : 4e quart IIe s. ap. J.-C. ; IIIe s. ap. J.-C. (175 - 300)
Lieu de création / fabrication / exécution
Carthage (cimetière des officiales)
Lieu de découverte
Carthage La Malga

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
Date : 1880
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé

Bibliographie

- Ducroux, Serge. Catalogue analytique des inscriptions latines sur pierre conservées au Musée du Louvre. Paris, 1975. , p. : 174, n° 644
- CIL VIII = Mommsen, Théodore ; Wilmanns, G. (éd.). Corpus inscriptionum Latinarum VIII. Inscriptiones Africae Latinae. 1881--1891., 12703
- Lavigerie, Charles. De l'utilité d'une mission archéologique permanente à Carthage. 1881. , p. : 17, n° 70
Dernière mise à jour le 17.07.2018
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances